Histoire de fesses

Le porno serait-il un genre typiquement masculin ?

L’industrie du sexe honni des féministes ? Que nenni répondent les militantes, qui pénètrent petit à petit un business monopolisé par les hommes. En 2008, déjà, Sophie Bramly ouvrait le bal avec «X Femmes», série de courts-métrages réalisés [...]

Lire la suite

Photo de Nicolas Pouilley non
Nicolas Pouilley
Journaliste

Porno ou Ero ?

D'un point de vue moral, il est évident que le porno n'est pas exclusivement réservé aux hommes. Mais la définition de porno féministe est délicate.

Quelles scènes peuvent être qualifiées de pornographiques ? Probablement celles où des plans explicites de l'acte sexuel apparaissent, avec de (très) gros plans sur les parties intimes et préliminaires. Or, il se pourrait aussi que les femmes veulent regarder des scènes moins "violentes", peut-être plus discrètes... Du porno censuré ? Non. Le qualificatif le plus juste serait alors érotique et non pornographique.

Ce qui impliquerait deux possibilités :

  • Soit que le porno est purement masculin, mais vu mon introduction j'en doute fort,
  • Soit qu'il n'existe pas de porno féministe, mais tout simplement du porno accessible à tous, et bien sûr à toutes.
3 1

Vous aussi, participez au débat :
Un porno féministe est-il possible ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Clémentine Sisombat oui

    03 juillet 2012, 15:12

    Clémentine Sisombat Chroniqueuse, blogueuse
    Je ne crois pas que l'érotique soit réservé à la femme et le porno à l'homme, je pense juste qu'il dépends d'une envie à un moment donné. Tout comme le sexe peut être niais et doux ou brutal, mais aussi avec ou sans sentiment.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Nicolas Pouilley non

    03 juillet 2012, 15:15

    Nicolas Pouilley Journaliste

    @Clémentine Sisombat 

    Entièrement d'accord !
    Mais je ne pense pas que le porno soit réservé à l'homme et l'érotique à la femme, mais juste que si le porno est accessible à tout le monde, le porno "féministe" n'a pas lieu d'être.
    2 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Autre Chose non

    03 juillet 2012, 18:06

    Autre Chose
    Le porno est purement masculin à la base, il a été inventé par les hommes et pour les hommes. Les personnes étant dans la pornographie étaient essentiellement des prostituées, des esclaves, qui n'étaient pas dans le pouvoir de dire non. L'érotique vient de "eros" qui se réfère à l'amour passionné et le sexe désiré, donc ça reste en dehors du champ de l'industrie du sexe qui consiste à faire le plus d'argent le plus vite et efficacement possible, et cela convient parfaitement aux systèmes capitalistes toujours à la recherche de profit et favorable à celui-ci.
    Le porno ne peut pas être érotique, car il est faux et ne se base que sur de l'argent et pas sur du désir.
    A mon sens le porno qui se dit "féministe" parce qu'il reconnait la diversité que peuvent avoir les actrices, et reconnait le désir féminin à égalité avec le désir masculin, réduit tout autant la sexualité à un marché économique, au lieu d'en faire un liberté fondamentale où la valeur du consentement des deux côtés ne vaudrait pas de recevoir de l'argent en retour, car la relation serait reconnue et non pas bafouée par l'argent.
    0 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Réaction en attente de modération ou supprimée.

  • Photo de Non connecté
  • Photo de Nicolas Pouilley non

    03 juillet 2012, 19:49

    Nicolas Pouilley Journaliste

    @Autre Chose 

    "L'érotique vient de "eros" qui se réfère à l'amour passionné et le sexe désiré, donc ça reste en dehors du champ de l'industrie du sexe qui consiste à faire le plus d'argent"

    Pardon mais je ne vois pas à quel moment j'ai dit que le porno et l'érotisme étaient pareils...
    Ceci étant, je pense qu'il y a eu tout de même une évolution et que les femmes ne sont plus, pour certaines du moins, des esclaves sexuels.
    De plus, le porno se banalise de plus en plus, avec l'arrivée de sites internet libre d'accès. De plus en plus de femmes aiment s'exhiber en train de pratiquer des actes sexuels en tout genre, et ça non plus ce n'est pas de l'esclavage.
    Peut-être qu'à la base le porno est purement masculin, mais en 2012 je crois bien qu'il ne l'est plus.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de David Simard oui

