Papa, papa, Maman, maman Photo : RICLAFE/SIPA

Homoparentalité : le droit à l'adoption bientôt ouvert aux couples homosexuels

Promesse du candidat François Hollande, le projet de loi qui ouvre le droit au mariage aux couples homosexuels devrait également permettre aux personnes de même sexe d'adopter «dans les mêmes conditions que les hétérosexuels», selon la [...]

Lire la suite

Photo de John Philip Manson oui
John Philip Manson
ancien blogueur

L'homosexualité est un fait humain. Ils ne sont pas «différents», ils sont nos égaux.

On m'a invité à participer au débat il y a quelques jours. D'abord réticent, un ami m'a convaincu de venir. Ce que je vais dire ne doit surtout pas être interprété comme une consigne de vote en pleine campagne électorale.

En 2007, je me souviens que notre président avait proposé une «union civile» assortie d’une cérémonie. Quel est le bilan à ce sujet après 5 ans de règne ? Aahh, les promesses…

Un principe fondamental des droits de l’homme, c’est l’égalité entre tous. À partir de cela, tous les adultes consentants, quelque soit leur orientation sexuelle et sentimentale, ont un droit légitime de prétendre à une union ou un mariage. La liberté de la vie privée ne doit pas dépendre d’une législation restrictive ou limitative, la liberté est un droit inaliénable. Pourquoi les hétérosexuels remplis de certains préjugés devraient-ils exercer un contrôle ou émettre des réserves sur la façon de vivre des autres personnes ? Si certains pensent qu’il existe des inégalités de fait, ça ouvre la voie à toutes les dérives possibles, par exemple les athées pourraient décider d’interdire toutes les religions, ou par exemple les sectes pourraient décider d’instituer une période longue d’obscurantisme en interdisant la science, l’esprit critique et les libres-penseurs…

Il faut en finir avec les préjugés inégalitaires et liberticides, ils ne sont pas dignes d’un pays démocratique, le pays des droits de l’homme.

La différence, voire le handicap, ce n’est pas à cause de ce qu’on l’on est, ou d’un mal que l’on a ou l’on aurait (la surdité en ce qui me concerne). La différence ou le handicap, c’est ce que l’on lit dans le regard des autres ! Et c’est souvent difficile à vivre cela. Ce que les citoyens «différents» ou abîmés par la vie veulent, ce n’est pas le droit à la différence, mais à vivre comme les autres dans un esprit d’égalité, de compréhension et de respect.

http://jpmanson.unblog.fr/2007/05/01/quest-ce-la-normalite/

  • De plus, pourquoi les familles monoparentales auraient-elles plus de droits que des couples homosexuels discriminés ? Il est moins difficile de gérer une famille en couple que tout seul.

L'homosexualité est un fait humain. Parler librement des faits est une voie à la tolérance. Ce sont les tabous et les interdits qui fabriquent les pires préjugés discriminatoires. La normalité existe à travers la diversité de l'humanité et non pas à travers la pensée unique d'un groupe dominant. Quiconque aura compris cela aura fait un grand progrès dans sa tête. Quand les hommes d'Europe avaient découvert de lointaines populations indigènes ayant leur propre religion, ça a été pour eux un grand choc dur à admettre, parce que tout le monde croyait normal et évident que nous soyons tous chrétiens et blancs. Le cas des autres minorités c'est pareil, notamment les sourds qui sont depuis longtemps pris pour des personnes à part, à travers le refus de l'acceptation de la langue des signes française (LSF, reconnue enfin légalement comme langue en 2005). Alors, imaginez le bonheur que j'ai pu ressentir en voyant Miss Limousin (Sophie Vouzelaud) concourir à Miss France 2007, ça laisse entrevoir un progrès social. Ouvrez vous aux autres, et on vaincra le racisme et l'homophobie et les discriminations qui ne sont pas des solutions mais des problèmes.

Ce n'est pas aux idéologues de décider à votre place. La liberté ça ne s'attend pas. Même si les droits de l'Homme existent, il faut réclamer cette liberté, par le peuple et pour le peuple. La vieille France doit être révolue, les mentalités ont évolué et les lois doivent suivre cette évolution.

