Football business : pour quelques millions de plus

L1 : débat sur les salaires des joueurs

La critique est largement répandue. Elle prend la forme d'une simple accusation : « Les footballeurs gagnent trop d'argent». La polémique revient régulièrement en France, généralement lorsque sont publiés les classements des joueurs les mieux [...]

Lire la suite

Photo de Damien Chédeville non
Damien Chédeville

Le fair-play financier ne suffit pas

Pour compléter mon argument selon lequel un plafonnement des salaires viendrait assainir l'image que peuvent véhiculer les footballeurs de notre époque, je dirais que même si l'UEFA et son président Michel Platini tentent de lutter contre les investissements abusifs et autre transferts mirobolants avec l'instauration en 2013 du fair-play financier, les mesures ne sont pas encore assez drastiques pour empêcher la surenchère permanente. Exemple, si le club qui veut acheter un joueur à un prix qui dépasse ses recettes, sous le principe de l'équilibre des finances, il pourra le faire s'il a à sa tête un propriétaire lambda qui investit de sa poche. C'est la limite du fair-play financier, qui ne prévoit qu'une sanction des clubs trop gourmands par rapport à leurs budgets prévisionnels. Mais comme chacun est libre de faire ce qu'il veut avec son argent à titre personnel, Roman Abramovitch pourra continuer à faire "don" de sa fortune pour s'offrir les meilleurs joueurs d'Europe, et ce, même si son club est grassement endetté! http://www.fastfoot.fr/
0 0

Vous aussi, participez au débat :
Faut-il payer plus les footballeurs en France ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Pascal Bene

