«Une image bien crade»

«Préférence nationale»

«Je ne me reconnais pas d'extrême-droite», clament les Le Pen depuis des années. Pour la patronne du Front national, les concepts de gauche et de droite sont dépassés d'un siècle. D'ailleurs, sur le programme, sa rengaine n'est-elle pas de se [...]

Lire la suite

Photo de Le Camarguais oui
Le Camarguais
Retraité de l'encadrement et blogueur

Marine Le Pen s'adresse à un électorat bien ciblé et son discours n'en est que plus redoutable

Marine Le Pen essaie d'imposer ses thèmes, elle se met au centre du jeu politique. Par ses prises de position, elle sait qu'elle se met toute la classe politique à dos, mais elle en a rien à faire. En effet ce n'est pas à cette classe politique qu'elle s'adresse, mais à un électorat bien ciblé, un électorat populaire et son discours est d'une efficacité redoutable. Quand elle voit le MRAP porter plainte, elle doit se réjouir, elle n'en demande probablement pas tant.

Je fais partie de ceux qui ne se sont jamais fait la moindre illusion sur Marine Le Pen, je n'ai jamais cru à son discours moderne, je n'ai jamais cru qu'elle était différente de son père. Comme lui, elle tient un discours digne des plus étatistes, un discours protectionniste en tout genre : protectionnisme économique avec fermeture des frontières, protectionnisme social, protectionisme culturel, en fait c'est le tout État, notre vie serait encadrée. Comme son père, elle est très anti parlementarisme. De telles prises de position ne sont pas une surprise puisque c'est la raison même d'exister des extrêmes et des dictatures. Oui, je la considère comme étant réellement d’extrême droite et comme pour la drogue, il n’y a pas d’extrême droite light ou douce, ça c’est un leurre. Beaucoup se sont laissés prendre parce que à son discours raciste et nationaliste, elle a rajouté une dimension sociale qui, alors que nous vivons une période difficile, une période de crise, passe trés bien auprés des populations auxquelles il s'adresse et qui souffrent de cette crise, mais le fond de commerce reste celui de son père.
Laurent Fabius a dénoncé l'imposture en disant qu'elle est plus dangereuse que son père parce que "l'emballage est plus avenant." Elle s'est attribuée les valeurs républicaines (liberté, égalité, fraternité), les thèmes de l'immigration et de l'identité nationale d'une manière telle, qu'on ne peut plus les aborder sans que l'on soit soit immédiatement accusée de se "lepenéliser"

C'est ainsi que la droite parlementaire s'est laissée enfermer dans un piège à la fois redoutable et diabolique. Elle a accepté le politiquement correct imposé par de soi-disant intellectuels de tout milieu y compris dans le milieu  associatif. Ces différentes composantes ont imposé ce que l'on appelle le "politiquement correct", elles ont institué un nouvel "ordre moral" c'est à dire un cadre dont on ne doit pas sortir sous peine de "déraper "ou de "stigmatiser", les deux mots à la mode. En clair, nous sommes soumis à la dictature des mots. C'est ainsi qu'a été escamoté le débat pourtant nécessaire sur l'identité nationale ou de l'immigration clandestine car on risquait de déraper.

Marine Le Pen sait faire de la politique, elle est trés forte. C'est une femme moderne qui a grandi à l'époque du développement de la communication et de ses moyens. Ces moyens, elle les maîtrise parfaitement et c'est la raison pour laquelle elle présente deux visages. Il y a celui qu'elle nous montre à la télévision et puis l'autre, la face cachée, celle d'une femme capable de se montrer cassante, voire méprisante avec le personnel et avec ses adversaires politiques. C'est une femme qui est extrêmement habile et par conséquent trés redoutable. De plus, elle connait ses sujets, elle sait ce qui se dit. Malgré tout, elle a quelques faiblesses sur l'économie qui pendant la campagne électorale ont été mis en évidence par des journalistes tels François Lenglet ou Anne Sophie Lapix.

