Voile intégral : 354 femmes contrôlées en un an, 299 verbalisées

354 contrôles effectués, 299 femmes verbalisées. Un an après l'entrée en vigueur de la loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public, visant notamment le voile intégral, le bilan est bien mince comparé au battage médiatique [...]

Lire la suite

Photo de Sampler Man oui
Sampler Man
Musicien, compositeur, voyageur.

Le texte d'Elisabeth Badinter : merci à elle !

Je sais, c'est juste 2 clics pour aller le lire... mais comme ça il est sous notre nez. Ah bon sang que c'est intelligent et engagé. Merci.

----------------------------

Adresse à celles qui portent volontairement la burqa:

Après que les plus hautes autorités religieuses musulmanes ont déclaré que les vêtements qui couvrent la totalité du corps et du visage ne relèvent pas du commandement religieux mais de la tradition, wahhabite (Arabie Saoudite) pour l’un, pachtoune (Afghanistan/Pakistan) pour l’autre, allez-vous continuer à cacher l’intégralité de votre visage ?

Ainsi dissimulée au regard d’autrui, vous devez bien vous rendre compte que vous suscitez la défiance et la peur, des enfants comme des adultes. Sommes-nous à ce point méprisables et impurs à vos yeux pour que vous nous refusiez tout contact, toute relation, et jusqu’à la connivence d’un sourire ? Dans une démocratie moderne, où l’on tente d’instaurer transparence et égalité des sexes, vous nous signifiez brutalement que tout ceci n’est pas votre affaire, que les relations avec les autres ne vous concernent pas et que nos combats ne sont pas les vôtres.

Alors je m’interroge : pourquoi ne pas gagner les terres saoudiennes ou afghanes où nul ne vous demandera de montrer votre visage, où vos filles seront voilées à leur tour, où votre époux pourra être polygame et vous répudier quand bon lui semble, ce qui fait tant souffrir nombre de femmes là- bas ? En vérité, vous utilisez les libertés démocratiques pour les retourner contre la démocratie.

Subversion, provocation ou ignorance, le scandale est moins l’offense de votre rejet que la gifle que vous adressez à toutes vos soeurs opprimées qui, elles, risquent la mort pour jouir enfin des libertés que vous méprisez. C’est aujourd’hui votre choix, mais qui sait si demain vous ne serez pas heureuses de pouvoir en changer. Elles, ne le peuvent pas... Pensez-y.

Elisabeth Badinter

6 3

Vous aussi, participez au débat :
Voile intégral : beaucoup de bruit pour rien ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Danièle Sala non

    11 avril 2012, 21:25

    Danièle Sala
    Merci d'avoir mis le texte de cette lettre, plus visible ici.
    0 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Gidmoz Gidmoz non

    13 avril 2012, 22:22

    Gidmoz Gidmoz ingénieur, libertarien, école autrichienne d'économie, chercheur en science économique
    La position d'Elisabeth Badinter est d'approuver une loi liberticide. Pire, elle suppose gratuitement ce qui se passe dans la tète d'une femme voilée. C'est au nom de cette idée qu'elle les condamne, qu'elle les juge.

    Le raisonnement d'Elisabeth est fautif, ignoble.
    1 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Sampler Man oui

    06 juin 2012, 08:52

    Sampler Man Musicien, compositeur, voyageur.

    @Gidmoz Gidmoz 

    Tiens je n'avais pas lu votre réaction ! Vous n'avez rien compris à la lettre d'Elisabeth Badinter. Où parle t elle d'approuver une loi ? Où juge t elle , où condamne t elle ? Elle parle philosophie, pas contravention ni condamnation. Par contre je me permets de condamner votre mauvaise foi... Pour finir, le qualificatif de "fautif" est mal employé (un raisonnement peut être faux, mais fautif ? (c'est vous qui l'accusez, là). Quant à "ignoble", je vous laisse vous rouler dans le ridicule.
    2 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Gidmoz Gidmoz non

    06 juin 2012, 09:44

    Gidmoz Gidmoz ingénieur, libertarien, école autrichienne d'économie, chercheur en science économique

    @Sampler Man 

    @Sampler Man
    Dans ce texte, E. Badinter oppose deux régimes politiques. D'une part une théocratie archaïque et violant l'égalité en Droit des hommes et des femmes. D'autre part une démocratie "moderne" qui la respecterait, selon elle, une égalité en Droit. Le texte en référence oppose deux législations différentes. Je suis donc fondé par soutenir que E. Badinter soutient une loi, quand bien même elle ne la cite pas explicitement.

    En expliquant sa préférence, E. Badinter juge d'une situation juridique qui lui semble préférable. Ses arguments qu'elle développe dans ce texte pour bien mal fondés. Proposer l'enfer d'un État religieux à celui qui critique le bien-fondé de certaines lois françaises relève d'une faute de raisonnement. Ou bien relève d'une certaine malhonnêteté intellectuelle. C'est un texte de militante, pas celui d'une philosophe. Ce texte vise les lois françaises actuelles.

    Enfin, E.Badinter parle d'égalité des sexes en France. Ce concept est valable lorsqu'il s'applique à une égalité en Droit de chacun. L'égalité des sexes en France consiste en une certaine obligation de certaines entreprises. Cette obligation légale viole leur liberté de contracter. C'est cette posture politique que je qualifie d'ignoble.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Agnès Martin du Gard

    12 juin 2013, 22:22

    Agnès Martin du Gard

    @Gidmoz Gidmoz 

    ENCORE UNE HISTOIRE DE FEMMES !
    25 mai 2010 Par Agnès Martin du Gard
    DU NOUVEAU SUR LA BURQUA ! Appris, entendu, vu à la télé : mardi 18 mai à « Ce soir ou jamais » : enfin de compte le port de la burqua est « la revendication des femmes pour lutter contre la marchandisation de leurs corps » !! et Mme Baddinter fut citée péjorativement au cours du propos parce que la pauv’ dame n’aurait à priori rien pigé au problème (doit être l’âge peut être ??), en somme elle peut aller se rhabiller !Alors là vraiment on aura bien « tout entendu » ! Personnellement je n’ai pas entendu la même chose lors d’une interview d’une femme sur une station de radio il y a quelques semaines, elle, elle affirmait « la burqua me rapproche de mon Seigneur »… Bon alors résumons, en fait il y aurait alors « trois cas de port de burqua » : celui des femmes qui lutteraient contre la marchandisation de leurs corps en le cachant totalement, celui de celles qui en ont besoin pour se rapprocher de leur Seigneur et celui de celles qui en seraient contraintes par leur famille ou leur mari… Alors pour toutes celles qui utiliseraient ce port seulement pour lutter, je cite , « contre la marchandisation de leurs corps » et qui ne voudraient pas être pénalisées dans l’avenir sur ce sol français j’ai trouvé une idée toute simple : porter déjà pour le bas une ample et longue chasuble sur leur tenue et pour le haut un foulard plus un masque anti-pollution sur le visage ! C’est pas compliqué ! Ainsi elles luttent « librement » en tant que femmes courageuses à visages masqués contre la marchandisation de leurs corps cachant ainsi tout leur physique sans risquer d’amende et tout en se protégeant de l’autre pollution de ce monde si mondialisé !! Et à ce propos d’ailleurs, en parlant de mondialisation, il y aurait aussi la solution d’un lieu de vie idéal pour leur tranquillité ce serait le Japon ! mais non en fait elles y passeraient inaperçues et donc comme c’est une revendication, non cela ne marchera pas, quoique si elles y sont avec la « burqua » réelle et non la « tenue masque anti-pollution » cela irait ?? Oh là cela devient complexe ! C’était juste une idée, et quoi on a bien le droit de délirer par écrit, à côté de celle qui le fait régulièrement à la télévision, toujours à « Ce soir ou jamais » ce n’est pas bien méchant ! Je ne citerai pas son nom d’abord parce que je l’ignore, en tout cas elle est très « forte » et bonne comédienne : auparavant elle est toujours apparue, d’abord avec une verve hyper agressive et monopolisant régulièrement la parole, et dans un « look » branché avec des dreadlocks juchés comme une montagne sur la tête, maquillée et en pantalon, et là, comme par « hasard » elle parlait normalement (ce qui était déjà bien moins insupportable qu’à l’accoutumé) et apparue les cheveux tel quel, longs tirés en arrière, sans maquillage et portant une ample et grande chasuble noire sur ses vêtements ! Alors ça y est, maintenant elle a décidé de « lutter contre la marchandisation de son corps » ! Encore une qui change d’avis… selon LA MODE ! Car en fait tout « ce foin », ce soi disant « débat » autour de la burqua c’est tout de même bien encore à cause des FEMMES et de leurs « SACRO-SAINTS VETEMENTS !!! Vraiment les femmes et la mode ça n’en finira donc jamais ?!Vraiment les femmes, toujours à faire parler d’elles !! et quand ce sont les femmes qui en parlent, parfois c’est du n’importe quoi ! Je parle bien sûr de « celle » de la télé moi je suis simple anonyme et surtout j’aime la dérision … c’est pas comme la dame qu’écrit des livres, se prend très au sérieux et passe souvent sur l’petit écran !
    Tous les commentaires
    25/05/2010, 17:31 Par Yolaine M
    Vous êtes une des rares femmes de Mediapart à "oser" parler de ce sujet... sur ce ton ;-)

    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Agnès Martin du Gard

    12 juin 2013, 22:22

    Agnès Martin du Gard
    Aux femmes
    Victor HUGO
    Recueil : "Les Châtiments"
    Quand tout se fait petit, femmes, vous restez grandes.
    En vain, aux murs sanglants accrochant des guirlandes,
    Ils ont ouvert le bal et la danse ; ô nos soeurs,
    Devant ces scélérats transformés en valseurs
    Vous haussez, – châtiment ! – vos charmantes épaules.
    Votre divin sourire extermine ces drôles.
    En vain leur frac brodé scintille ; en vain, brigands,
    Pour vous plaire ils ont mis à leurs griffes des gants,
    Et de leur vil tricorne ils ont doré les ganses ;
    Vous bafouez ces gants, ces fracs, ces élégances,
    Cet empire tout neuf et déjà vermoulu.
    Dieu vous a tout donné, femmes ; il a voulu
    Que les seuls alcyons tinssent tête à l’orage,
    Et qu’étant la beauté, vous fussiez le courage.
    Les femmes ici-bas et là-haut les aïeux,
    Voilà ce qui nous reste !
    Abjection ! nos yeux
    Plongent dans une nuit toujours plus épaissie.
    Oui, le peuple français, oui, le peuple messie,
    Oui, ce grand forgeron du droit universel
    Dont, depuis soixante ans, l’enclume sous le ciel
    Luit et sonne, dont l’âtre incessamment pétille,
    Qui fit voler au vent les tours de la Bastille,
    Qui broya, se dressant tout à coup souverain,
    Mille ans de royauté sous son talon d’airain,
    Ce peuple dont le souffle, ainsi que des fumées,
    Faisait tourbillonner les rois et les armées,
    Qui, lorsqu’il se fâchait, brisait sous son bâton
    Le géant Robespierre et le titan Danton,
    Oui, ce peuple invincible, oui, ce peuple superbe
    Tremble aujourd’hui, pâlit, frissonne comme l’herbe,
    Claque des dents, se cache et n’ose dire un mot
    Devant Magnan, ce reître, et Troplong, ce grimaud !
    Oui, nous voyons cela ! Nous tenant dans leurs serres,
    Mangeant les millions en face des misères,
    Les Fortoul, les Rouher, êtres stupéfiants,
    S’étalent ; on se tait. Nos maîtres ruffians
    A Cayenne, en un bagne, abîme d’agonie,
    Accouplent l’héroïsme avec l’ignominie ;
    On se tait. Les pontons râlent ; que dit-on ? rien.
    Des enfants sont forçats en Afrique ; c’est bien.
    Si vous pleurez, tenez votre larme secrète.
    Le bourreau, noir faucheur, debout dans sa charrette,
    Revient de la moisson avec son panier plein
    Pas un souffle. Il est là, ce Tibère-Ezzelin
    Qui se croit scorpion et n’est que scolopendre,
    Fusillant, et jaloux de Haynau qui peut pendre ;
    Eclaboussé de sang, le prêtre l’applaudit ;
    Il est là, ce César chauve-souris qui dit
    Aux rois : voyez mon sceptre ; aux gueux : voyez mon