Ensuite, et cela est un autre débat (mais ça a un rapport indirect) :

Certains politiciens candidats à l'élection présidentielle sont favorables à l'évolution de la législation. Ce n'est pas parce qu'ils sont ouverts sur des sujets sociaux que cela signifie qu'ils sont compétents dans d'autres domaines graves comme le sort du nucléaire. Certains veulent démanteler la filière nucléaire civile mais cela aurait des conséquences catastrophiques (coupures d'électricité ingérables, et l'Allemagne dépend de notre production électrique). En effet, passer de 75% à 50% en part de nucléaire d'ici 2025, cela équivaut à sacrifier 19 réacteurs nucléaires en moyenne, soit 6 centrales nucléaires en moyenne (si les énergies renouvelables remplacent immédiatement le nucléaire perdu) ; et le double de ces quantités si les énergies renouvelables ne remplacent pas immédiatement le nucléaire perdu. Ainsi, si des personnes obtiennent enfin le droit de se marier (ce que je souhaite pour eux), cet avantage est cependant biaisé par un grand inconvénient qu'il faut éviter : sortir du nucléaire (économiquement et stratégiquement) c'est une pure folie. Dans ce contexte, un choix politique est forcément difficile. Il faudrait à la fois pouvoir obtenir le droit au mariage gay et pouvoir sauver le nucléaire civil, mais on ne peut pas tout avoir. http://jpcmanson.wordpress.com/2012/04/07/le-sort-du-nucleaire-et-le-programme-du-ps/

Pour revenir au cœur du débat : comprendre les origines de l'homophobie.

L'homophobie naît de l'imitation puérile des gens qui se basent sur le concept futile de norme. Cette imitation dure aussi longtemps que celui qui la pratique plus ou moins consciemment reste ignorant, sans même prendre le courage de mieux connaître les gens tels qu'ils sont réellement. L'homophobie est basée sur des préjugés, la référence et la croyance à des normes, la croyance à des stéréotypes souvent déconnectés de la réalité.

Les gens ne naissent pas homophobes, ils le deviennent à cause de l'influence parentale et sociale. La normalité est perçue comme telle parce qu'elle est directement fondée sur l'habitude. Donc, pour ces homophobes, tout ce qui ne leur paraît pas habituel leur paraît différent donc anormal. C'est en brisant ce concept d'habitude que l'on parvient à briser les préjugés, en faisant de sorte que les gens se connaissent mieux entre eux. Un "coming out" mondial, en même temps, ça deviendrait une force sociale, une habitude, une normalité parmi d'autres. Se cacher ne fait qu'entretenir la "norme" dominante.

Si l'on y réfléchit bien, l'hétérosexualité est un mythe, elle n'est qu'une orientation parmi d'autres. Pourquoi l'hétérosexualité serait-elle normale ? Elle a de nombreux défauts : abandon de famille, infidélité, divorces, maltraitance des gosses, femmes battues, homophobie... et j'en passe.

L'homoparentalité, par exemple, pourquoi l'interdire comme le mariage gay ? Pourtant, bien des gens pourraient devenir de bons parents en adoptant, et à ce titre les hétéros ne peuvent pas prétendre être meilleurs ni parfaits car sinon ce serait de l'hypocrisie.

La normalité, ça oscille entre deux définitions : c'est soit un dogme de conformité par rapport à une habitude morale (dans une société donnée), soit c'est ce qui est statistiquement fréquent. Une norme morale est fixée par la société, c'est un dogme, un préjugé, tandis que la fréquence statistique des comportements naturels est un fait. Voila la différence. Il faut remplacer la norme basée sur l'habitude par une norme plus juste basée sur les faits. À ce titre, l'homophobie c'est comme le racisme, c'est un trouble mental construit sur une croyance antisociale.


Mais l'essentiel à dire absolument, c'est que la parenté hétéro ou gay doit toujours donner priorité aux intérêts des enfants. Élever des gosses est une lourde responsabilité, c'est un engagement, une mission. On n'élève pas des enfants seulement parce qu'on a envie d'en avoir (par égoïsme), on a des enfants pour l'intérêt de ces derniers, pour leur offrir une vie, une culture et un héritage.


Signé : un hétéro lucide.

