Le verre à moitié vide Laurent Cipriani/AP/SIPA

Le rendement des vignes en chute de 50%

Jeudi 15 novembre marque le coup d’envoi de la dégustation annuelle du beaujolais nouveau. Mais cette année, la traditionnelle grande fête de la viticulture tricolore voit le verre à moitié vide. Gel, froid printanier, intempéries… Le [...]

Lire la suite

Photo de Bernard Pivot oui
Bernard Pivot
Journaliste et fondateur du Comité de soutien du beaujolais

Une nouvelle désertion des vignerons, et notamment des jeunes, est à craindre

Il ne s’agit pas de le sauver. Il s’agit de faire en sorte qu’il continue une carrière qui était plus brillante il y a 25 ans, qu’il continue aujourd’hui de satisfaire beaucoup de dégustateurs dans le monde entier, et surtout dans des pays très éloignés du beaujolais comme le Japon.

Les producteurs sont en danger. Sur les 2100 viticulteurs du beaujolais, on dit qu’un quart environ (près de 500) seront dans le rouge à la fin de l’année et ne pourront pas payer leur note de vendange ou de main d’œuvre. Une nouvelle désertion des vignerons, et notamment des jeunes, est à craindre, ainsi qu’un nouvel arrachage de dizaines ou peut-être centaines d’hectares de vigne.

La production étant de moitié par rapport à l’année précédente, il aurait fallu que le prix double pour compenser le manque à gagner. Or, le prix a augmenté d’à peu près 20%. C’est donc loin de compenser la moindre production de cette année. Il n’y aura pas de baisse de la consommation du beaujolais nouveau même s’il vaut un peu plus cher. En revanche, les viticulteurs de fait ne s’y retrouveront pas. Sur ce point, l’État peut intervenir. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il viendra au secours du monde viticole. Il dispose de plusieurs solutions : repousser les impôts dus par les producteurs, demander aux banques de repousser les crédits consentis etc.

Si notre comité de défense du beaujolais, créé avec Périco Légasse, ne s’engage pas dans la production ni la consommation, il signifie toutefois aux vignerons du beaujolais «Tenez le coup, on est avec vous», et leur rappelle que de nombreux amateurs sont contents de leur produit. À une époque comme la nôtre, les vignerons ont certes besoin d’assistance et de soutien concret, mais aussi de gestes symboliques, d’encouragements. C’est la raison d’être de ce comité, et c’est pourquoi nous allons, à la fin de chaque année, dans le beaujolais pour décerner deux prix à des vignerons méritants. 

11 0

Vous aussi, participez au débat :
Faut-il sauver le beaujolais nouveau ?

Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Sofood Sogood oui
Sofood Sogood journaliste culinaire, auteur de sofoodsogood.com, le blog à l'appétit intelligent
Nos papilles se sont aussi ouvertes
Photo de Thierry de Cabarrus oui
Thierry de Cabarrus Ancien journaliste, chroniqueur sur Le Plus
Se méfier des juges invités
Photo de Herbovie Ecolo oui
Herbovie Ecolo Préventeur de santé publique
Le monde est trop dépendant du charbon!
Photo de François Lévêque non
François Lévêque Professeur d'Economie au Centre d'Economie industriel et aux Mines Paris Tech
Ils ne faut pas geler les prix mais au contraire les augmenter!
Photo de Antoine Lagadec
Antoine Lagadec Journaliste
Beaujolais nouveau : tour d'horizon en images
Photo de Jean Bourjade oui
Jean Bourjade Délégué général Inter Beaujolais de Grenoble
Le beaujolais est le vin d'initiation qui sert tous les autres vins
Photo de Alain Carruel oui
Alain Carruel Blogueur, Conseiller municipal
Le beaujolais, c'est bon pour l'UMP !
Photo de Nicolas Quint non
Nicolas Quint Consultant finance/stratégie, gonzo-bloggeur, agitateur d'idées depuis 1972
Non préférez les Côtes-du-Rhône
Photo de Olivier Bererd oui
Olivier Bererd Fédération régionale des vignerons indépendants de Rhône Alpes
Arrêtons les préjugés, le monde du vin évolue !
Photo de Nicolas Rousseau non
Nicolas Rousseau Enseignant, musicien, nomade
Non, c'est le vin qu'il faut sauver
Photo de Marcellesi Hugo oui
Marcellesi Hugo Étudiant-Twitto
La compétitivité, c'est nous
Photo de Brice Lahaye
Brice Lahaye Journaliste Newsring
L'immobilier français trop surévalué ?

Derniers arguments

Photo de Nicolas Rousseau non
Nicolas Rousseau Enseignant, musicien, nomade
Non, c'est le vin qu'il faut sauver
Photo de Olivier Bererd oui
Olivier Bererd Fédération régionale des vignerons indépendants de Rhône Alpes
Arrêtons les préjugés, le monde du vin évolue !
Photo de Nicolas Quint non
Nicolas Quint Consultant finance/stratégie, gonzo-bloggeur, agitateur d'idées depuis 1972
Non préférez les Côtes-du-Rhône
Photo de Alain Carruel oui
Alain Carruel Blogueur, Conseiller municipal
Le beaujolais, c'est bon pour l'UMP !
Photo de Jean Bourjade oui
Jean Bourjade Délégué général Inter Beaujolais de Grenoble
Le beaujolais est le vin d'initiation qui sert tous les autres vins