Promulgué Photo: Witt / Sipa

Christiane Taubira : «Le projet de loi va étendre aux personnes de même sexe les dispositions actuelles du mariage»

Le projet de loi sur le mariage homosexuel fera son entrée au Parlement le 29 janvier prochain. Avant même son analyse par l'Assemblée Nationale et le Sénat, le «mariage pour tous» monopolise l'agenda politique autant qu'il divise.

Le coup [...]

Lire la suite

Photo de Arnaud Le Bour contre
Arnaud Le Bour

Le mariage entre deux personnes de même sexe est un non sens

Le mariage entre deux personnes de même sexe est un non-sens. C'est l'intérêt de l'enfant qui prime. Tout enfant a le droit à un père et une mère. Un enfant sans ce droit fondamental va être traumatisé dans plusieurs années. C'est les psychologues qui vont se frotter les mains. Pardon d'être politiquement incorrect !

129 116

Vous aussi, participez au débat :
Pour ou contre le mariage gay ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Alexis BEGRAND pour

    11 mai 2012, 15:26

    Alexis BEGRAND
    euh le débat c'est le mariage... en quoi l'intérêt de l'enfant est un argument? vous interdiriez le mariage à tout couple hétérosexuel qui ne privilégie pas l'intérêt de leur enfant? et les couples qui ne veulent pas d'enfant ? ils ont le droit de se marier eux?
    4 3
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arnaud Le Bour contre

    11 mai 2012, 16:20

    Arnaud Le Bour

    @Alexis BEGRAND 

    On parle beaucoup de droit à l'enfant au détriment des intérêts de l'enfant. Le souhait d'un enfant devient trop souvent un désir égoïste. L'intérêt d'un enfant c'est le droit d'avoir un papa et une maman et on ne peut pas imposer à l'enfant une situation qui est contre-nature c'est à dire avoir deux parents de même sexe. Ce n'est pas de l'homophobie que de reconnaître que tout n'est pas possible pour un couple homosexuel.
    5 4
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Louis Zerathe pour

    06 juin 2012, 23:15

    Louis Zerathe

    @Arnaud Le Bour 

    Si, c'est exactement de l'homophobie. N'est ce pas égoiste de présumer qu'un enfant pensera toujours ce que vous dites ? Et, pardonnez moi, mais l'argument des enfants lors d'un débat sur le mariage est une chose absurde. Le mariage ne mène pas forcément à la reproduction de nos jours, désolé de devoir vous l'apprendre. Et de nombreuses personnes se marient sans vouloir pour autant faire des enfants, certaines aimeraient mais ne peuvent pas. Souhaitez vous les en empêcher ?
    De plus, j'aimerai lire les études qui vous poussent à dire que l'interêt d'un enfant c'est le droit d'avoir un papa et une maman ... Ne comprenez vous pas qu'aujourd'hui énormément d'enfants grandissent tout à fait bien dans des familles composées d'un seul parent ? Et d'autres grandissent très bien dans des familles recomposées ou l'on peut voir deux personnes du même sexe élever des enfants ...
    6 5
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Norva pour

    06 novembre 2012, 13:19

    Norva Citoyen, politiquement indécis, non militant, indépendant

    @Arnaud Le Bour 

    A vous lire on dirait que l'humanité n'existe que pour une seule fin, se reproduire et ce, indéfiniment. Exister pour exister... c'est peut être conforme à une vision religieuse de la vie puisque le bonheur arriverait après la mort, mais pour beaucoup d'entre nous, pour ne pas dire une majorité, nous avons une autre approche de la vie, nous voulons la rendre heureuse. S'il y a des homosexuels, c'est bien la nature qui les a créé, et ils ont droit au bonheur comme vous. Ce bonheur passe par une reconnaissance institutionnelle de leurs couples, c'est ce que le mariage propose de faire. Cantoner ces unions à des Pacs, Unions Civiles, n'aurait pour seul objectif que de discriminer ces couples et les priver d'une partie de leur droit de vivre librement. Le mariage des homos ne retire rien au mariage des hétéros sauf à penser qu'il "salit" l'institution. Pour ce qui est des enfants, ne vous en déplaise mais les homos en ont déjà, ils ne sont pas stériles, l'adoption est un faux problème dans la mesure ou il y a très peu d'enfants adoptables et que le jour ou il faudra choisir un couple pour placer un enfant, les services sociaux choisiront ce qu'il y a de mieux pour l'enfant, ce qui ne veux pas dire hétéro quoi que vous en pensiez.
    3 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arthur Ruchon pour

    14 mai 2012, 12:48

    Arthur Ruchon Lycéen
    C'est assez fallacieux comme raisonnement. Fallacieux dans la mesure où les homosexuels peuvent très bien éduquer voire même mieux leur(s) enfant(s) sans pour autant les traumatiser. Qu'en est-il des parents hétérosexuels qui boivent et battent leurs enfants ? Bien sûr je ne dis pas qu'il n'en existerait pas homosexuels, mais donc, on devrait leur interdire de ce marier eux aussi ?

    Ou, attendez, on devrait peut-être empêcher ceux qui ne croient pas en Dieu de se marier aussi. Ou les roux. J'essaie de démontrer l'absurde de votre paralogisme, qui au fond, n'est pas bien argumenté. C'est creux. Vous faites une généralité dangereuse qui ne reflète absolument pas la réalité. Et vous n'appuyez rien pour exprimer votre pensée. "Traumatisé", certes mais pourquoi ?

    Bien à vous,
    4 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arnaud Le Bour contre

    14 mai 2012, 14:46

    Arnaud Le Bour

    @Arthur Ruchon 

    Vos comparaisons sont tout autant absurdes! Il est évident qu'un enfant a besoin d'une référence des deux sexes pour son développement. Pourquoi cela deviendrait légitime de priver un enfant d'un droit qu'il lui est naturel? Il y a des traumatismes qui naissent mais qui seront visibles que dans plusieurs années. Et cela est un critère essentiel pour l'opposition au mariage de 2 personnes de même sexe car le mariage est intrinsèquement lié au désir d'enfant(s). De plus, un autre aspect apparaît; à savoir les moyens pour l'obtention d'un enfant. Dans le cas, d'un couple de femmes, il y a la procréation assistée mais dans le cas d'un couple d'hommes, il y a la question des mères porteuses qui est strictement interdit en France; et pour laquelle même le PS est opposé. Je ne vais pas m'étendre sur la question des mères porteuses car ce n'est pas le sujet ici.
    Pour revenir à la question du traumatisme, ce dernier s'installe quand les critères d'équilibre qui découle de droit naturel ne sont pas présents. Le premier critère, pardon je me répète, est le droit d'avoir un papa et une maman et de les connaître. A ce sujet, on voit les traumatismes que provoquent les naissances sous X. L'idée d'incapacité à se créer une identité...
    3 3
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arthur Ruchon pour

    14 mai 2012, 15:06

    Arthur Ruchon Lycéen

    @Arnaud Le Bour 

    D'abord, je conçois que mes exemples étaient absurdes, c'était justement pour démontrer que votre généralité est inexacte. Ce que vous dites peut être interprété comme cela :
    "A. est homosexuel avec B. Ils ont un enfant."
    "C (l'enfant) aura des traumatismes."
    "C. de fait, aurait été mal éduqué".
    Toutefois, je suis navré de répéter que cela dépend des parents. Vous me citez les droits naturels, c'est une chose. Néanmoins rien ne prouve, en terme de source, qu'un enfant élevé dans une famille homoparentale aura plus de mal à se développer que dans une famille avec un père et une mère. Je reprendrais tout à l'heure l'exemple d'un père et d'une mère alcoolique, ou plus général, dans une relation où le père bat l'enfant, le maltraite. Ça crée aussi des traumatismes. De même pour le viol.
    Je dirais donc chaque cas s'adapte selon le couple, et qu'après tout, chacun à le droit à sa chance. Même si ce n'est pas politiquement correct, je citerai un ami à moi qui se porte très bien et qui pourtant découle d'une famille homoparentale (et sa situation est compliquée, certes).
    À part la religion, quels sont les arguments ? Car les droits naturels cités proviennent de la religion, à la base. Aucune étude a été menée pour prouver l'inverse
    3 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arnaud Le Bour contre

    14 mai 2012, 16:03

    Arnaud Le Bour

    @Arnaud Le Bour 

    On peut s'inspirer des religions dans ce qu'elles ont de bonnes et d'essentiel à dire à l'humanité sans y adhérer. En tous cas, c'est ce qu'à fait la philosophie des Lumières. Son essence était dans le christianisme que l'on veuille ou non. On ne ballai plusieurs siècles de Christianisme comme ça. Je le conçoit, il y a des hommes qui ont usé de l'Eglise de façons regrettables mais cela ne remet pas pour autant en cause son essence même. Ne pas tout confondre!
    Quand je parle d'identité, cela ne concerne pas pour le cas d'un décès car il s'agit bien de la mort des parents et cela n'induit pas une rupture filiale. Concernant l'adoption, il est essentiel que l'enfant connaisse ses parents même s'il ne vit pas avec eux pour éviter tous traumatisme. Être adopté ne signifie pas rompre filialement avec ses parents biologiques.
    Le lien traumatisme avec homoparentalité, je l'ai déjà développé dans mes précédents messages mais vous les avez sans doute lu qu'à moitié.
    2 4
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Olivier Chauzu pour

