Sécessionnisme Frilet/Sipa

Sahara occidental, l'éternel conflit

Trente-six ans que le Sahara occidental – territoire dit non autonome pour l'ONU - est une région du monde sans statut juridique définitif. Le Maroc revendique pourtant la souveraineté de ce vaste territoire situé entre ses frontières sud, [...]

Lire la suite

Photo de Mansur Piazza non
Mansur Piazza

Un ancien du polisario met à nu les pratiques manipulatrices du mouvement séparatiste

Mustapha Bouh, dit « Al Barazani », ancien « Commissaire politique » de l’armée du Polisario a rallié le Maroc en 1991. Racontant les circonstances dans lesquelles il a intégré le Polisario ainsi que son parcours au sein de ce mouvement séparatiste, M. Mustapha Bouh raconte dans une entrevue accordée, le 05 août 2005 à l’ESISC : « J’ai été parmi les premiers à rejoindre le Polisario, en 1974. J’avais 18 ans. (…) et en 1976, j’ai été désigné comme « Commissaire politique » de la Première région militaire. J’ai ensuite été affecté à Alger où je me suis occupé de propagande. Je dirigeais le journal et la radio du Polisario. En 1977, j’ai été nommé Commissaire aux Relations extérieures, puis, en 1978, j’ai été élu au Bureau politique et nommé chef du Commissariat politique de l’armée. »

Concernant les reconnaissances de la RASD, que le Polisario présente comme étant une victoire diplomatique, M. Bouh, de son vrai nom Abdallah Ould Mhamed Bouh, déclare « Il faut être clair, même si le nombre faisait illusion – près de 80 États nous avaient reconnus – cette campagne diplomatique était un échec relatif. Dans le monde arabe et au Moyen-Orient, leur espace géopolitique naturel, le Polisario et la RASD étaient très faibles. Même l’OLP de Yasser Arafat n’a jamais souhaité avoir de relations avec nous. Même constat avec le camp socialiste : aucun pays du bloc soviétique ne nous a reconnus, la Chine non plus.»

S’exprimant au sujet des manoeuvres dolosives du Polisario, notamment concernant l’instrumentalisation de la situation des séquestrés des camps de Tindouf, M. Bouh déclare : « Lorsque j’étais responsable du protocole, en 1989, je m’occupais des visites de délégations officielles (…) Aux communistes, je montrais des femmes à l’entraînement militaire, aux délégués d’organisations humanitaires, des femmes dignes tentant d’élever leurs enfants dans le dénuement le plus complet. Les socio-démocrates avaient droit à des femmes s’impliquant dans le travail social et quand venait le tour de la délégation iranienne, je leur faisais voir des femmes voilées et soumises. En fait, c’était les mêmes femmes qui changeaient de rôle à la demande. Nous avions construit une organisation en trompe-l’oeil, apte à montrer à chacun ce qu’il voulait voir. C’était une véritable escroquerie morale, mais elle était représentative de ce qu’était devenu le Polisario. »

Toujours concernant la situation des séquestrés, M. Bouh ajoute : « Les camps reçoivent une aide calculée sur base de 165.000 réfugiés, mais curieusement, le Polisario ne reconnaît qu’environ 75.000 personnes présentes dans ces camps et qui auraient le droit de vote en cas de référendum. En fait, d’après ce que je sais, aujourd’hui, le nombre réel de réfugiés doit être compris entre 35.000 et 50.000 personnes. On est loin du compte. »

Pour ce qui est des raisons de sa défection et son retour au Maroc, El Barazani explique : « Je me posais des questions, je pensais que notre pratique n’était plus en adéquation avec la réalité du moment et que nous étions en train de laisser passer notre chance de vraiment faire bouger les choses dans le bon sens pour les Sahraouis et je n’acceptais plus le manque de liberté. Quand Hassan II a déclaré que tous ceux qui rentreraient au pays et accepteraient la souveraineté du Maroc pourraient jouer un rôle, je me suis décidé. En 1991, je suis retourné au Maroc. »


5 2

Vous aussi, participez au débat :
Le Sahara occidental a-t-il droit à l'indépendance ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé oui

