Première dame

Trierweiler : une Première Dame qui veut trouver sa place

La compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, ne veut pas être une «potiche». Selon Le Monde, elle se verrait bien ambassadrice de «l'égalité des chances». La nouvelle «First lady» a choisi son directeur de cabinet, le journaliste de [...]

Lire la suite

Photo de ddacoudre . non
ddacoudre .
militant à la retraite.

Ces Premières dames qui sont du pain bénit pour les faiseurs d'opinions

Les présidents organisent leur vie privée comme il l'entendent. Ils n'ont à en répondre devant les citoyens comme n'importe lequel d'entre eux. Sauf que le président n'est pas n'importe lequel des citoyens, mais ce n'est pas une raison pour construire une fonction de Première dame qui n'existe que dans l'imaginaire des faiseurs d'opinions.

Nous élisons un citoyen à une fonction et non sa compagne légale, et l'organisation de leur vie ne peut pas ne pas interférer dans l’exercice de la fonction dans certains espaces de l’exercice du pouvoir de président, voyages, habitats, tout ce qui fait la vie d'un couple et qui se distingue de l’exercice du pouvoir et des décisions présidentielles.

Ceci étant posé, qui peut croire que dans la vie de couple il n'y a pas d'échanges de point de vue ou d'opinion sur l’exercice de l'activité de l'un ou de l'autre, comme cela se présente dans n'importe quel couple.

L'utilisation de l'image du couple est devenue à l’instar des USA une pratique qui n'avait pas court dans notre République. Ce ne sont pas les Français qui ont été demandeurs de cela, mais les communicants toujours en recherche de ceux qui peut faire la différence et apporter des voix, cela a commencé avec VGE en même temps que se sont développées les écoles de communication.

Ainsi par l'usage de moyens technologiques dont disposent tous les médias, leurs acteurs ont construit petit a petit l'acceptation de ce regard sur la vie des hommes politiques, à l'instar de ceux des hommes de notoriétés ou people comme nous disons.

Cet exercice du traitement de l'information est devenue un pourvoyeur de rumeurs et de spectacles, c'est ainsi que notre information politique est dominée par le jeu politique dans lequel entre cette question pour les 3/4 tandis que les enjeux politique qui organise notre existence ne compte que pour 1/3 de l'information.

Donc François Hollande et sa compagne vivent un peu comme ils l'entendent tant que l'interférence ne se situe pas au niveau des décisions présidentielle, étant entendu que sa compagne dispose du droit à la libre expression et que nous sommes encore en démocratie, libre aux uns et aux autres d'assumer les conséquences de leurs propos, et d'apprécier le juste à propos d'une discrétion que l'on peut s'imposer ou l'auto-censure que l'on veut s'appliquer. 

Sarkozy à mis en scène sa vie privée, cela le regardait et nous n'avons pas à demander à tous ses successeurs d'en faire autant, nous ne sommes là que devant une action publicitaire et non un débat d'idée, or notre existence est couverte par la publicité il n'est donc pas anormal que cela atteigne aussi la présidence et donne lieu à ce que j'ai appelé le "polémisme".
http://ddacoudre.over-blog.com/article-serions-nous-devant-le-polemisme-64650524.html

  • Photo de Stephane Clerk oui

    14 juillet 2012, 06:24

    Stephane Clerk
    tout a fait

Sur le même thème