Nouvelle vie

Battu par François Hollande à la présidentielle, Nicolas Sarkozy doit-il disparaître du paysage politique et médiatique ?

Battu par François Hollande à la présidentielle, Nicolas Sarkozy doit-il disparaître du paysage politique et médiatique ? Le président sortant, interrogé en mars dernier sur cette question avait déjà affirmé vouloir arrêter la politique en cas [...]

Lire la suite

Photo de Michelangelo Fano oui
Michelangelo Fano
Mr

Le point de vue d'un italien...

Comme citoyen Italien, je crois que c'est toujours très admirable de se retirer lorsqu'on n'a pas réussi a convaincre l'electorat. Quand on a essayé et qu'on a failli, c'est un geste de grande responsabilité politique de laisser sa place à quelqu'un qui peut donner de nouvelles idées. 

Dans mon pays, il y a toujours les meme politiciens qui continuent a se reproposer a l'electorat, meme s'ils sont sous le joug d'une enquête judiciaire. Je crois qu'en decidant de ne pas s'en aller quand il le fallait, Berlusconi a fait de grands dégats dans son parti et surtout pour la droite italienne. 

8 0

Vous aussi, participez au débat :
Nicolas Sarkozy doit-il disparaître ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Fabrizio Tribuzio-Bugatti

    11 mai 2012, 16:24

    Fabrizio Tribuzio-Bugatti Étudiant en droit, cofondateur du Rassemblement des Étudiants Indépendants
    Le problème en Italie (étant d'origine italienne, je m'amuse souvent à comparer les systèmes italiens et français) c'est que la République est similaire à celle des IIIe et IVe Républiques Françaises. Pas à cause des valses des ministères (il n'y en a pas en Italie), mais à cause du régime des partis et des scandales de corruptions qui éclatent tout au long de l'année. En sus, on peut encore prendre en compte cette obsession des dirigeants à confisquer le pouvoir, qui se rapproche des parlementaires des anciennes Républiques françaises.

    Je pense que le facteur principal est la conjoncture de l'époque. L'Italie sort de la 2e Guerre Mondiale mutilée, libérée du régime mussolinien et d'une sorte de Sécession. Le référendum sur le choix de poursuivre la monarchie ou d'établir une République, la constitution, tout cela n'a été fait et promulgué qu'en réaction, sans réfléchir au long terme (le Président italien n'a aucun pouvoir, on se demande pourquoi on avait besoin de renoncer à la royauté, sinon par souci de politiquement correct). Or, on voit aujourd'hui que ce système est à bout de souffle, d'autant plus que le Sénat vient de se faire dépouiller de ses pouvoirs, le rendant inutile.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Christian Creseveur non

    08 août 2012, 15:22

    Christian Creseveur Dessinateur et scénariste
    Sauf que Sarkozy ne se retire que comme un enfant vexé. Pas par noblesse d'âme, ou je ne sais quel sentiment digne d'Auguste chez Corneille. Et pour ce qui est des affaires, la classe politique en France n'a rien à vous envier!
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Olivier Bras
Olivier Bras Rédacteur en chef adjoint
61% des Français y sont favorables
Photo de Maxime Fialon oui
Maxime Fialon Porte-parole adjoint des des Jeunes Démocrates, Etudiant en droit et sciences politiques
Je le crois, en tout cas je l'espère
Photo de François d'Orcival non
François d'Orcival Président du comité éditorial de Valeurs Actuelles
Nicolas Sarkozy vise autant l'électorat des plus de 60 ans que les classes moyennes et populaires
Photo de Herbovie Ecolo non
Herbovie Ecolo Préventeur de santé publique
Erreur d'Eva Joly mais c'est de la légitime défense!
Photo de Moustapha Asseuldani non
Photo de Christophe Guériteau non
Christophe Guériteau
Le tête change, le reste non !
Photo de Xavier Denamur oui
Xavier Denamur Rest'orateur libre, auteur du film "La république de la malbouffe"
L'Italie a montré la voie du Bleu Marine avec Berlusconi
Photo de Charles Vaugirard oui
Charles Vaugirard Blogueur
Oui, mais pas n'importe quel centre