Le Mali toujours instable ARNAUD ROINE/ECPAD/SIPA

Mali : François Hollande salue «le bon déroulement» de l'élection présidentielle

Selon les premiers résultats de l'élection présidentielle organisée au Mali, le dimanche 28 juillet, L'ancien Premier ministre Ibrahim Boubacar Keïta, dit «IBK», 69 ans, bénéficierait d'une très nette avance. Ces résultats - non officiels - [...]

Lire la suite

Le discours de François Hollande au Mali : «Le combat n’est pas terminé»

Le discours de François Hollande au Mali : «Le combat n’est pas terminé»

Jerome Delay/AP/SIPA

«Le combat n’est pas terminé», selon François Hollande, qui a été reçu chaleureusement aujourd’hui par son homologue malien Dioncounda Traoré dans plusieurs villes du Mali. Dès son arrivée à Tombouctou, le président français a prononcé un discours depuis l’aéroport à l’attention des militaires français.

«Je suis devant vous pour vous dire toute notre fierté lorsque j’ai pris cette décision grave le 11 janvier de répondre à l’appel du président Traoré dans le cadre des Nations Unies, je savais les risques que je faisais courir aux soldats», a dit le président devant les troupes françaises rassemblées. Le Mali, «c'était un terrain qui n’était pas facile parce les terroristes avançaient parce que les terroristes s’étaient réfugiés dans les villes», a-t-il argué qualifiant d’«exceptionnelle» la mission accomplie par l’armée française et par l’armée malienne.

François Hollande, qui a reçu un accueil «magnifique» selon ses mots, a précisé que ces «cris de joie» et ces «larmes de bonheur» n’étaient pas adressés à lui-même mais bien «aux soldats» et «à la France». «C’est donc une preuve de l’amitié entre nos deux pays mais aussi une preuve s’il en était besoin de l’efficacité de l’armée française», a ajouté François Hollande, se félicitant de l’effort conjoint des deux pays amis.

«Mais le combat n’est pas terminé, et ce serait une erreur de penser que, parce que nous avons retrouvé avec nos amis maliens la capacité de sécuriser les villes comme Gao comme Tombouctou, nous pouvons arrêter là. Les autorités maliennes, et c’est leur responsabilité, veulent retrouver l’intégrité territoriale qui, à un moment, leur a été ôtée et donc nous serons à leurs côtés pour plus au Nord finir cette opération», a-t-il poursuivi.

Photo de Non connecté

Sur le même thème