    03 juillet 2012, 20:12

    David Simard Philosophe, diplômé de psycho-sexologie

    @Autre Chose 

    Il faut distinguer deux choses : les producteurs de pornographie, et celles et ceux qui en font l'usage. Les premiers ont en effet souvent le but de faire de l'argent, et répondent à une logique capitaliste, mais ce n'est pas nécessairement le cas de la pornographie amateur (je parle des vrais amateurs), et pas du tout le cas de la pornographie privée (se filmer soi-même pour son seul usage).
    Les seconds ont un but sexuel clair, il s'agit de s'exciter sexuellement en regardant des images ou en lisant des textes qui font écho à leurs fantasmes, ce qui se pratique seul(e) ou en couple (ou plus).
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Autre Chose non

    04 juillet 2012, 00:11

    Autre Chose

    @David Simard 

    Il y a tout de même des personnes qui s'exhibent pour de l'argent, et qui ont un rapport sexuel en vidéo pour toucher de l'argent. Donc la logique reste capitaliste, ça me rappelle les snuffs movies qui sont des vidéos violentes amateurs qui circulent sur le net dans le but de choquer, et de gagner de l'argent en vendant sa vidéo à des sites hébergeurs de ce genre de vidéo; Ces vidéos n'ont rien de truqué ou de faux, elles ont pour but de choquer et d'attirer le plus de gens à les regarder afin que cela rapporte le plus d'argent. Pour la pornographie, on est à peu près dans la même logique, mais sauf que là il s'agit d'exciter avec des descriptions très violentes et humiliantes à l'égard des femmes et donc de répandre culturellement la violence à l'égard des femmes. D'ailleurs dans la pornographie tout comme dans tout autre marchandisation du sexe, se pose le problème du viol. Comment arriverions-nous à reconnaître le vrai consentement sexuel lorsque celui-ci est dans la pornographie ou la prostitution ? Comment serions-nous en mesure de reconnaître l'absence de contrainte pour ce rapport ?
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Autre Chose non

    04 juillet 2012, 00:12

    Autre Chose

    @David Simard 

    Le sexe ne peut pas être assimilé à une activité comme une autre, car contrairement aux autres activités, il y a la notion de viol et de traumatisme, qui sont des violations à la dignité de la personne humaine.
    0 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Guillaume Ballin oui

    04 juillet 2012, 15:25

    Guillaume Ballin Développeur informatique.

    @David Simard 

    Vous n'avez pas l'air tout à fait dans la réalité.
    Tout d'abord, si on ne demande pas d'argent (ce qui est le cas des amateurs), il y a donc consentement mais s'il y a argent, plus de consentement ?
    Quant à comment savoir si une actrice et consentante, quand on est actrice porno professionelle, on signe un contrat avant de tourner, on est donc bien consentant, il ne s'agit pas d'un viol !
    Pour finir, amateur ou non, quand on joue devant caméra, l'envie n'est pas de faire du sexe mais de faire une bonne vidéo, l'approche n'a rien à voir.
    Ensuite, les films porno, qu'ils soient de gros producteurs ou purement amateurs ne jouent pas sur la violence ni sur l'humiliation, vous faites là des accusations gratuites.

    Dernier point tout de même, si le porno n'est pas « féministe » parce que des actrices se font payer, il ne peux pas être machiste non plus, les acteurs étant eux aussi payés.

    PS : le consentement ce n'est pas l'absence de contraintes, ce qui n'a pas grand sens, mais l'acceptation des contraintes.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de David Simard oui

    03 juillet 2012, 20:33

    David Simard Philosophe, diplômé de psycho-sexologie
    La problématique de la distinction entre la pornographie et l'érotisme est intéressante. Elle en fait d'ordre moral, et ce qui est désigné comme pornographique par rapport à érotique varie en fonction de considérations morales, différentes d'un pays à un autre, d'une époque à une autre.

    La pornographie est généralement d'emblée négativement connotée moralement, et désigner quelque chose comme pornographique, c'est souvent en même temps en faire le procès. La philosophe Marcela Marzano oppose le désir (racine du mot "érotique") à la pornographie, en plaçant dans le premier la subjectivité, et dans la seconde la désubjectivation, c'est-à-dire une déshumanisation. Intervient alors la notion d'hostilité, ou de violence, ou d'agressivité, ou encore, comme le dit le psychanalyste Stoller, de haine, qui est érotisée. C'est ce qu'il appelle "perversion". Et ce qui dérange dans la pornographie, c'est qu'elle met essentiellement en scène la part d'ombre du sexuel. Et ce qui dérange certain(e)s féministes, c'est que celle-ci n'ait pas de sexe...
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème