Face-à-face

Pas un, pas deux... Mais trois débats. Au soir du premier tour, le 22 avril, Nicolas Sarkozy a lancé un défi à François Hollande, qu'il souhaite affronter lors d'une triple confrontation devant les caméras.

Face à ses militants, le [...]

Lire la suite

Photo de Emmanuel Poilane oui
Emmanuel Poilane
Directeur de la fondation France Libertés

3 débats ? Assez de faux débats !

Nicolas Sarkozy ne conçoit pas la politique comme un outil pour convaincre mais comme le moyen d'exercer le pouvoir. Depuis 5 ans, il n'a eu de cesse d'expliquer qu'il est le seul à pouvoir sauver la France même lorsque ses annonces et ses ambitions sont réduites à néant par la réalité du monde dans lequel nous vivons.

François Hollande incarne aujourd'hui, non plus un super héros comme Nicolas Sarkozy avait pu l'incarner en 2007, mais bien un candidat à la Présidence en capacité de rassembler, de délégué et de partager une vision avec les Français pour construire des solutions innovantes "ensemble".

François Hollande a raison de ne pas vouloir 3 débats car ce ne seront pas des débats constructifs. Les journalistes eux mêmes craignent un Nicolas Sarkozy qui agresse sans cesse, qui n'écoute pas, qui n'hésite pas à mentir avec les chiffres si il juge que cela peut le servir. Je ne lance pas ce dernier argument en l'air, allez visiter le Véritomètre du site Owni et vous verrez par vous même.

Le débat du 2 mai prochain nous apportera suffisamment de réponses et des éclaircissements mais n'oublions pas ce que notre Président nous avait dit en 2007 : "je serais jugé sur mes résultats contre le chômage". Même si aujourd'hui il semble l'avoir oublié et qu'il préfère nous promener avec une urgence de frontières de toutes sortes, les chiffres sont imparables et les français sont très conscient de son échec.

Avant Nicolas Sarkozy, personne n'avait osé faire campagne en promettant plus de pouvoir d'achat pour les Français. il a échoué, notre pouvoir d'achat a plus souffert que celui de Madame Bettencourt.

Il est plus que temps de sortir d'une politique de l'exploit individuel pour retrouver les vertus de l'équipe et de l'élan collectif. Le vrai débat est bien là mais il sera à livrer après le 6 mai prochain.

L'aventure n'est pas fini pour François Hollande mais si elle est gagnée, elle ne fera que commencer !

Sur le même thème

Derniers arguments

Photo de Vincent Baldo oui
Vincent Baldo Chargé de mission à la région IDF, militant socialiste
Nicolas Sarkozy n'a pas à fixer ses règles
Photo de Chimulus Dessinateur oui
Chimulus Dessinateur dessinateur de presse
Hollande n'a qu'un seul cerveau mais en bon état de marche