Cordialement.

2 5

Vous aussi, participez au débat :
Faut-il reconnaître l'homoparentalité ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Stéphane Lhomme

    22 avril 2012, 14:29

    Stéphane Lhomme Directeur de l'Observatoire du nucléaire
    Comme quoi on peut avoir une position honorable sur l'homosexualité et parfaitement stupide sur (pour) le nucléaire. C'est même extraordinairement risible de lire, alors que le désastre de Fukushima est en cours, que ce serait arrêter le nucléaire qui serait catastrophique. De toute façon, l'auteur a montré sur son blog qu'il écrit sans savoir ce dont il parle, confondant par exemple centrale et réacteur...
    0 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Cédric Coutron oui

    22 avril 2012, 14:41

    Cédric Coutron Étudiant en philosophie & blogueur

    @Stéphane Lhomme 

    Vous dites que sa position est honorable mais vous votez quand même pour "Pas d'accord" ? Rancunier à cause de sa position sur le nucléaire ?
    Franchement, que vous ne soyez pas d'accord avec lui, c'est une chose, que vous crachiez votre méprisant venin, c'en est une autre. Vous ne faites pas honneur à la position que vous défendez en alpaguant vos opposants de la sorte. Ici c'est un site de débat.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de John Philip Manson oui

    22 avril 2012, 16:03

    John Philip Manson ancien blogueur

    @Stéphane Lhomme 

    Avant de dire avec mauvaise foi que vos adversaires sont nuls, stupides et ne connaissent rien, refaites les calculs : passer de 75% à 50% de part du nucléaire, ça fait combien d'énergie électrique en moins qu'il faudra compenser par des énergies renouvelables, et combien tout cela va coûter aux contribuables ? Vous l'avez fait ce calcul pour vérifier ?

    Fukushima est un désastre, c'est vrai, mais à cause d'un tsunami.

    Donc avant de dénigrer vos adversaires, veuillez présenter des arguments quantitatifs. Si je me trompe dans mes calculs sur le nucléaire, présentez vos chiffres...

    Je vais peut-être vous surprendre, je suis pour l'écologie, notamment en faveur des abeilles contre les pesticides, pour une écologie objective fondée sur des valeurs scientifiques, et aucunement à travers une idéologie qui ne m'intéresse pas. En tout cas, vous avez une étrange conception d'un débat. Selon vous, tout le monde doit se plier et se soumettre à la sortie arbitraire du nucléaire sans discuter ni en évaluer les conséquences ?

    Que ce soit sur l'homosexualité ou le nucléaire, je me base sur l'objectivité seule. Je ne suis ni honorable ni stupide d'un sujet à l'autre, parce que moi, je ne suis pas partial.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé non

    24 avril 2012, 20:59

    Profil supprimé
    "Un principe fondamental des droits de l’homme, c’est l’égalité entre tous" mais vous oubliez de préciser qu'il s'agit d'égalité en droit. cela signifie que la loi est la même pour tout le monde mais aucunement que les hommes sont tous égaux. Quelle est l'égalité entre deux couples dont l'un est fertile et l'autre stérile ? La société ne peut pas pallier à toutes les insuffisances. C'est comme ça : ce n'est pas la société qui est injuste, c'est la vie. Et si un couple homosexuel adopte un enfant c'est qu'un couple hétérosexuel en aura été privé, l'injustice n'aura pas disparu, elle aura changé de maison.
    Il s'agit donc de se soucier de donner le meilleur accueil à des enfants orphelins voilà où doit se situer la justice. Ce qui n'est pas juste c'est qu'une personne seule puisse adopter un enfant abandonné quand on refuse ce droit à un couple homosexuel. Un enfant abandonné devrait avoir le DROIT non pas à l'égalité, mais simplement, tout simplement d'avoir un père et une mère.
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Christophe Guériteau oui

    25 avril 2012, 15:35

    Christophe Guériteau

    @Profil supprimé Profil supprimé 

    Que fait-on d'un couple hétéro stérile ? Et oui, ça existe !
    Vous parlez des enfants comme s'il s'agissait d'un "stock", ce qui démontre une grande humanité.
    Un enfant est souvent emprunt de justice, et si on lui dit que ses parents ne seront jamais ses parents simplement parce que ce sont 2 hommes ou 2 femmes, il a de quoi se poser des questions sur le monde des adultes.
    La famille, ne vous en déplaise, c'est de plus en plus souvent 1 père, 1 mère, mais aussi 2 pères, 2 mères (en cas de divorce par exemple) et nous nous trouvons justement dans un cas que vous n'osez présenter. Alors soit, les 2 ne sont pas "père biologique" et "mère biologique", mais finalement cela revient au même.
    Votre défense sur le sujet est le reflet d'une image religieuse et créationniste qui veut que l'enfant ne PEUT avoir comme parents qu'un homme et une femme. Ceci est vrai biologique et en se basant sur un dogme (une norme), mais cela n'est pas vrai dans les faits, la réalité.
    Et pour finir, le sujet étant l'homoparentalité, je ne vois pas le rapport insistant que vous faites avec l'abandon des enfants, qui n'est pas la seule manière d'avoir des enfants pour les homosexuels (ça c'est aussi la réalité).
    0 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé non

    26 avril 2012, 11:04

    Profil supprimé

    @Christophe Guériteau 

    Vous n'avez pas lu ma réaction pourquoi tenter de répondre ? Vous ne vous situez pas au même niveau et ça n'a pas de sens.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Christophe Guériteau oui

    25 avril 2012, 15:37

    Christophe Guériteau
    D'accord sur l'homoparentalité et pas d'accord sur le nucléaire.
    Signé: hétéro remarié avec enfants
    0 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Mathias Chaillot non
Photo de John Philip Manson oui
John Philip Manson ancien blogueur
Sortir du nucléaire, une fausse solution
Photo de Richard Trigaux oui
Richard Trigaux blogueur, philosophe, artiste, écrivain, résident des mondes virtuels.
Statistiquement, des erreurs sont obligatoires
Photo de Didier Epsztajn pour
Didier Epsztajn animateur du blog "entre les lignes entre les mots"
Comment ne pas être pour l'égalité des droits
Photo de Gilles Wullus oui
Photo de Caroline Mecary pour
Caroline Mecary Avocate au barreau de Paris, co-présidente de la fondation Copernic
Le débat existe sur la scène publique en france depuis 15 ans. Il ne cesse d'être alimenté depuis
Photo de Kira pour
Kira Etudiant
Egalité avant tout.
Photo de Axel A. Krymski pour
Axel A. Krymski
Egalité avant tout !
Photo de Anthony Marillat pour
Anthony Marillat Jeune étudiant défenseur de l'environnement.
Quand l'égalité est remise en question...
Photo de Profil supprimé non
Photo de Mathieu Nocent oui
Mathieu Nocent co-secrétaire de la commission politique de l'inter-LGBT
À coté de l'homophobie haineuse, une homophobie anxieuse particulièrement destructrice
Photo de Luke Sky non
Luke Sky Aventurier, GlobeTrotter, Provocateur, Kitesurfer, Skater, Skydiver et Emmerdeur
Si la réponse à ce debat est "oui", qu'est-ce que cela induit?
Photo de Jean-Francois Legourd pour
Jean-Francois Legourd Manager (Département Stratégie) en Corée du Sud
Il n'y a pas de loi sur le mariage gay, seulement le retrait de l'obligation de sexes opposés
Photo de reffo gael non
reffo gael Résistant Face a la France Fachiste De Gauche dans laquel nous Vivons!!!
Non a l'Hétérophobe Fachiste de Gauche!

Derniers arguments

Photo de Profil supprimé non
Profil supprimé Etudiant en histoire à l'UCO d'Angers
L'homoparentalité, dans la suite de l'idéologie du genre
Photo de Henriette Vanechop oui
Henriette Vanechop
Et si on pensait aux enfants ?
Photo de Sulle Scale non
Sulle Scale Chercheuse, enseignante, poétesse
Le point de vue des femmes, homo ou pas...
Photo de Nicolas Dhuicq non
Nicolas Dhuicq Député de l’Aube, secrétaire National UMP Nouvelles Stratégie de Défense
Terrorisme: ma réflexion ne portait pas sur l'homoparentalité mais sur la fonction paternelle