L'extrême droite progresse partout en Europe pour des tas de raisons dont trois me paraissent essentielles. La première me semble t-il, c'est la crise. L'histoire démontre que les extrêmes progressent toujours en temps de crise. Ensuite les européens, et les Francais ne font pas exception, ils ont le sentiment à tort ou à raison que la mondialisation entraîne un certain déclin de l'Europe et enfin il y a un sentiment de peur : peur de perdre son pouvoir d'achat, peur de se retrouver au chômage, peur de l'insécurité... peur de son ombre. L'extrême droite  fait de ces peurs son fond de commerce, ne tombons pas dans ce piège. Les démocrates doivent rester eux-mêmes et faire de la politique avec leurs valeurs qui n'ont rien à voir de prés ou de loin avec celles du Front national et surtout ne pas céder à la dictature des mots.

3 7

Vous aussi, participez au débat :
Le FN est-il un parti d'extrême-droite ?

Photo de Non connecté
  • Photo de ddacoudre . oui

    22 juin 2012, 09:56

    ddacoudre . militant à la retraite.
    Les communicants ont pris le pas sur la clarté politique, tout est devenu confusion des options politique et chacun surfe sur le leurre et l'amalgame qu’autorise le langage. Les extrêmes n’avaient de signification comme la gauche ou la droite que par rapport à un positionnement dans hémicycle. les options politiques se définissent par rapport à la république et au capitalisme. Dans ce cadre certains partis proposent des positionnements dit "fascisant, où "racistes" par rapport aux définitions qu'il en a été donné dans les études sur le développement du fascisme et du racisme en Europe et dans le monde.
    Il est donc communément admis que lorsque un parti présente certains de ces critères il se qualifié d’extrême.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de ddacoudre . oui

    22 juin 2012, 09:56

    ddacoudre . militant à la retraite.
    Aujourd’hui tellement de critères sociologiques ont fait l’objet d'amalgames ou de distordions que presque plus personne ne distingues les glissements fascisant, tel qu'il en existe comme l'anti libéralisme (pas confondre avec le néolibéralisme capitalistique), ou les références vichyssoises comme "travail famille patrie" en lieu et place des valeurs républicaines liberté égalité fraternité.
    Il est bien évident que si d'aucun avaient le sentiment de glisser vers des valeurs fascisantes ils ne feraient pas le pas. Sauf que l'on y glisse en toute bonne conscience, convaincu par exemple que le travail une activité productrice humaine de caractères universel devient une valeur républicaine, tous comme famille et patrie qui sont l’apanage de tous les états même ceux qui sont des dictatures.
    Alors que celles de la république sont le résultat d’une pensé libérale produit des lumières accouché dans la souffrance et rependu par conviction à travers le monde, car elle ne sont pas d’un caractère universel comme le travail la famille ou la patrie.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de ddacoudre . oui

    22 juin 2012, 09:57

    ddacoudre . militant à la retraite.

    @ddacoudre . 

    http://ddacoudre.over-blog.com/
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Erwan Lecoeur non
Erwan Lecoeur sociologue, auteur de livres sur le FN et l’extrême droite
Elle incarne un “refus du système”, comme son père avant elle, mais avec un nouveau visage
Photo de Thierry de Cabarrus oui
Thierry de Cabarrus Ancien journaliste, chroniqueur sur Le Plus
Aujourd'hui, le Front national est dédiabolisé
Photo de Samuel Thomas non
Samuel Thomas Président de la Fédération Nationale des Maisons des Potes (Magazine Pote à Pote)
La crise donne un prétexte aux racistes pour prôner les discriminations
Photo de Christophe Guériteau non
Christophe Guériteau
Le tête change, le reste non !
Photo de Jean-François Kahn oui
Photo de Jonathan Deloire non
Jonathan Deloire Salarié dans le privé
Marine Le Pen a des valeurs différentes
Photo de Judith Duportail
Judith Duportail Journaliste Newsring
Longuet voit dans le FN un «interlocuteur crédible»
Photo de Erwan Lecoeur non
Erwan Lecoeur sociologue, auteur de livres sur le FN et l’extrême droite
Marine Le Pen a brouillé l'analyse politique traditionnelle
Photo de Augustin Debacker non
Augustin Debacker Responsable Morbihan de l'URBVM
Le terme est tellement galvaudé qu'il a perdu tout son sens