    Ce vainqueur qui, béni, lavé, sacré, sublime, [crime
    De deux pourpres vêtu, dans l’histoire s’assied
    Le globe dans sa main, un boulet à son pied ;
    Il nous crache au visage, il règne ! nul ne bouge.
    Et c’est à votre front qu’on voit monter le rouge,
    C’est vous qui vous levez et qui vous indignez,
    Femmes ; le sein gonflé, les yeux de pleurs baignés,
    Vous huez le tyran, vous consolez les tombes,
    Et le vautour frémit sous le bec des colombes !
    Et moi, proscrit pensif, je vous dis : Gloire à vous !
    Oh ! oui, vous êtes bien le sexe fier et doux,
    Ardent au dévouement, ardent à la souffrance,
    Toujours prêt à la lutte, à Béthulie, en France,
    Dont l’âme à la hauteur des héros s’élargit,
    D’où se lève Judith, d’où Charlotte surgit !
    Vous mêlez la bravoure à la mélancolie.
    Vous êtes Porcia, vous êtes Cornélie,
    Vous êtes Arria qui saigne et qui sourit ;
    Oui, vous avez toujours en vous ce même esprit
    Qui relève et soutient les nations tombées,
    Qui suscite la Juive et les sept Machabées,
    Qui dans toi, Jeanne d’Arc, fait revivre Amadis,
    Et qui, sur le chemin des tyrans interdits,
    Pour les épouvanter dans leur gloire éphémère,
    Met tantôt une vierge et tantôt une mère !
    Si bien que, par moments, lorsqu’en nos visions
    Nous voyons, secouant un glaive de rayons,
    Dans les cieux apparaître une figure ailée,
    Saint-Michel sous ses pieds foulant l’hydre écaillée,
    Nous disons : c’est la Gloire et c’est la Liberté !
    Et nous croyons, devant sa grâce et sa beauté, [nomme,
    Quand nous cherchons le nom dont il faut qu’on le
    Que l’archange est plutôt une femme qu’un homme !

    Jersey. 30 mai 1853.

    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de DANE MYMIE

    22 avril 2014, 10:56

    DANE MYMIE
    voyons donc! du bruit pour rien ? seriez-vous toutes et tous devenu(e)s aveugles, ou sots, ne sentz-vous pas ce regain de mépris envers le peuple Français, et pourtant ce peuple que ces intégristes de tout poils , c'est ce peule là qui les a accueilli, Et à ce jour ces islamistes veulent mettre notre liberté de vivre de réfléchir de penser en cage. Cette habitude de mépriser les femmes de les transformer en esclaves nous l'avons combattu et ceci s'appelle LA revolution Si vous ne voulez pas vivre dans lois de ce pays parttez ! Mais nous ne vous laisserons pas mettre a male un pays si beau qui à inssuflé a beaucoup de l'espoir JE NE SUIS PAS IMPI mais libre.... différence!
    MME Badinter MME Alimi MME DE Beauvoir MME S Veil merci! Revenez nous avons besoins de vous de votre intélligence de votre amour de la liberté et de l'égalité.et de votre amour pour vos soeurs
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème