La France et les Etats-Unis isolés Photo : Anatolia/AP/SIPA

Syrie : la communauté internationale divisée sur l'opportunité d'une intervention

Les opérations militaires du régime de Bachar al-Assad gagnent en brutalité au fur et à mesure que la contestation s’étend. La communauté internationale, quant à elle, peine toujours à s’accorder sur l’attitude à adopter vis-à-vis du pouvoir [...]

Lire la suite

Syrie : la Russie se désolidarise d'Assad, les États-Unis s'interrogent sur une intervention

Syrie : la Russie se désolidarise d'Assad, les États-Unis s'interrogent sur une intervention

Anja Niedringhaus/AP/SIPA

Fidèle alliée du régime syrien, la Russie semble pourtant désormais prendre ses distances avec le président Bachar Al-Assad. Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a en effet estimé dimanche 27 janvier que le chef de l’État syrien a fait une erreur en tardant à mettre en place des réformes politiques dans son pays. 

«Il aurait dû agir beaucoup plus vite et inviter l'opposition pacifique qui était prête à s'asseoir à la table des négociations avec lui. C'est une grave erreur de sa part, peut-être fatale. Il me semble que ses chances de maintien (au pouvoir) s'amenuisent de jour en jour», a déclaré le Premier ministre russe, lors d'une interview à CNN réalisée en marge du Forum de Davos, cité par Libération.fr. 

De son côté, le président américain Barack Obama s'interroge toujours sur une possible intervention des États-Unis en Syrie. «Les États-Unis ont appelé le président syrien Bachar Al-Assad à démissionner et ont reconnu la Coalition nationale syrienne d'opposition, mais ne sont pas allés jusqu'à autoriser l'armement de la rébellion. "Dans une situation comme celle de la Syrie, je me dois de demander : pouvons-nous faire la différence dans cette situation ?" a déclaré le président dans une interview publiée sur le site internet du magazine The New Republic», rapporte 20minutes.fr. 

Une interrogation qui n'est d'ailleurs pas du goût du Premier ministre russe. «Je le répète une nouvelle fois: c'est au peuple syrien de décider. Pas à la Russie, pas aux États-Unis et ni à n'importe quel autre pays», a ajouté Dmitri Medvedev en rappelant la position de la Russie, qui affirme que le peuple syrien est le seul habilité à décider du sort du président Assad,

Le conflit qui oppose les forces rebelles au gouvernement de Bachar Al-Assad, débuté en mars 2011, aurait déjà fait plus de 60.000 morts, selon l'ONU. 

Photo de Non connecté

Sur le même thème

Derniers arguments

Photo de sans embleme oui
sans embleme je suis auteur amateur et de gauche pour de vrai!!!
La Syrie n'est pas l'Irak...
Photo de Therence Akim non
Therence Akim
Syrie
Photo de Jean-François Fourny non
Jean-François Fourny Maître de conférence en français à l'Université de l'État d'Ohio
Syrie : depuis la guerre du Vietnam, jamais l'opposition à une intervention n'a été aussi forte
Photo de Christian Caullet non
Christian Caullet épicier qui sait ce que compter veut dire
Intervention en Syrie: un gaz peut en cacher un autre