    27 janvier 2013, 20:01

    Profil supprimé
    Moustapha Barazani ,vrai nom Abdalahe ould Bouh, militant d’extrême gauche d'origine Mauritanien rallie le Polisario par opportunisme ,il participe au Polisario de 1976 jusque 1988 ,il a été demis de ces fonctions et retourne en Mauritanie après avoir tombé en disgrâce. La classe politique mauritanienne le refuse et il soufre l'isolement ce qui lui amené a aller vendre ses service au Maroc ,donc c'est un mercenaire et demain si ça marche mal au Maroc il ira vendre son service en Tunisie ou au Sénégal.
    ça se voit le manque de témoins crédibles qui vous amène a faire recours a ce genre d'individus. Pauvre Maroc !!!
    1 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Mansur Piazza non

    27 janvier 2013, 22:04

    Mansur Piazza

    @Profil supprimé Profil supprimé 

    Omar Mansour.
    C'est tout ce que vous trouvez à dire. Dans ce cas que dire de tous les Marocains(Abdelaziz), Algériens(Ould Bouhali), Mauritaniens(Kheddad) mercenaires au polisario.
    En 1988 il y eut une intifada dans les camps ceci n'est pas anodin avec vos dates.
    Les témoins crédibles sont ceux qui se sont enfuis des camps et dont vous niez l'existence parmi lesquels vos anciens compères: Omar Hadrami,Brahim Hakim, le commandant Ayoub,Abderrahmane Leibek, Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud et la liste est encore très longue.
    Donc vous ne faites pas l'unanimité auprès des Sahraouis.
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé oui

    28 janvier 2013, 13:52

    Profil supprimé

    @Mansur Piazza 

    C'est le Maroc qui a recruté des mercenaires maliens , mauritanien,israelien,nigerien et autres a travers le mujao pour faire des actions terroristes au Mali ,en Algérie et en Mauritanie.
    Concernant ce groupe que vous citez dans votre réaction . Vous ne pouvez citer que quatre a cinq traîtres qui sont aller au Maroc alors que 200.000 sahraouis ont fui l'occupation marocaine et des milliers résistent a l’intérieur et font une résistance multiforme contre le colonialisme marocain au territoire occupé.
    1 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Kabir Naciri non

    28 janvier 2013, 12:26

    Kabir Naciri

    @Profil supprimé Profil supprimé 

    Donc M Mansour vous avouez que le Polisario pour se construire à recruté des Mauritaniens pour gonfler ses effectifs, quand on dit Mauritaniens, on dit aussi Maliens, Touaregs Algériens, Nigériens et tout ce que le Sahel avait de miséreux. M Mansour excusez moi le terme mais vous vous êtes grillé sans le savoir. Comme vous etes un membre officiel du Polisario est ce qu'on peut considérer cela comme une déclaration officielle du Polisario.
    1 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Hamza Benjelloun non

    28 janvier 2013, 23:04

    Hamza Benjelloun

    @Profil supprimé Profil supprimé 

    200000 sahraouis que vous avez kidnappés dans le sahara MAROCAIN dans les années 70, vous vous rappelez? n'est ce pas M. Mansour ? J'aimerais tant que vous arrêtiez d'encercler et terroriser la population a Tindouf et leur laisser la liberté de vivre dans le lieu qu'ils choisissent! Tindouf ressemblera alors à un vrai désert!!!!
    1 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Philippe Leclercq oui

    29 janvier 2013, 23:46

    Philippe Leclercq militant de la paix et Président de l'Association de Solidarité avec le Peuple Sahraoui

    @Hamza Benjelloun 

    et il les a mis où Monsieur Mansour ses 200 000 saharouis ? Dans son appartement à Paris ? vous pouvez me le dire, Monsieur Hamza Benjelloun ?
    0 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Hamza Benjelloun non

    28 janvier 2013, 23:07

    Hamza Benjelloun

    @Profil supprimé Profil supprimé 

    ahhhh je viens de lire un article "Qui paie les frais de M. OMAR Mansour représentant de la RASD en France ?"
    1 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Philippe Leclercq oui

    29 janvier 2013, 23:44

    Philippe Leclercq militant de la paix et Président de l'Association de Solidarité avec le Peuple Sahraoui

    @Profil supprimé Profil supprimé 

    je viens de lire le rapport de la fondation Mitterand ... ils y parlent des soldats prisonniers marocains et également des Sahraouis emprisonnés au Maroc. Sauf que dans le 2ème cas, ce sont des civils !
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Derniers arguments