Promulgué Photo: Witt / Sipa

Christiane Taubira : «Le projet de loi va étendre aux personnes de même sexe les dispositions actuelles du mariage»

Le projet de loi sur le mariage homosexuel fera son entrée au Parlement le 29 janvier prochain. Avant même son analyse par l'Assemblée Nationale et le Sénat, le «mariage pour tous» monopolise l'agenda politique autant qu'il divise.

Le coup [...]

Lire la suite

Photo de Pierre Joncquez contre
Pierre Joncquez
bloggeur

Le mariage n'est pas un droit, c'est une institution.

Le mariage est une institution, c'est à dire une tradition fondée - comme toute tradition - sur des principes normatifs. Ce n'est pas un acquis social ni un privilège, c'est juste un truc aussi vieux que l'humanité, qui sert à consacrer les conditions exclusives de la fertilité, et à protéger l'intégrité des filiations légitimes. Le mariage ne sert donc pas à faire plaisir à deux personnes qui s'aiment, mais à cimenter et légitimer un modèle civilisationnel.

Il existe des sociétés où le mariage se contracte entre plus de deux personnes [polygamie]. Il existe des sociétés où les enfants ne sont pas élevés par leurs propres parents [oncles, tantes, organismes d'état]. Il existe des sociétés où le consentement mutuel n'existe pas pour contracter le mariage [islam]. Il existe même des sociétés où la notion d'amour entre les conjoints est totalement absente.

Mais voilà : nous sommes les héritiers d'une longue tradition qui croit que le mariage est un don libre et mutuel de l'un à l'autre, qu'il couronne la fertilité naturelle par l'union avec le sexe opposé, qu'il est un acte gratuit et indissoluble, que la filiation et l'éducation des enfants reviennent de plein droit à leurs parents légitimes, que le nombre de parents d'un enfant est égal à deux ; et cette synthèse, que vous le vouliez ou non, est spécifiquement chrétienne.

Maintenant, si le christianisme ne vous intéresse pas, et si les valeurs du mariage en général ne vous intéressent pas, je ne comprends pas l'intérêt du "mariage homosexuel".

Ah, mais si, je sais : c'est parce que quand on aaaiiime, tout se justifie. Mais le sentiment amoureux sert-il à écrire la législation d'une nation et à définir le projet d'une civilisation ? Et si un jour on ne s'aime plus, alors le mariage ne vaut plus rien ? S'il suffit d'agir "par amour" pour écrire la Loi, alors on justifie l'euthanasie, on justifie l'eugénisme, on justifie l'égoïsme plutôt que le Bien Commun ; on ouvre la porte à la tyrannie du désir.

+++

Je vous invite notamment à lire "Le mariage transformé par ses célibataires mêmes" de Philippe Muray, qui se trouve en un simple coup de Google.

170 120

Vous aussi, participez au débat :
Pour ou contre le mariage gay ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Roman Bernard

    17 janvier 2012, 15:40

    Roman Bernard
    « qui se trouve en un simple coup de Google »

    Ça ne devrait donc pas être un effort surhumain pour le rédacteur, ou le webmaster, de mettre le lien dans l'article.
    0 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Pierre Joncquez contre

    17 janvier 2012, 17:00

    Pierre Joncquez bloggeur
    Le texte :
    http://philippemuray.e-monsite.com/pages/textes/le-mariage-transforme-par-ses-celibataires-memes.html
    4 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé pour

    29 janvier 2012, 18:56

    Profil supprimé
    Vous dites le mariage "sert à consacrer les conditions exclusives de la fertilité" cela est totalement faux sinon 2 personnes de 80 ans ne pourrait pas se marier. Le mariage sert en premier lieu à protéger la femme ou le le mari en cas de décès. Le mariage civil est tout à fait déconnecté du mariage religieux.
    8 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Philippe Eloy pour

    23 avril 2013, 22:08

    Philippe Eloy

    @Profil supprimé Profil supprimé 

    très bonne argumentation. c'est clair, et net.
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de AnneF Hinot

    11 mai 2012, 16:06

    AnneF Hinot
    Excellente argumentation !
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de AnneF Hinot

    11 mai 2012, 16:15

    AnneF Hinot
    Je rajouterai, "on ouvre la porte à la tyrannie du désir." et au relativisme absolu que ca implique. Du moment que je veux quelque chose, il doit etre possible, plus de loi morale naturelle qui viennent cadrer nos désirs et nos pulsions (ouhlà j'ai dit plein de gros mots qu'on ne doit plus dire maintenant : morale et loi)
    En argentine, on a maintenant le droit de choisir son genre (homme ou femme) sans aucune justification. Alors tout ce qui fait d'un individu ce qu'il est peut être remis en question, plus aucun déterminisme n'est accepté parce qu'il se heurte à notre fameuse "liberté"
    Comment assurer la stabilité de la société avec des individus qui se donnent tous les droits ?
    6 5
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Maxime Mercier pour

    30 mai 2013, 17:21

    Maxime Mercier

    @AnneF Hinot 

    Et n'est-ce pas se donner trop de droit, que de dire que le fait d'assurer la stabilité de la société est la direction qui doit être prise? Qu'est-ce qui vous fait croire que ça m'intéresse que la société soit stable?
    Vous jouez les désintéressés, mais l'idée que la société devrait être stable, qui est la vôtre comme celle d'autres gens, est aussi un choix égoïste. L'égoïsme est partout, que ça vous plaise ou non. Personne ne cherche à conduire la moindre action sans que cela lui apporte de la satisfaction, ou tout du moins, sans que cela réduise le déplaisir.
    La seule barrière au désir et à l'intérêt d'un être doit être les autres êtres en présence (en ce sens, si je suis indécis quant à la possibilité de pouvoir "configurer" son enfant, c'est au nom de l'intérêt de l'enfant et de rien d'autre. Le seul problème est donc de déterminer si le fait que l'homoparentalité puisse être néfaste pour l'enfant(si tant est que c'est le cas dans une certaine mesure) excède le fait que ça puisse lui être favorable (un enfant s'épanouit sans doute beaucoup moins dans un orphelinat). J'attends des arguments de votre part qui le démontre. Sinon, j'estime que, une morale qui va à l'encontre du désir est profondément immorale. Le désir et son assouvissement n'est pas moins que ce qui justifie l'intérêt de l'existence. A quoi bon s'éterniser dans une vie insipide sans saveur sinon? C'est absurde. Le plus haut degré du désir pouvant conduire au plus haut degré du plaisir, est partiellement ce qui peut conduire au plus haut degré d'existence. Être contre le désir, c'est être contre la vie elle-même.Cela étant dit, je conçois tout à fait que l'on puisse jouir de cette forme particulière de masochisme qu'est la privation.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Anne Chareton contre

    22 juin 2012, 00:22

    Anne Chareton juriste et cadre communication en "inactivité", mère de famille
    Tout à fait d'accord, mais on devrait surtout parler des enfants et ce sont eux qu'il faut interroger : de quoi rêvent tous les enfants? De vivre avec leur père et leur mère et d'être aimés par eux.
    Les enfants sont les premiers à souffrir de la séparation de leurs parents, mais aussi d'être séparés de leurs parents biologiques (par exemple, en cas de condamnation de l'un de leurs parents,les enfants défendront presque toujours ces derniers car ils les aiment malgré tout!).
    Pour un enfant, le besoin le plus fondamental est d'être aimé et gardé par ses deux parents, ses vrais parents!
    2 4
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Mélanie Gruyer pour

    14 octobre 2012, 22:18

    Mélanie Gruyer Chercheuse, critique, curieuse et carnivore.

    @Anne Chareton 

    Bonsoir, Prendre l'innoncence de l'enfant en otage de sorte à mettre à mal tout changement des moeurs n'est pas possible. Dans ce cas, le divorce est un crime contre l'enfant. Soyons sérieux et réaliste. De surcroît, votre argument met à mal toute filiation morale, affective entre parents et enfants adoptés. Cela, à dire vrai, m'horrifie. Cordialement, MG.
    3 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Anne Chareton contre

    14 octobre 2012, 23:28

    Anne Chareton juriste et cadre communication en "inactivité", mère de famille

    @Mélanie Gruyer 

    L'innocence de l'enfant est tout de même prise en otage par les adultes! l'enfant subit le divorce de ses parents, il subit aussi le nouveau partenaire de ses parents, il ne désire pas la séparation de ses parents à priori.Ce n'est pas un crime de divorcer, mais pourquoi cacher que ce n'est pas forcément un bien pour l'enfant? Heureusement, les enfants ont une faculté d'adaptation, ils peuvent s'attacher à toutes les personnes qui s'occupent d'eux et qui les aiment. Mais ils préfèreraient que ce soit ses vrais parents qui s'aiment et puissent s'occuper de lui, ce désir est inscrit profondément en chacun de nous. La détresse des enfants "nés sous X" à la recherche de leurs racines le montre.
    L'adoption des enfants dans le cadre d'un couple homosexuel ne doit donc pas être automatique: il faut donner la priorité aux relations avec les parents biologiques quand on les connait (enfants nés d'une union hétéro) et que cela est possible. Et ne pas vouloir créér d'emblée une situation où un enfant serait privé de l'un de ses parents biologiques, ce qui serait le cas d'enfants entrés dans un foyer homosexuel par des méthodes "non naturelles"(insémination, PMA, mères porteuses). Moi, c'est cela qui m'horrifierait! cordialement,
    Anne Ch.
    2 5
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Lalou FFou pour

    17 novembre 2012, 00:35

    Lalou FFou

    @Anne Chareton 

    Et bien ma fille rêve simplement de porter le nom de son autre mère. Elle rêve d'égalité, elle rêve d'un monde ou personne ne pourrait lui dire qu'elle n'a qu'un seul parent ! Un monde sans cathos quoi! Et non la génétique ne fait pas tout. Ça ne garantit pas l'amour, loin de la...
    2 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Vanessa Baltzinger

    13 juillet 2012, 22:23

    Vanessa Baltzinger
    "Maintenant, si le christianisme ne vous intéresse pas, et si les valeurs du mariage en général ne vous intéressent pas, je ne comprends pas l'intérêt du "mariage homosexuel"."
    L'intérêt du mariage civil (j'insiste sur ce point, inutile de partir dans les racines du christianisme qui ne concerne qu'une petite partie de la population Française), c'est de protéger, d'encadrer légalement l'union entre deux personnes. Il ne s'agit pas seulement d'amour, mais de protection des différentes parties. Que feriez vous si votre moitié était hospitalisée et qu'on vous refusait une visite parce que "pas de la famille" ? Que feriez vous si vous ne pouvez pas chercher votre enfant parce que vous n'êtes pas considéré légalement comme son tuteur ? Que feriez vous si en cas de séparation, vous ne pouvez pas voir vos enfants, ou encore vous vous retrouvez sans logement, sans biens, car votre couple n'avait pas de statut légal ? Le mariage a également des avantages financiers, d'un point de vue fiscal.

    Pourquoi être contre l'union homosexuelle, si ce n'est que de vouloir les maintenir en danger lors de l'élaboration de leur projet de famille ?
    5 3
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Carole Llewellyn contre

    19 juillet 2012, 16:42

    Carole Llewellyn Ecrivain, docteur en littérature américaine

    @Vanessa Baltzinger 

    le PACS propose cette protection là et le PACS a justement été créé pour permettre aux couples homosexuelles d'avoir une protection l'un vis à vis de l'autre ....
    2 5
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Vanessa Baltzinger

    29 juillet 2012, 17:48

    Vanessa Baltzinger

    @Carole Llewellyn 

    Le PACS n'offre pas du tout les mêmes protections sociales que le mariage. En cas de décès de l'enfant pour un couple homosexuel pacsé, l'autorité parentale revient au géniteur survivant de l'enfant, et non au parent social (qui ne touche pas de pension de réversion, contrairement aux couples mariés).
    L'adoption leur est prohibée, seul un des deux pacsés peut faire une demande individuelle (ce qui n'attribue pas à l'autre la responsabilité légale de l'enfant).
    et il y en a bien d'autres...
    7 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Adam Eve contre

    22 novembre 2012, 13:34

    Adam Eve Les premiers parents de l'Humanité : un homme et une femme !

    @Carole Llewellyn 

    Oui le PACS suffit, n'allons pas plus loin...Revenons même en arrière si besoin !
    1 3
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Guillaume Ballin contre

    11 septembre 2012, 19:31

    Guillaume Ballin Développeur informatique.
    « Maintenant, si le christianisme ne vous intéresse pas, et si les valeurs du mariage en général ne vous intéressent pas, je ne comprends pas l'intérêt du "mariage homosexuel". »
    Dans un pays laïque, on ne fait pas les lois, les droits et les devoirs en suivant les idéaux (divergeants qui plus est) de certains religieux. En suivant vos dire, le divorce serait toujours interdit en France (les anglicans étant très minoritaires)...
    Les mouvements chrétiens ont tous leur mariage qu'ils pratiquent selon les règles qu'ils veulent. Le mariage civil doit lui, être républicain, et donc laïque.
    2 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Fabrizio Tribuzio-Bugatti contre

    18 octobre 2012, 12:12

    Fabrizio Tribuzio-Bugatti Étudiant en droit, cofondateur du Rassemblement des Étudiants Indépendants

    @Guillaume Ballin 

    Les origines juridiques et culturelles françaises vous donnent tort (et heureusement d'ailleurs). Soit dit en passant, le droit canonique prévoyait le divorce.
    2 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Guillaume Ballin contre

    19 octobre 2012, 17:02

    Guillaume Ballin Développeur informatique.

    @Fabrizio Tribuzio-Bugatti 

    Développez, en quoi les origines juridiques et culturelles françaises me donneraient tort ?
    Le droit canon catholique ne reconnaît pas le divorce, on se demande bien pourquoi les anglicans auraient été créés et pourquoi on a dû faire la guerre de cent ans si le divorce avait été reconnu.
    1 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Guillaume Ballin contre

    19 octobre 2012, 17:02

    Guillaume Ballin Développeur informatique.

    @Fabrizio Tribuzio-Bugatti 

    Développez, en quoi les origines juridiques et culturelles françaises me donneraient tort ?
    Le droit canon catholique ne reconnaît pas le divorce, on se demande bien pourquoi les anglicans auraient été créés et pourquoi on a dû faire la guerre de cent ans si le divorce avait été reconnu.
    1 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Manu Renard pour

    14 septembre 2012, 11:38

    Manu Renard
    Ok, le mariage est une institution mais les institutions évoluent!
    A commencer par celle de la famille, il suffit de le voir aujourd'hui!...
    Alors pourquoi pas celle du mariage ?
    4 3
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Pierre Joncquez contre

    14 septembre 2012, 11:49

    Pierre Joncquez bloggeur

    @Manu Renard 

    Manu,
    Le propre d'une institution, comme son nom l'indique, est de résister aux effets de mode, de résister aux changement, aux mutations. Quand on institue quelque chose, on déclare de la permanence face aux quatre vents. Une institution qui évolue n'est plus une institution, c'est un moulin dans lequel tout le monde entre, c'est un texte qu'on efface et réécrit à loisir.
    Je sais bien que la mode est au "bougisme", à l' "ouverture", aux "mutations", au "allons-plus-loin", mais cette mode est tout simplement mortifère ; elle nous emmène droit vers la Grande Dissolution.
    Il y a quarante ans, le progrès consistait à abolir le mariage. Et voilà qu'on EXIGE de nouveau l'institution désavouée la veille. C'est vraiment n'importe quoi. Ils voulaient la contraception et l'avortement, ils veulent maintenant la procréation et la mère porteuse. Ils voulaient la fin du célibat, on entend à présent des échos de "trouples" (LOL) mariés.
    Et demain, ce sera quoi ?
    3 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Mélanie Gruyer pour

    14 octobre 2012, 22:13

    Mélanie Gruyer Chercheuse, critique, curieuse et carnivore.

    @Pierre Joncquez 

    L'institution serait hétérosexuelle ? Voilà bien le problème de l'intégralité de votre développement. Pourquoi avez-vous donc si peur de ce qui existe de fait depuis la nuit des temps ? La masturbation, à titre d'exemple, est refusée par les insititutions depuis toujours. Est-elle immorale, le début d'une décadence totale ? ... La décadence n'est sans doute pas là où l'on le pense. Cordialement, MG.
    5 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de At Thierry pour

    27 octobre 2012, 08:15

    At Thierry
    L’Eglise est-t-elle "homophobe" ? et bien oui.
    Haha les grandes valeurs du christianisme, Bon il ne faut pas rire Lol.
    Pourtant il y a eu des études faites par l'église et il n'y a pas mal de preuves que des prêtres son homo. http://www.davidetjonathan.com/spip.php?article33
    ou Prêtres gays à Rome : enquête et vidéo polémique Par K - 25 juillet 2010.
    Moi je suis pour le mariage gay, il ne pose aucun problème a notre société et que l'église fasse le nettoyage devant sa porte et que l'église s'occupe de la pédophilie et des malversations financières du Vatican...
    3 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Afficher plus de réactions

Sur le même thème

Photo de Lisa Lormet non
Lisa Lormet Entrepreneur, ingénieur, doct. en Sc. Phys.
L'amour est un concept religieux. Sans spiritualité, il ne dure pas.
Photo de Mathias Chaillot non
Photo de Caroline Mecary pour
Caroline Mecary Avocate au barreau de Paris, co-présidente de la fondation Copernic
Que cesse la confusion entre mariage religieux et mariage civil
Photo de Adam Eve contre
Adam Eve Les premiers parents de l'Humanité : un homme et une femme !
Plus qu'une "supercherie"...
Photo de Adam Eve contre
Adam Eve Les premiers parents de l'Humanité : un homme et une femme !
Le "mariage pour tous" : rappelons que Lionel Jospin est contre !
Photo de Valentine Berthe pour
Valentine Berthe
Amour et Mariage pour tous !