Papa, papa, Maman, maman Photo : RICLAFE/SIPA

Homoparentalité : le droit à l'adoption bientôt ouvert aux couples homosexuels

Promesse du candidat François Hollande, le projet de loi qui ouvre le droit au mariage aux couples homosexuels devrait également permettre aux personnes de même sexe d'adopter «dans les mêmes conditions que les hétérosexuels», selon la [...]

Lire la suite

Photo de Daniel Borrillo oui
Daniel Borrillo
Juriste, spécialiste du droit de la sexualité et des homosexuels

Amour vs biologie : la question homoparentale

L’homoparentalité est un fait, les homosexuels n’ont pas attendu l’autorisation de l’Etat pour s’unir, fonder une famille et avoir des enfants. Le problème est que les enfants issus des familles homoparentales se trouvent toujours en situation de précarité. C’est d’abord au nom de l’intérêt de l’enfant que la reconnaissance de l’homoparentalité me semble nécessaire. Aussi, la justification de cette précarité se fonde sur une stratégie politique consistant à éloigner progressivement le droit de la volonté des parents pour le rapprocher de la « vérité » biologique. 

L’enjeu n’est donc pas seulement l’homoparentalité mais aussi le changement de notre système de filiation. En effet, pour s’opposer à l’homoparentalité, on avance fréquemment des arguments relevant du « bon sens biologique » : un enfant et issu d’un homme et d’une femme et a donc besoin d’un père et d’une mère. L’installation de ce type d’arguments met en question l’édifice de la filiation consacré par notre Droit civil lequel ne fait pas dépendre la filiation de la biologie. 

Au nom de la vérité biologique ou de l’intérêt de l’enfant à avoir deux parents de sexe opposé, va-t-on supprimer l’adoption par un individu seul ? Va-t-on assigner un père à l’enfant né d’une mère célibataire contre la volonté de celle-ci ? Va-t-on désormais faire de la capacité reproductive du couple une condition pour l’accès au mariage ? 

Alors que l’homoparentalité s’accommode des exigences de la vision civiliste de la filiation, son refus, en revanche, mettrait en danger les principes juridiques qui la fondent. Ce qui garantie l’épanouissement de l’enfant est l’amour des parents, peu importe qu’ils soient les géniteurs ou les adoptants, qu’ils soient de même sexe ou du sexe opposé. 

Face à ce régime « biologisant », face à cette vision trompeusement simpliste et nostalgique de la filiation fondée sur la différence des sexes, il est urgent de revendiquer l’instauration d’un véritable droit de la procréation, détaché de toute justification naturaliste et basé sur la responsabilité parentale, indépendamment du sexe des partenaires, comme l’ont déjà fait la plupart des démocraties modernes et le proposent l’ensemble de candidats de gauche en France.

7 9

Vous aussi, participez au débat :
Faut-il reconnaître l'homoparentalité ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Juana Ruiz

    19 avril 2012, 15:19

    Juana Ruiz
    Tout dépend de la façon dont ils vont élever et expliquer aux enfants. Mais certains hétéro de soi-disant couples à la normalité sont de vrais bourreaux d'enfants. A voir si l'amour et la compréhension sont suffisants...
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Pierre Destrée non

    19 avril 2012, 16:38

    Pierre Destrée Blogueur d'Olibrius
    je trouve que les homosexuels souhaitant que l' on reconnaisse leur différence devraient aller au bout de leur logique, et ne pas exiger la non différence avec les couples hétéros !
    et je regrette, mais les enfants ne sont pas consultés
    en ce qui me concerne, c' est une dérive de la morale
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé non

    19 avril 2012, 17:09

    Profil supprimé
    Au nom de l'égalitarisme aveugle en effet on peut nier jusqu'à la nature elle-même : l'humanité en est légitime et si la gauche le dit c'est que ça doit être vachement bien. Ce qui est insensé et antinomique c'est d'associer le rejet de la tradition familiale et son appropriation : des parents, ce n'est pas forcément une femme et un homme ça peut être deux femmes ou deux hommes. Bon d'accord mais puisque la nature n'est plus notre guide, pourquoi pas 3 ou 17 ? Pourquoi ne pas faire adopter les enfants par une douzaine de parents ? voilà pourquoi quand on détruit les repères on s'expose au n'importe quoi...
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Etienne Degiovanni non

    19 avril 2012, 18:21

    Etienne Degiovanni
    "Ce qui garantie l’épanouissement de l’enfant est l’amour des parents, peu importe qu’ils soient les géniteurs ou les adoptants, qu’ils soient de même sexe ou du sexe opposé."... Et vous accusez la vision "biologisante" d'être "trompeusement simpliste"... Pouvez-vous nous citer les sources qui vous permettent d'affirmer cela d'une manière si assurée, s'il vous plaît ? J'aimerais bien avoir un avis pédopsychiatrique clair sur le sujet. Le dernier que j'ai entendu était Marcel Rufo et il disait que l'adoption ne le dérangeait pas, car le référent du sexe opposé pouvait être trouvé parmi "l'entourage" de l'enfant (oncle/tante, maître/maîtresse) ! C'est-à-dire que l'on place l'enfant adopté dans la même situation qu'un enfant divorcé avant même son arrivée dans la famille ! J'ai hâte de lire un article scientifique sur le sujet qui mettra un peu de rigueur dans cet angélisme. Merci d'avance !
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Jean-Luc Romero non
Photo de Mathieu Nocent non
Mathieu Nocent co-secrétaire de la commission politique de l'inter-LGBT
Ouvrir l'adoption permettra de sécuriser les enfants vivant aujourd'hui dans un foyer homoparental
Photo de Martine Gross non
Martine Gross sociologue. Auteure de "Choisir la paternité gay" et de "qu'est ce que l'homoparentalité?"
Pourquoi ne donner à un enfant qu'une seule filiation s'il y a deux personnes? prêtes à s'engager?
Photo de Martine Gross oui
Martine Gross sociologue. Auteure de "Choisir la paternité gay" et de "qu'est ce que l'homoparentalité?"
Notre droit de la filiation est étriqué
Photo de Mathieu Nocent oui
Mathieu Nocent co-secrétaire de la commission politique de l'inter-LGBT
L'homoparentalité est une chance pour la famille
Photo de Caroline Mecary pour
Caroline Mecary Avocate au barreau de Paris, co-présidente de la fondation Copernic
Rien ne justifie plus la discrimination légale qui frappe les lesbiennes et les gays.
Photo de Anne Chareton contre
Anne Chareton juriste et cadre communication en "inactivité", mère de famille
l'intérêt de l'enfant avant tout !
Photo de Roger Bohn oui
Roger Bohn touriste
oui a l'homoparentalite
Photo de Gilles Wullus oui
Photo de Familles Indignées contre
Photo de Pierre Ruiz pour
Pierre Ruiz
Sous questions .
Photo de Jérôme Courduriès pour
Jérôme Courduriès Anthropologue, maître de conférences à l'Université Toulouse 2 le Mirail
S'il y a un mensonge sur l'origine et la conception des enfants, il n'est pas du côté de l'homoparentalité
Photo de Profil supprimé contre
Profil supprimé Etudiant en histoire à l'UCO d'Angers
La filiation : état des lieux du droit positif
Photo de Profil supprimé non
Profil supprimé Etudiant en histoire à l'UCO d'Angers
L'homoparentalité, dans la suite de l'idéologie du genre

Derniers arguments

Photo de Profil supprimé non
Profil supprimé Etudiant en histoire à l'UCO d'Angers
L'homoparentalité, dans la suite de l'idéologie du genre
Photo de Henriette Vanechop oui
Henriette Vanechop
Et si on pensait aux enfants ?
Photo de Sulle Scale non
Sulle Scale Chercheuse, enseignante, poétesse
Le point de vue des femmes, homo ou pas...
Photo de Nicolas Dhuicq non
Nicolas Dhuicq Député de l’Aube, secrétaire National UMP Nouvelles Stratégie de Défense
Terrorisme: ma réflexion ne portait pas sur l'homoparentalité mais sur la fonction paternelle