Au bout du rouleau

Rien ne va plus chez les héritiers des «hussards noirs de la République». Selon une étude menée par le Carrefour santé social, pour le compte des syndicats d'enseignants et la Mutuelle générale de l'éducation nationale (MGEN), un enseignant [...]

Lire la suite

Un sénatrice appelle à «briser la solitude» des enseignants

Dans un rapport rendu public mercredi 20 juin, la sénatrice communiste Brigitte Gonthier-Maurin pointe la souffrance des enseignants et la «crise du métier» qui les affecte. Elle préconise le retour à une année de stage lors de la formation, alors que depuis la réforme de la «mastérisation» en 2010, les enseignants se retrouvent directement devant les élèves sans expérience pédagogique. «Pour l'instant, seul le rejet de la politique actuelle fait consensus», mais «aucun (autre) schéma d'organisation ne provoque encore l'adhésion générale», souligne dans ce rapport la sénatrice, rapporteure de la mission d’information du Sénat sur le métier d’enseignant.

Le rapport prône notamment de «rétablir une véritable année de stage avant la titularisation», comprenant la conduite partielle d'une classe. Il estime qu'il faut tenir compte de la diversité du métier d'enseignant, en veillant aux segments «fragiles», la maternelle et le lycée professionnel. «Le métier d'enseignant, métier de concepteur et non d'exécutant, s'apprend d'abord afin de s'adresser aux enfants qui n'ont que l'école pour apprendre», fait-il valoir.

Alors que la réforme a relevé le recrutement au niveau bac +5 (master), le rapport propose des «prérecrutements dès la licence» via un concours national, qui permettrait à des élèves-enseignants de percevoir «une rémunération suffisante pour ne pas avoir à cumuler études et emploi». Il s'agirait notamment de «sécuriser les parcours d'étudiants, notamment issus de milieux modestes».

Il faut surtout «associer les enseignants à la préparation des futures réformes» et non les considérer «comme des obstacles», ajoute le texte. Le rapport dresse un constat de «souffrance ordinaire des enseignants» et préconise de «soigner le métier pour ne pas avoir à soigner les individus». Plus généralement, la crise du métier d’enseignant exige de «restaurer la confiance de l’État vis à vis du corps enseignant».

Source : AFP

Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Pierre Crétois non
Pierre Crétois Doctorant à l'université de Lyon 2 en histoire des idées.
Pourquoi vouloir changer ce qui est bien?
Photo de Chamalet Cyril oui
Chamalet Cyril Accompagnant des changements en entreprise
J'espère que nous n'allons pas changer l'école mais que l'école va changer
Photo de Remi Boyer oui
Remi Boyer Président-Fondateur de l'association Aide aux Profs
Exigeante envers les enseignants, l'institution manque à ses devoirs
Photo de Franck Plichon oui
Franck Plichon enseignant en classes préparatoires aux grandes écoles
devenir enseignant, c'est évidemment s'engager, mais c'est aussi choisir un métier.

Derniers arguments

Photo de Claude Boudenne oui
Claude Boudenne auteur
Retour de kick...
Photo de A.-M. Chazal oui
A.-M. Chazal Professeur de Lettres classiques
Le temps n'est pas le même pour tous
Photo de Gwenn Suanez oui
Gwenn Suanez Agrégée de géographie ayant démissionné pour créer une entreprise
Temps de travail à mon compte, impossible de faire plus alors que je pourrais gagner plus !
Photo de Gwenn Suanez oui
Gwenn Suanez Agrégée de géographie ayant démissionné pour créer une entreprise
Problèmes de maths et de français suite à la proposition de Nicolas Sarkozy