Audiovisuel

Internet est libre, trop pour le CSA ? Michel Boyon, le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel, a en tout cas indiqué qu'il souhaite soumettre Dailymotion et Youtube aux mêmes obligations que les services de vidéo à la demande.

En [...]

Lire la suite

Photo de Steven Daguindeau non
Steven Daguindeau
Blogueur pour le site http://daguins.fr

Le CSA sert-il encore à grand chose ?

Franchement, quand je vois que le CSA met des films «interdit aux moins de 12 ans» alors qu'il n'y a aucune scène violente, de nue etc., je m'interroge sur les personnes qui travaillent dans ce service...

Pour vous donnez un exemple j'ai vu un film interdit aux moins de 12 ans car on voyait un bout de sein. Bref, pas très dramatique sachant que dans une pub avant même que le film commence, on voyait une femme qui en montrait bien plus.

Les enfants de 12 ans de maintenant ne sont plus ceux d'y a 10 ou 15 ans auparavant. Les enfants deviennent plus matures, comprennent certaines choses que nous n'assimilions que quand on était plus âgé.

Ensuite, il faut se poser la question : «est-ce que le CSA a les moyens financier, logistique et humain pour regarder et prendre une décision sur l'ensemble des vidéos uploadées sur Youtube ?»

Je pense que non.

2 1

Vous aussi, participez au débat :
Le CSA doit-il encadrer Youtube et Dailymotion ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Za Justza non

    12 juin 2012, 13:56

    Za Justza
    Vous êtes très mal informé.

    Le rôle du CSA ne se limite pas à vérifier le contenu des programmes et décider à partir de quel âge on a le droit de les regarder (d'ailleurs c'est aux chaînes de télévision d'évaluer cela en fonction de ce qu'elles diffusent, le CSA n'agit qu'après coup si il constate des dérives).
    Quoi qu'on en dise le CSA est indispensable à l'audiovisuel français. C'est une autorité administrative indépendante du Gouvernement, ce qui empêche tout contrôle abusif des médias par l'Etat, au nom de la liberté d'expression. En outre, c'est le CSA qui concède les autorisations d'émettre et attribue les fréquences de diffusion aux TV et radios. Enfin, les libertés de presse, d'expression, d'opinion ne doivent pas empiéter sur les droits fondamentaux de l'homme à la dignité et au respect. Le CSA doit y veiller.
    Alors certes, le Conseil fait parfois (souvent ?) preuve d'une incompétence crasse, et l'on peut questionner les faveurs données à certaines chaînes au détriment d'autres. Mais sans lui ce serait un sacré bordel sur les ondes...
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème