La loi sur les génocides censurée

Pour les Sages, la loi risquait d'enfreindre la liberté d'expression. Le 28 février, le Conseil constitutionnel a donc censuré le texte sanctionnant la négation du génocide arménien de 1915. Dans sa décision, il estime que « le législateur a [...]

Lire la suite

Photo de Charles Vanetzian contre
Charles Vanetzian
Une loi pour punir l'apologie du Gvt des Jeunes-Turcs, planificateur du Génocide de 1915.

Qu'est-ce que une "loi mémorielle" ?

Avant d'ouvrir ce débat, il aurait été intéressant de définir clairement ce qu'il y a derrière le concept de "loi mémorielle."

Pour rappel, cette notion apparaît pour la première fois en juin 2006 sous la plume de René Rémond, un historien: "pour unique que fût son objet, la loi Gayssot a engendré une postérité, elle est la mère d’une famille de lois mémorielles qui n'ont ni même justification ni même légitimité.

Il faut remarquer que les historiens, qui s'offusquent de l'immixtion du législateur dans l'histoire, ne se sont pas privé de créer une qualification juridique creuse. Car n'en déplaise à ceux qui l'usent et en abusent: le concept de "loi mémorielle" ne renvoie pas une définition juridique précise, mais à un concept vague, à géométrie variable que chacun adapte en fonction de la solidité de ses arguments.

Ainsi, René Rémond, créateur du concept "loi mémorielle" et fondateur du collectif "liberté pour l'histoire" ne s'offusque pas de la loi Gayssot, "la mère des lois mémorielles" pas plus qu'il la considère comme liberticide. 

Pierre Nora, actuel président du collectif "Liberté pour l'Histoire", non plus. Alors qu'il est le plus vif contradicteur non seulement de la loi pénalisant la négation des génocide reconnus par la loi (qui est une loi pénale, et non mémorielle comme certains ont voulu le faire croire), mais aussi de l'utilisation du concept de génocide (concept bien défini, lui) aux massacres de masses organisés par le Gouvernement Ottoman avec l'appui de son armée et de son administration contre les Arméniens.

Cohérence, quand tu nous tiens... 

 

 

PS: Je suis contre les lois mémorielles étant donné que je ne comprends pas ce que c'est. Par contre, je suis pour une loi pénalisant le négationnisme de tous les génocides reconnus par la loi et par l'histoire.

6 5

Vous aussi, participez au débat :
Pour ou contre les lois mémorielles ?

Photo de Non connecté
  • Réaction en attente de modération ou supprimée.

  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Varoujan Sirapian oui
Varoujan Sirapian Directeur de la revue « Europe&Orient »
La loi votée stoppera le négationnisme d'Etat turc exporté sur le sol français
Photo de Catherine Lefebvre oui
Catherine Lefebvre écrivain et blogueuse : gratitude le blog de Cathie Fidler
Dominique de Villepin, girouette de l'histoire ?
Photo de Thierry de Cabarrus contre
Thierry de Cabarrus Ancien journaliste, chroniqueur sur Le Plus
Prendre le temps pour voter ces lois
Photo de Thierry Savatier contre
Thierry Savatier Historien de l'art, blogueur
Ni l'Etat, ni les associations n'ont vocation à écrire l'Histoire
Photo de Maxime Fialon contre
Maxime Fialon Porte-parole adjoint des des Jeunes Démocrates, Etudiant en droit et sciences politiques
L'Histoire ne relève pas du rôle de l'Etat
Photo de Nicolas Chevalier-Roch pour
Nicolas Chevalier-Roch Porte-parole de Debout La République Alsace
Même s'il faut éviter d'en abuser, rien n'empêche la promulgation d'une loi mémorielle
Photo de Raphaël Haddad pour
Raphaël Haddad conseiller en communication
Ces lois ne sont pas "mémorielles", elles sont antiracistes
Photo de Noëlle Lenoir contre
Noëlle Lenoir Présidente du Cercle des Européens, ancienne ministre
Sauf si le Parlement se limite, ce qui est son droit, à prendre position sur notre propre Histoire
Photo de Charles Vanetzian oui
Charles Vanetzian Une loi pour punir l'apologie du Gvt des Jeunes-Turcs, planificateur du Génocide de 1915.
Le but de la loi de 2001 reconnaissant le Génocide des Arméniens et de celle pénalisant sa négation

Derniers arguments

Photo de Didier Epsztajn contre
Didier Epsztajn animateur du blog "entre les lignes entre les mots"
Etre né-e-s quelque part ne justifie pas d'endosser les histoires de ces Etats
Photo de Didier Epsztajn contre
Didier Epsztajn animateur du blog "entre les lignes entre les mots"
Oui à la mémoire, non à l’interprétation étatique de l'histoire