Des ressources limitées

La planète a officiellement dépassé le 31 octobre 2011 le cap des sept milliards d'habitants.

La planète a officiellement dépassé le 31 octobre 2011 le cap des sept milliards d'habitants. Une nouveau palier démographique qui soulève de vives inquiétudes en raison des inégalités croissantes sur la Terre. Sans un meilleur partage des [...]

Lire la suite

Photo de Jean-Marc Governatori oui
Jean-Marc Governatori
Co Secrétaire National de l'Alliance Ecologiste Indépendante

Il faut faire le choix de la frugalité heureuse

C'est une question étonnante d'un point de vue moral, mais il est vrai que beaucoup de personnes se la posent. Elle est symptomatique d'une situation sociétale que nous avons créé où nous en arrivons à remettre en cause la reproduction même de notre espèce ! Heureusement, la nature est souvent bien faites et les spécialistes savent que la Terrienne faisait 5 enfants en 1950 et 2.5 aujourd'hui. On prévoit d'ailleurs un pic de population à moins de 10 milliards en 2050. D'autre part, les études sur l'éjaculat montrent qu'il est de moins en moins prolifique. Hélas, il semble que la stérilisation de l'espèce humaine soit en route. 

Donc oui, faisons encore des enfants, continuons sur les politiques incitatives à cela. Les écologistes qui ont réfléchi à la question se sont aperçus que le problème n'est pas le nombre d'habitants mais le mode de vie et de pensée. Notre planète ne supporterait pas 10 milliards de personnes qui vivraient comme des Européens, mais peut tout à fait nourrir et satisfaire 10 milliards de personnes qui choisissent la frugalité heureuse.

6 28

Vous aussi, participez au débat :
Déjà 7 milliards d’habitants sur terre, doit-on encore faire des enfants ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Manu Camille Fusier non

    05 août 2012, 19:12

    Manu Camille Fusier de passage sur cette planète qui devait être bien belle avant l'arrivée de l'humain !
    Autant sur d'autre sujets je vous suis Mr Governatori autant là je ne peux pas. La poursuite dans cette voie engendre des désordres partout dans le monde, des décharges à ciel ouverts, des guerres, des espèces disparaissent ..... continuer dans ce sens avec ce système de consommation et de rythme de vie qui ne bougera pas il ne faut pas être naif est purement une grave erreur.

    Alors il faut baisser la population humaine à tout prix, nous ne voyons ue très peu les effets nefastes de la surpopulation nous, les pays riches, mais d'autres prennent ça de plein fouet.
    5 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Gidmoz Gidmoz oui

    12 août 2012, 19:30

    Gidmoz Gidmoz ingénieur, libertarien, école autrichienne d'économie, chercheur en science économique
    @Jean-Marc Governatori
    Les arguments statistiques de votre premier paragraphes ne me semblent pas pertinents. En effet, des statistiques sur un avenir lointain sont, a priori, douteuses.

    Vous n'approfondissez pas le "point de vue moral" que vous annonciez dans votre première ligne. La morale est ici l'art de chaque parent de distinguer le Bien du Mal.

    Les parents procréent volontairement selon des critères rationnels. C'est ce que suppose une "politique incitative".

    Je ne partage pas votre pessimisme sur un nombre maximal de 10 milliards d'individus vivant comme des européens. Il n'est pas pertinent, a priori, de comparer une situation économique actuelle des européens et une situation économique mondiale dans 50 ans.

    Votre hypothèse sur une limitation de la capacité à produire de la nourriture pour dix milliards d'individus me semble mal fondée. Chaque besoin humain s'exprime au travers d'une demande de biens et de services. Et une offre de biens et de services y répond. Sauf lorsqu'un État invente des lois qui détruisent toute motivation à produire.
    0 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Frédéric Leclanche non

    13 août 2012, 21:32

    Frédéric Leclanche
    Oui, il est évident que le genre humain n'est que sagesse et modération et que depuis un siècle tout incite à la mesure (...) Donc tout va bien, n'est-ce pas ?... Du moins il faut s'en convaincre car les systèmes établis (économiques, financiers, politiques, ...) reposent sur le principe de croissance, quitte à nier AVEUGLÉMENT les méfaits que chacun est à même de constater au quotidien sur l'impact profond et irréversible que notre fonctionnement a sur notre environnement... Soyons optimistes voyons, pas de problème sans solution semble être la devise égoïste des partisans du oui...
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Gilles Pison oui
Gilles Pison Directeur de recherches à l'Institut national d'études démographiques
Ce n'est pas une question de chiffres mais de qualité de vie
Photo de Cheikh De Massilia non
Cheikh De Massilia
Théoriquement impossible.
Photo de José Bové oui
José Bové Député européen pour Europe Écologie. Ancien paysan et syndicaliste, altermondialiste.
L'agriculture bio peut suffire à nourrir la planète si elle est correctement mise en place
Photo de Serge Michels non
Photo de Clélia Richard non
Clélia Richard Avocate - Auteur de "Désirs de familles, homosexualité et parentalité"
Il n’y a aucune contre-indication notable au fait de vivre dans une famille homoparentale
Photo de Sebastien Martin pour
Sebastien Martin Blogueur
Accompagner le changement
Photo de Dominique Giraudet contre
Dominique Giraudet Blogueur
Le zoo en question
Photo de Thierry Oulières oui