    01 septembre 2012, 00:54

    Olivier Chauzu

    @Arnaud Le Bour 

    Il n'y a absolument aucune preuve médicale, scientifique, sur la nécessité d'un référent masculin et féminin. Si, les thèses de Freud, mais ce sont des théories du 19e siècle, qui ont été actualisées depuis. Les études psychiatriques, dans leur écrasante majorité, insistent sur le fait qu'un enfant doit grandir dans un espace harmonieux, qui lui assure confort et surtout protection. Les référents masculin et féminin, c'est la société qui les lui donne. Le droit de l'enfant, c'est donc avant tout le droit à cette protection. Le reste est de l'obscurantisme.

    Le mariage homosexuel introduit une reconnaissance du beau-père ou de la belle-mère. Imaginez un couple traditionnel qui divorce, l'un des deux membres se recompose et se marie avec un partenaire du même sexe. La loi reconnaîtra ce nouveau conjoint.

    Le reste, c'est de l'obscurantisme.
    3 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arnaud Le Bour contre

    14 mai 2012, 15:29

    Arnaud Le Bour

    @Arthur Ruchon 

    Il ne faut pas confondre mauvaise éducation et traumatisme même si cette première peut est la cause du second.
    La chance doit être adressée en priorité à l'enfant.
    Les droits naturels sont certes d'inspirations religieuses mais les religions sont intrinsèquement lié à ce qui y a de meilleur pour tout homme. De plus, la question des lois naturels est le socle de l'humanité reconnu par beaucoup de courant.
    2 3
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arthur Ruchon pour

    14 mai 2012, 15:39

    Arthur Ruchon Lycéen

    @Arnaud Le Bour 

    En fait, ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi l'enfant serait traumatisé en cas de famille homoparentale. Je trouve que ça n'a pas de sens. Il y a, comme je l'ai dit, des cas particuliers (puisqu'il y aura toujours des mauvais parents), mais de là à faire cette généralité, il y a un fossé.

    "identité" certes. Je ne dis pas que c'est toujours facile, mais dans ce cas vous remettez en cause le principe même de l'adoption ou du décès d'un des deux parents. Ce que j'essaie de dire c'est que ce n'est pas inhérent à l'homosexualité. Il peut y avoir beaucoup de facteurs.

    Quant aux droits naturels, ils découlent aussi des philosophes des lumières (si on parle de la même chose) et des Droits de l'Homme de 1789. Or, à ma connaissance (rectifiez-moi si je me trompe), il ne fait aucune mention au fait d'avoir un père et une mère. Donc à part les religions, justement, je ne vosi pas qui a pu dire ça. Pas des scientifiques contemporains en tous cas. Et écouter les religions signifie leur accorder crédit, potentiellement y croire. Or, avec toutes les bavures du christianisme (pour ne prendre que cet exemple), je n'écoute pas à titre personnel leurs sermons. Et la France est un état laïc qui ne juge pas selon les religions.

    Bien à vous,
    3 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arnaud Le Bour contre

    15 mai 2012, 18:34

    Arnaud Le Bour

    @Arthur Ruchon 

    Effectivement, on dévie sur d'autres sujet. Pour la loi Léonetti, nous sommes en accord!
    Concernant, les deux situations d'avortement dont l'un est dramatique. Il faut déjà savoir, et cela est peu soulevé, que un avortement produit un traumatisme à toutes femmes qui ont eu recours. Il ne s'agit certainement pas de porter un jugement! Pour le cas de la lycéenne, il s'agit d'avoir un travail éducatif d'accompagnement dans un premier temps. Bien entendu, les campagnes de contraception doivent être menées, également. Dans le cas d'un viol, l'idéal est qu'il n'y ait de recours à l'avortement mais trouver une alternative. Je peux comprendre le choix de l'avortement dans ce cas même si l'avortement n'est jamais la bonne solution car il reste dramatique pour les raisons exprimés dans mon précédent message.

