Chasse gardée IBO/SIPA

Jean-François Copé est l'objet de critiques à gauche et à droite après ses déclarations sur le «pain au chocolat»

Mardi 25 septembre, Le Figaro a publié des extraits du «Manifeste pour une droite décomplexée» (ed. Fayard) de Jean-François Copé. Le député-maire de Meaux (Seine-et-Marne) y dénonce l'existence d'un «racisme anti-blanc» dans certains [...]

Lire la suite

Copé, le pain au chocolat et le CFCM: la confusion règne sur le retrait de la plainte

Copé, le pain au chocolat et le CFCM: la confusion règne sur le retrait de la plainte

Thibault Camus/AP/SIPA

L'affaire du pain au chocolat de Jean-François Copé ne cesse de connaître des rebondissements. Alors que le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) avait annoncé hier, avoir retiré la plainte déposée en octobre dernier contre le président de l'UMP, le CFCM, avait changé de position, ce mercredi 9 janvier, en déclarant par le biais de Abdallah Zekri, président de l'Observatoire national contre l'islamophobie, qu'il maintenait finalement sa plainte. Mais, deux heures plus tard, l'intéressé et le CFCM publiaient un communiqué en commun, dans lequel l'organisme déclarait avoir retiré sa plainte pour propos diffamatoires et «islamophobes». Mais les doutes demeurent, ce mercredi à 19h, suite à de nombreuses déclarations, notamment de la part de l'avocate du CFCM, qui, tout comme Abdallah Zekri, ne confirme pas cette annonce. 

En octobre dernier, le CFCM avait déposé plainte contre Jean-François Copé, au motif qu'il jugeait ces propos diffamatoires et «islamophobes», suite à l'affaire du pain au chocolat. Une enquête préliminaire a donc été ouverte. Mais mardi 8 janvier, l'organisme religieux a annoncé qu'il allait retirer sa plainte car «Jean-François Copé a exprimé des regrets». 

Ce mercredi, le CFCM revient sur ses positions, en déclarant via Abdallah Zekri, président de l'Observatoire national contre l'islamophobie, instance du CFCM : «Je maintiens la plainte contre M. Copé tant qu'il n'aura pas formulé publiquement les regrets qu'il a exprimés lors de la rencontre que nous avons eue hier au siège du CFCM», dénonçant le «double langage»que le président de l'UMP aurait tenu face aux médias. 

Deux heures après, un communiqué publié conjointement  par Mouammed Moussaoui, président du CFCM et Jean-François Copé entend dissiper tous les doutes : «Le CFCM entend retirer la plainte déposée pour diffamation» après la visite du président de l'UMP qui «a tenu à exprimer ses regrets aux musulmans de France qui ont pu être heurtés dans leurs sentiments ou stigmatisés à travers cette polémique», affirme le communiqué. 

Excepté que, dans le même temps, Abdallah Zekri a indiqué à l'AFP qu'il «refuse de retirer cette plainte» qu'il a lui même déposée. A cela s'ajoutent les déclarations de l'avocate de CFCM, Khadija Aoudia, qui sur BFMTV, a confirmé ne pas avoir «reçu de mandat pour retirer la plainte contre Jean-François Copé.»

Photo de Non connecté

Sur le même thème

Derniers arguments

Photo de Pierre Schaegis non
Pierre Schaegis Responsable UNI-MET 68, militant et chargé de campus à l'UMP à Mulhouse, étudiant en droit
Jean-François Copé n'est pas socialiste.
Photo de Eric Brunet non
Eric Brunet Polémiste, animateur de l'émission "Carrément Brunet" sur RMC
Il n’y a pas de quoi faire de procès à Copé
Photo de Benoît Delépine oui
Benoît Delépine Réalisateur, auteur, comédien
Copé, ou le bruit de fond de ce qu’on pensait avoir quitté avec Sarkozy
Photo de Guillaume Peltier non
Guillaume Peltier Secrétaire national de l'UMP, président de la Droite forte
Avec une droite forte, on répond aux souffrances des Français
Photo de Marwan Muhammad oui
Marwan Muhammad Porte parole du Collectif Contre l'Islamophobie en France et membre de FoulExpress
La droite décomplexée que Jean-François Copé appelle de ses vœux a déjà un nom : le Front National.