    17 avril 2013, 01:42

    Pascal Bene
    Il ne faut pas être naif, le fair play financier a été essentiellement créé pour protéger les gros clubs surendettés , déja établis du type real, manchester et le barça des nouveaux riches émergeant sur la scène européenne. Les clubs les plus riche aujourd'hui sont aussi ceux qui sont le plus endettés. Quand pendant 20 ans tu fais venir les meilleurs joueurs du monde, c'est normal que tu gonfles tes revenus en billetterie, droits tv, merchandising ou sponsoring. Ces revenus dépendent essentiellement de la qualité du spectacle fourni.
    Devant l'arrivée de nouveaux riches ayant eux les moyens de leur ambitions via des actionnaire hyper puissants , l'uefa a mis cette rêgle en place pour favoriser ces clubs contre les chelsea, manchester city ou psg, qui eux démarrent à peine sur la scène européenne avec des moyens jugés déloyaux . C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les grands clubs sont favorables au fair play financier, ça les arrange car ça affaiblit la concurrence Comme si les revenus des grands clubs européens s'étaient fait par des moyens loyaux. Et ça diminue leur cout de fonctionnement. En revanche cette rêgle risque de figer la hiérarchie européenne, puisqu'on demande aux nouveaux entrants d'être rentable immédiatement. Or quand un investisseur arrive ans un club avec le projet d'en faire un grand d'europe, comme toute entreprise il est obligé d'investir à perte dans un premier temps. Bien sûr qu'il faut inciter les actionnaires à développer les infrastructures des clubs,centre d'entrainements, de formations ou stade, mais à côté de cela, si tu permets pas aux investisseurs de ce constitué un capital joueur, tu ne leur permets pas d'augmenter leur revenus de manières significatives et de venir se hisser sur le toit de l'Europe, contrairement aux grands clubs qui ont pu investir ces 20 dernières années, dépenser un argent qu'ils n'avaient pas( n'oublions pas qu'il n'y a pas de dncg ni en angleterre, ni en italie, ni en espagne ...... ) , s'endétté et même ce suurrendétté et qui ont donc des revenus 5 ou 6 fois supérieurs à un club moyen français ou portugais par exemple. Du coup ça bloque toute concurrence c'est tout bénef pour les grands d'europe. Mais très injuste pour les nouveaux arrivants à qui on interdits de se constituer leur fond de commerces. Pourquoi l'uefa n'a t elle pas fait une dncg qui elle regarde les business plan sur 5 ou 7 ans plutôt . Tout simplement car les grands d’Europe à l'exception du bayern n'en aurait pas voulu, ça ne les arrangeait pas . Et l'Uefa est une association à but lucratif, son fond de commerce c'est ces grands clubs ,l'UEFA tire l'essentiel de ses recettes des droits de retransmission télévisuelle de la Ligue des Champions et de la Ligue Europa . Or ces droits sont élevés précisément en raison de la quasi-garantie de la présence des grands clubs dans ces compétition. On l'imagine mal faire des rêgles ne les favorisant pas. Elle se ferait hara kiri. On peut déja voir qu'il y là un conflit d'intéret.
    D'ailleurs L'uefa clame haut et fort qu'elle a fait ses rêgles pour " protéger les clubs " . On peut se demander en quoi exclure un club des compétitions européennes et le priver de revenus alors qu'il en a théoriquement besoin peut l'aider. Au contraire le club serait obligé de vendre ses meilleurs joueurs et s'affaiblirait financièrement . Platini nous répète à l'envie les déficits des clubs européens. Mais pourquoi ne parle t il pas des dettes. Des clubs aux revenus extravagants grâce entre autre à leur endettement. D'ailleurs un déficit de 200 millions d'euros d'un club comme paris et moins inquiétant qu'un déficit de 20 millions pour un club comme marseille, vu le business plan des actionnaires. D'ailleurs, on a vu la vraie raison d'être du fair play financier l'orsque le psg a été repris par des actionnaires ambitieux avec un projet sur du long terme. L'orsque le club a signé un contrat d'image pour se mettre en conformité avec le fpf et continuer son dévelloppement, la réaction d'un des fondateurs du fpf, l'italien ernesto paolillo a été immédiate : " Ce que fait le Paris Saint-Germain est inacceptable, lance Ernesto Paolillo.J’ai fait une proposition sur laquelle nous travaillons pour bloquer ce mécanisme diabolique.l faut se hâter de bloquer ce type d’initiative Mais tout le monde verra que l’UEFA ne plaisante pas " . Cette réplique illustre la réelle volonté de l'uefa de bloquer la concurence. Le nouvel arrivant sur la scene européenne qu'est le psg , gênant beaucoup de monde, et étant donc via ce contrat dans les clous du fpf. Ors il est normal qu'un club n'ayant pas pu investir ces 20 dernières années, n'ayant pas pu se surendétté, ne dégage pas les mêmes revenus qu'un manchester ou un real . Comme la fait remarquer le patron de la dncg : " le remède risque d'être plus néfaste que le mal qu'il est censé guérir , dans le sens ou ces rêgles sont extrèmements défavorables aux nouveaux entrants" . Il est quasi impossible pour eux de venir concurencer les " gros" . " L'avenir du foot francais passe par des investissements massifs en biens corporel et incorporels dont la rentabilité" serait assurée à moyen /long terme. " N'en déplaise à Jean michel Aulas qui se retrouve dans la position sterssante de challenger et qui n'est plus sûr de disputer la ligue des champions tous les ans . Quand on voit que le dernier du championnat d'angleterre a 40 millions d'euros de droits tv supplémentaire que le vainqueur du championnat de france, on peut se demander ou est le fair play financier là dedans. Il aurait pu être appelé fpf s'il y avait une prise en compte de la fiscalité de chaque pays et surtout une mutualisation des droits tv au niveau européen , comme c'est le cas en france qui aurait pu ( à peine ) redistribuer un peu les cartes et mette un peu plus d'équité. Mais ça , les grosses cylindrés européennes ne l'auraient jamais acceptés. Comme l'a fait remarquer un economiste du sport : «Les causes du problèmes sont ailleurs, ajoute Raffaele Poli. Avec le système actuel, les clivages financiers sont énormes et sont notamment le fruit de l'augmentation des droits télévisés et leur répartition inégale. Ce facteur aussi fait que – la France mise à part – dans les quatre autres grandes ligues il y moins d'équilibre en comparaison d'il y a quelques années». Quand on voit qu'en Espagne le milliards d'euros de droits tv est divisé par 3, 250 millions pour le real, 250 pour le barça, le reste pour les 18 autres clubs. Alors qu'en France la répartition est égalitaire entre les 20 clubs, on peut se demander ou est le fpf là dedans encore une fois !!!
    Le fair play financier ne rendra pas les clubs francais plus compétitifs par rapport à ses concurents anglais ou espagnol, il permet uniquement de réduire un peu l'écart. En revanche il empêchera des clubs francais de venir concurencer les grosses ecuries européennes. Ses règles ne sont pas exemptes de reproches, car elles risquent de figer des positions obtenues en s’appuyant sur les excès du passé.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Brice Lahaye
Brice Lahaye Journaliste Newsring
Le PSG bientôt sponsorisé par le Qatar ?
Photo de Xavier Colas
Xavier Colas Journaliste Newsring
Le PSG d'Ibrahimovic surveillé de près par l'UEFA
Photo de William Pereira
William Pereira Journaliste Newsring
L'UEFA suspend Malaga
Photo de William Pereira
William Pereira Journaliste Newsring
«Le PSG mérite un stade plus grand»
Photo de Xavier Colas
Xavier Colas Journaliste Newsring
PSG : le contrat avec QTA remis en cause par l'UEFA ?
Photo de Grégory Curot
Grégory Curot Journaliste Newsring
PSG et fair-play financier de l'UEFA, ça coince déjà
Photo de Christophe Lepetit non
Christophe Lepetit Chargé d'études économiques au Centre de Droit et d'Economie du Sport de Limoges
Limitation des salaires et difficultés de recrutement
Photo de Christophe Lepetit non
Christophe Lepetit Chargé d'études économiques au Centre de Droit et d'Economie du Sport de Limoges
La taxe à 75% pourrait être atténuée par le fair-play financier
Photo de Wladimir Andreff oui
Wladimir Andreff Professeur d'économie des Sports (CNRS/Sorbonne)
A cause du déficit, le PSG devrait jouer en cinquième division
Photo de Gautier Kertudo oui
Gautier Kertudo Membre de l'association TATANE, pour un football durable et joyeux
Transferts: un système dénué de toute rationalité