    Cordialement
    1 3
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arthur Ruchon pour

    14 mai 2012, 17:28

    Arthur Ruchon Lycéen
    Je ne peux pas me mettre dans le cas d'un enfant adopté, puisque je ne l'ai pas été. Dans cette optique, il m'est impossible de savoir ce que l'on peut ressentir, ou ce que peut ressentir quelqu'un né dans une famille homoparentale. Je dirais juste qu'il n'y a personne pour juger des familles homoparentales ; la façon dont l'enfant se développera. J'entends ce que vous dites, mais j'aimerais des sources claires. Avez-vous beaucoup de connaissances élevées dans des familles homoparentales ? Des études scientifiques appuient-elles votre argumentaire ? On peut me retourner le commentaire, j'en suis conscient. Mais au fond, on ne pourra que supputer parce qu'il ne revient pas à nous de décider de dire si l'enfant est traumatisé ou non. Et je ne considère pas les sources de la religion comme fiables. Dans cette optique, je proposerais de laisser faire. Qu'est-ce que ça peut coûter ? Ce n'est pas 10% d'homosexuels en France qui vont "détruire l'humanité" pour contrer M. Vanneste, ou dans une moindre mesure, la natalité et le bien-être des jeunes de demain.

    On ne peut contrevenir au choix des uns et des autres. C'est la liberté. Et elle ne nuit pas à celle des autres. Il y a-t-il beaucoup de plaintes à votre connaissance ? Pas pour moi
    2 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arnaud Le Bour contre

    14 mai 2012, 17:49

    Arnaud Le Bour

    @Arthur Ruchon 

    Un témoignage reste qu'une vision subjective. Mon point de vue est anthropologique à base théologique. Sur ce point, je partage l'avis de Christian Vanneste. La question qu'il faut se poser est qu'elle situation est l'idéale pour le développement intégral de tout individu et particulièrement pour un enfant?
    Le principe de droit naturel est adopté par le corps scientifiques.
    Le mariage entre 2 personnes de même sexes est un non-sens car contraire à l'anthropologie humaine. Et de ce fait, un mariage entre 2 personnes de même sexe ne peut pas avoir lieu de ce point de vue malgré ce qui est marqué dans les textes. Donc 10% ou moins ou plus, là n'est pas le problème.
    2 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arthur Ruchon pour

    14 mai 2012, 18:16

    Arthur Ruchon Lycéen

    @Arnaud Le Bour 

    En effet, chaque avis n'engage que soi, il n'empêche que l'on peut en discuter. Néanmoins, comment pouvez-vous vous associer à des propos aberrants comme ceux de M. Vanneste ? C'est un autre débat, mais il suffit juste de s'y connaître un peu en démographie pour savoir que c'est faux, autant provocateur ce propos peut-il être.

    En gros, vous me dites que l'homosexualité, c'est contre-nature, de ce fait, pas de mariage. C'est à dire que le problème n'est plus de savoir s'il faut adopter le mariage homosexuel ou non, j'ai l'impression, je ne sais pas si c'est vrai, que vous n'êtes absolument pas convaincu d'un amour sincère entre deux personnes du même sexe. Si c'est le cas, c'est de l'intolérance. Si ce n'est pas le cas, ignorez ce que je viens de dire. Or, tout n'est pas parfait avec un idéal clair.

    Dans la mesure où deux personnes s'aiment, où deux personnes donnent un amour franc et sincère, un toit décent à son enfant, n'est-ce pas l'essentiel peu importe le sexe ? Et que dire des familles monoparentales... Un enfant heureux trouvera plus une identité chez des gens qui l'aiment que chez des gens qui se fichent de lui.

    Bien à vous,
    2 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arnaud Le Bour contre

    15 mai 2012, 14:07

    Arnaud Le Bour

    @Arnaud Le Bour 

    Effectivement, nous ne tomberons pas d'accord et cela n'est pas grave! Concernant les religions, elles ont toutes leurs places dans le débat public et le contraire serait contre démocratique et contre constitutionnel. A ce sujet, les religions possèdent toujours un rôle consultatif au sein de l'Etat. Aucun président de la République et Gouvernement ne peut s'en passer à ce titre. La séparation des Eglises et de l'Etat promulguée en 1905 n'est séparation que du nom car il s'agit avant tout d'un compromis. Au même titre que les consultations religieuses sont essentielles pour l'Etat, le Gouvernement à un pouvoir de validation pour toutes les nominations d'évêque français. De plus, vous savez que François Hollande sera nommé Chanoine du Latran par le Vatican dans quelques semaines. C'est ce qu'on appelle la laïcité française.

    Est-ce que l'avortement et l'euthanasie sont des avancées. Je ne crois pas et cela prouve que vous ne connaissez pas les vices qui s'y cache derrière. L'avortement en France était pour répondre à un grand problème sanitaire vis-à-vis des femmes qui avortaient à l'étranger mais on peut constaté des dérives avec les années.
    3 3
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Guillaume Ballin contre

    04 décembre 2012, 18:55

    Guillaume Ballin Développeur informatique.

