La pilule de la discorde Flick via Jenny Lee Silver

Les pilules de 3e et 4e génération ne seront plus remboursées à partir du 31 mars 2013

A la suite de la plainte de Marion Larat contre le laboratoire pharmaceutique Bayer, qui commercialise la pilule de 3e génération Méliane, le 14 décembre 2012, «trente nouvelles plaintes vont être déposées dans les prochains jours par des [...]

Lire la suite

Santé: Diane 35 reconnue responsable de la mort de 4 personnes par l'ANSM

Santé: Diane 35 reconnue responsable de la mort de 4 personnes par l'ANSM

DURAND FLORENCE/SIPA

Diane 35, traitement contré l'acné utilisé comme contraceptif, a été reconnu comme étant à l'origine de quatre décès, depuis 1987, par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), dimanche 27 janvier. Ce médicament comprendrait les mêmes risques que les pilules de 3e et 4e génération, à l'origine de thrombose chez certains patients. 

L'ANSM a indiqué dans un communiqué, dimanche, que «quatre décès sont imputables à une thrombose veineuse liée à Diane 35». Au sujet de trois autres cas suspects, elle ajoute que «la cause du décès est liée à des pathologies sous-jacentes des patientes concernées». Environ 315.000 femmes utilisaient cette pilule ou ses génériques en France en 2012, selon l'agence.

L'ANSM a précisé que Diane 35 et ses génériques font actuellement l'objet d'une «analyse spécifique» et qu'un «rapport complet, ainsi que des mesures concernant leur utilisation» seront «rendus publics la semaine prochaine». Au cours des vingt-cinq dernières années, l'agence fait état de quatre décès «imputables à une thrombose veineuse liée à Diane 35». Ce traitement des laboratoires allemands Bayer, est utilisé contre l'acné, mais à l'usage, il est souvent détourné comme contraceptif oral.

Le laboratoire Bayer s'est défendu, arguant que la notice d'utilisation était claire et que le risque de formation de caillot lié à la prise de Diane 35 était «connu et clairement indiqué dans la notice d'information patient», et que ce traitement ne devait être prescrit que contre l'acné, «dans le cadre d'une consultation médicale, dans le respect des indications, contre-indications et précautions d'emploi».

Photo de Non connecté

Sur le même thème

Derniers arguments

Photo de Sandrine de Monsabert non
Sandrine de Monsabert chercheur, mère de famille, blogueur, membre d'associations, amie en plus du reste
la panique non, la colère oui