L'industrie pharmaceutique, un lobby omniprésent dans le monde médical ? DURAND FLORENCE/SIPA

L'affaire du Mediator a mis en lumière les liens nocifs entre la médecine et l'industrie pharmaceutique

L'Affaire du Médiator a mis à jour un phénomène connu de tous, mais souvent sous-estimé: les liens étroits entre le monde de la médecine et l'industrie pharmaceutique. 

Très critiquée depuis la révélation du scandale du Médiator en 2010, [...]

Lire la suite

Photo de Irène Frachon oui
Irène Frachon
Médecin des hôpitaux, auteure de "Médiator 150mg, combien de morts?"

L'industrie pharmaceutique structure le monde médical, influence sa pratique et sa pensée

En France, un problème majeur demeure au niveau de la pharmacovigilance. L'agence du médicament a été mise en examen pour avoir négligé des signaux de dangerosité, qui est la mission première de sécurité du médicament, pendant plus de 10 ans, avec d’inexplicables fautes de l'expertise de la part de gens pourtant compétents. Compétents peut-être mais pas indépendants. Parce qu'il y a eu une confusion des genres de la part de l'agence, qui n'a pas compris que sa mission était tout d'abord de faire barrage aux tentations de dérapage des lobbys privés représentés par l'industrie pharmaceutique. Il ne s’agit pas d’accabler et stigmatiser les « labos » qui sont dans un environnement très concurrentiel et soumis aux lois du marché. Il ne faut pas oublier que le médicament est un « objet » de consommation (mais payé par la solidarité nationale). Et donc soumis à la concurrence, aux lois du marketing, aux lois de la rentabilité à tout prix, etc. 

L'ASNM a dérapé de part sa trop grande proximité avec l'industrie pharmaceutique

L'agence ne doit pas être une agence de négociations et de compromis avec l'industrie pharmaceutique. Or, très rapidement, du fait d’une trop grande proximité avec l'industrie pharmaceutique, elle a finit par déraper et plus ou moins inconsciemment, elle s'est mise en situation d'arbitre entre les intérêts des patients d'un côté, les intérêts des firmes de l'autre. Ce n'est pas son job d'être l'arbitre, son job c'est d'être le gendarme. C'est ce qu'il faut recadrer dans le rôle de l'agence. C’est aux experts de l'agence d'avoir les compétences pour juger de ce qui peut être intéressant comme molécules, à mettre sur le marché, à surveiller, sans interférences, sans penser aux emplois de tels ou tels industriels, sans penser à un éventuel futur parachutage dans l’industrie….

La pharmacovigilance est devenue une pharmaconégligence

Deuxième souci, plus technique de la pharmacovigilance : alors que l'Agence du médicament en France a été plutôt un exemple en Europe, elle s'est laissée dépasser et n'a pas saisi d'outils plus pro-actifs (comme l’exploitation des bases de données, la mise en place réactive d’études pharmaco-épidémiologiques) et s'est endormie, au risque d’une pharmaconégligence…. Il faut que l'expertise se remette à niveau.

La pensée médicale est polluée par l'industrie pharmaceutique  

Le monde médical se cabre face à l'affaire du Médiator, pour évacuer la question de la place de l'Industrie pharmaceutique dans les relations entre les médecins et l'industrie, à tous les niveaux de leur activité. L'industrie pharmaceutique structure le monde médical, influence très profondément la pratique et la pensée médicale, dans tous ses domaines, elle est dans son rôle si je puis dire, c’est à dire dans la défense de ses intérêts, parfois très divergents de l’intérêt des malades. C’est aux médecins d’en prendre conscience, d’être plus lucides face à leur malléabilité intellectuelle qui peut aboutir à de vraies compromissions. Je réalise aujourd’hui à quel point la pensée médicale a pu être «polluée» insidueusement. Ceux qui en font les frais sont les patients, comme ceux ayant consommé du Mediator, d’abord victimes par défaut d’expertise indépendante à l’agence du médicament et aujourd’hui victimes des dévoiements de l’expertise médicale sollicitée en vue d’obtenir reconnaissance et réparation. Pour le monde médical, hélas, c’est « business as usual ».

2 0

Vous aussi, participez au débat :
La médecine est-elle l'esclave de l'industrie pharmaceutique ?

Photo de Non connecté
  • Réaction en attente de modération ou supprimée.

  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Christian Caullet oui
Christian Caullet épicier qui sait ce que compter veut dire
L'offre et la demande
Photo de Philippe Batel
Philippe Batel Addictologue, médecin psychiatre, auteur de "Pour en finir avec l'alcoolisme"
Baclofène: dire qu'il n'y a pas d'autres traitements efficaces contre l'alcoolisme est une insulte
Photo de Maxime Pilard
Maxime Pilard Journaliste Newsring
Affaire Mediator: cinq nouvelles mises en examen
Photo de Bertrand Dautzenberg pour
Bertrand Dautzenberg Président de l'Office français de prévention du tabagisme
La cigarette électronique doit être largement disponible à la vente car elle est un gain pour la santé des fumeurs

Derniers arguments

Photo de Christian Caullet oui
Christian Caullet épicier qui sait ce que compter veut dire
L'offre et la demande
Photo de Aliyluisa Petitnezécrasé Matos oui
Aliyluisa Petitnezécrasé Matos
Les dangers du vaccin
Photo de François Perrogon
François Perrogon Président de l'AIME, association pour l'Information Médicale en Esthétique (AIME)
Echaudés par les scandales médicaux, les laboratoires prennent plus de précaution