    @Arnaud Le Bour 

    Je tiens juste à préciser que cette phrase est totalement fausse : « le Gouvernement à un pouvoir de validation pour toutes les nominations d'évêque français » depuis la chute du concordat (donc depuis la séparation de l'église et de l'État), les évêques ne sont choisis que par le Vatican et l'État n'a rien à dire pas plus qu'il n'est consulté. La seule exception concernant l'Alsace et la Moselle où le concordat est encore en vigueur mais c'est le Président de la République qui valide ou non l’évêque dans ce cas (évêque de Metz et de Strasbourg) et non le gouvernement.
    0 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arnaud Le Bour contre

    14 mai 2012, 18:43

    Arnaud Le Bour

    @Arthur Ruchon 

    Je ne remets certainement pas en cause l'amour qu'il y a entre 2 personnes de même sexe et que je respecte totalement. Mais cela ne justifie pas pour autant le droit au mariage pour un couple homosexuel car dans ce cas c'est contre-nature mais là, je me répète.
    Le déséquilibre que peut rencontrer un enfant n'est pas qu'économique ou social mais aussi anthropologique. L'homoparentalité est contraire à l'anthropologie. Respecter les homosexualités c'est aussi leur dire que leur situation ne les ouvre pas au mariage...
    3 3
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arthur Ruchon pour

    15 mai 2012, 06:23

    Arthur Ruchon Lycéen

    @Arnaud Le Bour 

    De toute manière, nous pourrons continuer à discuter encore des mois là-dessus sans qu'un des deux tombent d'accord avec l'autre. Pour moi il est important que la société avance comme elle a avancé pour les femmes, la contraception, l'avortement, l'euthanasie. Nous ne sommes plus dictés par une religion majoritaire, de ce fait le principe de la République Française ignore tout ce qui vient d'elle. Presque tout.

    Être un état de droits c'est aussi faire en sorte que chaque citoyen puisse être heureux et puisse assurer un bon anvenir. Je suis désolé, en restant sur des positions conservatrices, on ne rend pas les gens heureux on prive peut-être même l'enfant d'une vie heureuse, en le laissant (futur ou non) aux mains de parents hétérosexuels plus négligents.

    Je dirai par la même occasion, qu'une "aberration anthropologique", il faut arrêter avec ça. L'homosexualité a été, et et sera toujours. Même dans le règne animal pour vous dire (on me sort souvent cet exemple, mais c'est faux). La réprimer et ne pas faire évoluer les droits, c'est une manière de dire qu'ils valent moins que d'autres. Très sincèrement, malgré les arguments que vous m'opposez, je ne suis absolument pas convaincu qu'un enfant né dans ce milieu soit perturbé.
    3 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Ramir Morais pour

    16 octobre 2012, 22:23

    Ramir Morais Vice-président de Gay Attitude Guyane, chanteur lyrique, enseignant, critique social

    @Arnaud Le Bour 

    Êtes vous certain de ce que vous dites par rapport à l'anthropologie ? L'iPhone, l'internet, l'état capitaliste, pour vous c'est aussi contre l'anthropologie ? Mon Dieu, je me demande où c'est cette boule d'où vous tous sortez...
    2 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de damien delage pour

    11 novembre 2012, 15:59

    damien delage

    @Arnaud Le Bour 

    L'argument contre nature m'a toujours déconcerté, outre le fait que des rapport homosexuel ont été observés chez d'autres espèces (dauphins, albatros, ....) dont on peut conclure assez facilement que ces rapports sont naturels

    Qu'elle espèce, mis à part l'homme, se marie ? A partir de quoi peut dire qu'un mariage quel qu'il soit peut être naturel ? Le mariage est une union sociale et le social n'a jamais relevé du naturel!

    Pouvez- vous développez l'argument contre nature car je dois bien avouer que je ne le comprend pas !

    "L'homoparentalité est contraire à l'anthropologie" peut être a l'anthropologie chrétienne, mais il se trouve que ce n'est pas la seule, qu'elle ne détient pas toutes les vérités, et qu'elle ne saurait définir notre sociétée
    2 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arnaud Le Bour contre

    15 mai 2012, 14:13

    Arnaud Le Bour

    @Arthur Ruchon 

    L'euthanasie serait le droit de mort sur une personne. Le danger c'est que beaucoup de critères de décisions serait une chute pour l'humanité. Comme pour l'euthanasie, on pourrait constater une pratique de l'eugénisme. Effectivement quelle belle avancée! Cela serait contraire à la loi de l'abolition de la peine de mort, qui elle était une belle avancée. L'avortement et l'euthanasie sont une autre forme de peine de mort. Influencées en partie par notre société consumériste!

    Bien Cordialement
    3 4
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arthur Ruchon pour

    15 mai 2012, 17:04

    Arthur Ruchon Lycéen

    @Arnaud Le Bour 

    Même si ce débat est très intéressant, j'ai bien peur qu'il ne colle pas au sujet. Mais pour l'euthanasie, il faut la contrôler bien évidemment ! Et c'est en cela que je trouve la loi Leonetti très bien faite. Pourquoi la changer à ce niveau ?

    Quant à l'avortement, en quoi une fille violée devrait porter l'enfant qu'elle ne voulait pas ? Sa vie n'est-elle pas déjà gâchée en partie ?

    Je prends le même exemple pour la lycéenne qui a fait une "bêtise". Il faut attention à ne pas être trop dans l'extrême. Cela vaut autant pour ceux qui sont trop libéraux que pour les ultra-conservateurs. Si j'ai mal interprété votre pensée, merci de m'en excuser. Mais dit comme ça...

    Bien à vous,
    5 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé contre

    03 novembre 2012, 16:50

    Profil supprimé Polémiste à ses heures

    @Arnaud Le Bour 

    Bien dit!

    En effet, si l'on definissait la vie d'un enfant, rapidement?

    il est conçu, il commence son existence dans le ventre maternel, nait ensuite, et grandit avec le soutient de deux tuteurs, un pere et une mere, qui apportent des elements differents.
    difficile de retrouver cela dans un duo de même sexe!
    pas de conception, donc adoption éventuelle, un projet éducatif très different d'un couple à deux parents presents et héterosexuels, puisque pas d'experience de la mere qui a enfanté, ou pas d'experience du pere qui a des éléments à apprendre à l'enfant.

    bref, une histoire égoiste sans enfant, le mariage homosexuel n'a pas lieu d'etre !
    mariage = amour et enfants
    (idem pour héteros, et couples séparés, divorce)
    1 3
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Loïc Dieulle pour

    15 août 2012, 11:44

    Loïc Dieulle Plasticien
    C'est marant ce que vous dites parce que les psy savent déjà, depuis longtemps (puisque des enfants orphelins, sans papa ni maman existent depuis longtemps) que cela n'empêche pas l'équilibre, l'image maternelle et paternelle pour la construction sexuée de l'enfant se fera dans tout genre de couple.
    5 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Guillaume Ballin contre

    11 septembre 2012, 19:05

    Guillaume Ballin Développeur informatique.
    Mais le mariage entre 2 personnes de sexe différent a-t-il un sens ?
    3 3
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Ramir Morais pour

    16 octobre 2012, 22:22

    Ramir Morais Vice-président de Gay Attitude Guyane, chanteur lyrique, enseignant, critique social

    @Guillaume Ballin 

    C'est un statut légal, pour pouvoir faire une vie ensemble, s'acheter des choses, pas se faire voler pour la famille d'un partenaire qui meurt... C'est assez simple au fait. Si pour vous les pédés existent, ça m'étonne déjà.
    3 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de damien delage pour

    11 novembre 2012, 15:39

    damien delage

    @Guillaume Ballin 

    Bien sur qu'il a un sens :

    Dans un premier temps d'un point de vue purement idéologique: les droits de l'hommes sur lesquels l'idéologie française est basée stipule que tout homme est égaux devant la loi quelque soit ses origines, son sexe ... et son orientation sexuel. Hors ceci est en contradiction avec le fait qu'une partie de la population n'ait pas le droit de se marier. Le mariage pour tous permettrai d'y remédier.

    De plus je pense que toute interdiction doit être motivée par le désir de protéger la société. Hors je ne vois pas en quoi l’interdiction aux homos d'épouser la personne qu'ils aiment protège en quoi que ce soit la société. Si oui de quel maux?

    Pour finir d'un point de vue purement pratique il peut y avoir des avantage sur les impôts, dans les papiers administratifs ou encore lors de l'héritage.

    Donc une loi qui permettrai d'instaurer un peu plus de liberté, d'égalité et de facilité la vie d'une partie de la population, je pense, qu'elle a un sens
    2 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Guillaume Ballin contre

    04 décembre 2012, 18:48

    Guillaume Ballin Développeur informatique.

    @damien delage 

    Le seul sens que vous trouvez donc au mariage (et je suis d'accord avec vous) est qu'« il peut y avoir des avantage sur les impôts, dans les papiers administratifs ou encore lors de l'héritage. ».
    Mais dans ce cas, l'inégalité n'est-elle pas que des citoyens n'aient pas les mêmes droits que d'autres, que des couples n'aient pas les mêmes droits que d'autres couples simplement sous prétexte qu'ils sont mariés ou non ?
    Qu'est-ce qui justifie et surtout peut défendre que les couples mariés puissent payer moins d'impôts que les autres ?
    0 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Alice Curoy pour

    27 septembre 2012, 16:53

    Alice Curoy
    On parle ici du mariage et non de l'adoption.
    4 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arnaud Le Bour contre

    27 septembre 2012, 17:18

    Arnaud Le Bour

    @Alice Curoy 

    Chère Alice,

    Le mariage et le désir d'enfant vont de pair! Le mariage n'est pas seulement la justification de l'amour mutuel entre un homme et une femme mais l'engagement d'assistance mutuel et de fondation d'une famille par la naissance ou l'adoption d'enfant. Si l'un des mariés s'opposent à la venue d'enfant, le mariage peut être annulé sans divorce. Le désir d'enfant est une condition primordiale pour la validité du mariage.
    2 5
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Alice Curoy pour

    27 septembre 2012, 17:55

    Alice Curoy

    @Arnaud Le Bour 

    Non le désir de se marier et le désir d'avoir des enfants ne sont pas les mêmes choses et ne vont pas de pair. Beaucoup de couples hétérosexuelles sont mariés et ne veulent pas ,pour autant, d'enfant. Certes l'adoption homosexuelle est elle aussi un débat très controversé. Mais nous parlons ici du fait que une personne homosexuelle ayant les mêmes DEVOIRS qu'une personne hétérosexuelle, ne puisse pas avoir les mêmes DROITS.
    Sur quels critères pouvons nous interdire a deux personnes de se marier? Et surtout a quel droit ?
    C'est un type de discrimination comme un autre.
    Pour un société donc la devise est "Liberté, Egalité, Fraternité" c'est assez surprenant qu'on se donne le droit d'interdire un acte institutionnel a des personnes comme vous et moi.
    7 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Arnaud Le Bour contre

    27 septembre 2012, 18:27

    Arnaud Le Bour

    @Alice Curoy 

    Alice,

    Quels arguments fondés et non subjectifs vous avez pour justifier le fait que "le désir de se marier et le désir d'avoir des enfants ne sont pas les mêmes choses et ne vont pas de pair". Certainement aucun! Si vous vous informés de manières moins passionnées, vous remarquerez que ce que je vous ai écris précédemment est juste. Je ne fais que reprendre ce que dit le contrat de mariage...
    Il est plus qu'inquiétant de voir des politiques utiliser l'expression: "le mariage pour tous" comme si ce dernier ne l'était pas depuis les origines (A la rigueur ceux qui pourrait être victimes d'une injustice ce sont les mineurs et non les personnes homosexuelles.). Si certains politiques ne devenaient pas naïfs, ils verraient bien que les lois sont faites pour les individus et non pour les couples. J'en déduis que toutes personnes majeures peuvent se marier en France même les homosexuelles car l'orientation sexuelle n'est pas notifiées dans les textes de loi. La devise remplie bien sont rôle sur ce point!
    1 4
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de damien delage pour

    11 novembre 2012, 15:27

    damien delage

    @Arnaud Le Bour 

    Vous dites "Il est plus qu'inquiétant de voir des politiques utiliser l'expression: "le mariage pour tous" comme si ce dernier ne l'était pas depuis les origines (A la rigueur ceux qui pourrait être victimes d'une injustice ce sont les mineurs et non les personnes homosexuelles.)" et pourtant de fait les homos n'ont pas le droit de se marier avec la personne qu'ils aiment.

    Ou peut être concevez vous le mariage comme une union de deux failles ou l'amour n'a pas sa place au sein du couple, vison qui date du moyen age, depuis le mariage a évoluer et est une reconnaissance de l'amour que se portent deux personnes. Par conséquent si une personne ne peu se marier avec la personne qu'elle aime, elle n'a pas le droit au mariage.

    D'où l'absolue nécessite d'y remédier au plus vite et de créer un mariage pour tous, pour le bien de couples homos ainsi que de leurs enfants, que ces couples puissent être reconnus par l'état s'ils le désirent, et que les principes de liberté et d'égalité s'appliquent aussi au mariage
    3 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Ramir Morais pour

    16 octobre 2012, 22:19

    Ramir Morais Vice-président de Gay Attitude Guyane, chanteur lyrique, enseignant, critique social
    Vous n'êtes pas « politiquement incorrect », mais un peu déplacé au niveau de votre opinion. Là nous avons deux sujets : Mariage gay et droit à l'adoption.

    Vous pensez que une relation homo c'est un « non sens » ? Autant que moi, je pense que penser qu'une nana est tombé enceinte d'un pigeon et après qu'un mec qui est son propre père s'est sacrifié pour sauver des gens qui ne le connaissent pas d'une chose qu'ils ignorent aussi. Votre discours est religieux et très naïf.

    Adoption : Il n'y a plus grand trauma que ne pas avoir famille, et d'avoir vécu dans une famille d'hétéros, ainsi comme dans une société où tout le monde semble l'être c'est pas si dur que ça pour un gay, et pourtant je suis toujours gay, et ça va très bien si mon frère bouffe des chattes, donc...

    Hein ?

    Avant de dire des choses, posez les questions aux gens que les vivent. Ça va changer beaucoup votre répertoire d'idées et votre qualité de vie.
    5 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé contre

    03 novembre 2012, 16:36

    Profil supprimé Polémiste à ses heures

    @Ramir Morais 

    quand on parle de trauma, c'est pour des enfant que peut avoir un couple.(adoption ou procréation) donc effectivement un couple divorcé, c'est pareil, il peut y avoir des soucis de vie affective (par exemple)
    quand on demande à des duo homosexuels leurs avis sur ce projet de loi, beaucoup sont contre, la majorité.
    donc finalement, le non sens c'est effectivement de chercher à faire une loi artificielle. un couple c'est un homme et une femme.
    le mariage, c'est plus qu'une définition! sinon il y a plus de lois!
    1 4
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Julie Roussel

    08 novembre 2012, 21:12

    Julie Roussel
    Bonjour !
    Bien que le débat semble s'égarer (il me semble qu'on parle de mariage, et non d'adoption), je ne peux m'empêcher de rebondir sur vos propos...
    Avez vous une preuve tangible qu'un enfant élevé par deux hommes ou deux femmes sera forcément traumatisé ? Absolument pas, puisque nous n'avons pas encore matière à démontrer ceci.
    A l'inverse, pensez-vous qu'un enfant élevé par un père et une mère sera forcément équilibré ? Les faits montrent que non. Un père alcoolique, qui bat sa femme et tripote sa gosse (pour schématiser) laissera une marque indélébile sur ce même enfant; alors q'un enfant élevé dans l'amour, qu'il ait deux papas ou deux mamans, sera il me semble plus heureux.
    Avoir une famille aimante me semble le seul besoin fondamental d'un enfant.
    2 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de damien delage pour

    11 novembre 2012, 15:15

    damien delage
    Permettez moi de vous contre dire, les enfants élevés par des couples homosexuels existent bien, et de nombreux témoignages de ces enfants existent, hors jusqu’à présent je ne suis tomber que sur des témoignages qui vous contredisent et qui montrent des enfants épanouis :


    Plusieurs études montrent aussi que les enfants de parents homos ne sont pas différents des autres enfants.

    Mais peut être avez vous d'autres témoignages et d'autres études que je n'ai pas vu?
    4 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Richard Thierry

    30 novembre 2012, 17:30

    Richard Thierry Etudiant.
    Waow, donc tous les enfant qui n'ont pas vécu avec un père et une mère sont des futur traumatisés ? Donc tous les enfants qui ont grandis soit avec le père soit avec la mère ou avec aucun des deux le deviendront ? Merci de m'apprendre que je suis un grand traumatisé alors.
    Il n'y a pas vraiment besoin d'études sur la question pour prouver que vous avez tort.
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé contre

    27 décembre 2012, 10:01

    Profil supprimé

    @Richard Thierry  

    On est d'accord avec le fait que des homos peuvent porter autant d'amour qu'un couple hétéro. Ce n'est pas une raison pour statuer sur le fait que cette parentalité vaut celle d'un couple hétérosexuel. Il est toujours préférable qu'un enfant ait un père et une mère. Et il n'y a pas de raison d'encourager que cela en soit autrement.

    Dans votre cas cela est différent, vos parents ne vous ont pas conçu avec la volonté de se séparer et de vous priver de l'un ou de l'autre de vos parents.

    Il s'agit de légiférer dans l'intérêt supérieur de l'enfant qui est d'être élevé par un père et une mère. et pas d'être élevé par des parents séparé ou par des parents homosexuels.


    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Afficher plus de réactions

Sur le même thème