Des médicaments en grande surface

Après la grande distribution, l’association de consommateurs UFC - Que choisir réclame la libéralisation de la vente de médicaments disponibles sans ordonnance en dehors des pharmacies.

L’association, qui a présenté mardi 27 mars les résultats [...]

Lire la suite

Le groupe E.Leclerc réclame depuis des années le droit de vendre des médicaments en libre accès

L'enseigne présidée par Michel-Edouard Leclerc lance régulièrement des campagnes de publicité pour réclamer le droit de vendre des médicaments dans ses parapharmacies. En 2008, le groupe était monté au créneau lorsque le gouvernement avait autorisé la vente en libre-service, dans les pharmacies, de plus de 300 médicaments à prescription facultative. 

L'argument du groupe est toujours le même : le prix. Selon les études commandées par l'enseigne, le prix d'un même médicament peut varier du simple au triple, d'une pharmacie à l'autre dans une même ville.

E. Leclerc veut donc obtenir le droit de dispenser ces médicaments non remboursés, à prix libres et disponibles en libre accès, à «prix Leclerc», dans ses propres parapharmacies avec le conseil de leurs salariés diplômés.

A chaque fois, ces campagnes provoquent l'ire des pharmaciens. Après avoir fait condamner E. Leclerc, des groupements de pharmaciens d'officine ont même lancé en 2011 une campagne de communication pour répliquer à celle du groupe.

«Les hypermarchés Leclerc, tout comme les autres acteurs de la grande distribution, ne sont pas qualifiés pour vendre des médicaments», font-ils valoir, soulignant les dangers de la vente de médicaments hors des officines.

Un argument qui est mis à mal par l'enquête présentée mardi 27 mars par l'UFC - Que choisir, selon laquelle les pharmaciens ne remplissent pas leur mission de conseil auprès des consommateurs venus acheter des médicaments en libre accès. 

Voici ci-dessous une des publicités, diffusée en 2008, par le groupe E. Leclerc.

Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Tatiana Kalouguine
Tatiana Kalouguine Journaliste Newsring
L'hypermarché n'est plus le modèle dominant en France
Photo de Carole Llewellyn non
Carole Llewellyn Ecrivain, docteur en littérature américaine
Non, sauf pour les maladies longue durée et les pathologies à vie
Photo de thierry vivion oui
Photo de Daniel Buchinger oui
Daniel Buchinger Président de l'Union Des Groupements des Pharmacies d'Officine (UDGPO) et d'Univers-Pharmacie
L'étude de l'UFC - Que choisir qui prône la libéralisation de la vente de médicaments est incomplète
Photo de Daniel Buchinger oui
Daniel Buchinger Président de l'Union Des Groupements des Pharmacies d'Officine (UDGPO) et d'Univers-Pharmacie
Ouvrir la distribution de l'automédication aux grandes surfaces serait dangereux

Derniers arguments

Photo de ddacoudre . non
ddacoudre . militant à la retraite.
C'est un choix politique et non de dangerosité.
Photo de krisk 33 oui
krisk 33 Technicien Informatique
Le marketing de la folie - Sommes-nous tous fous ?
Photo de Daniel Buchinger oui
Daniel Buchinger Président de l'Union Des Groupements des Pharmacies d'Officine (UDGPO) et d'Univers-Pharmacie
Ouvrir la distribution de l'automédication aux grandes surfaces serait dangereux