20 heures

La question a été relancée par le Figaro le 29 mai : le nouveau gouvernement réfléchirait à rétablir la publicité sur France Télévisions. Lors de la campagne présidentielle, Aurélie Filepetti avait répété à plusieurs reprises que le [...]

Lire la suite

Photo de HarryTuttle Screenville non
HarryTuttle Screenville
cinéphile blogueur

Pourquoi le service public a-t-il besoin de 8 chaînes TV ?

Juste en passant, une question qui est peut-être liée au financement dispendieux du service public...

La 1ère, France 2, France 3, France 4, France 5, Ô (outre-mer), France 24, Public Sénat, sans compter la radio (france inter, france info, france bleu, france culture, france musique, fip, le mouv', 1ère, Ô), s'il n'y avait pas des centaines de chaines sur le câble ça frôlerait le monopole. 

Je suis pour que le service public investisse avec l'argent du contribuable pour soutenir la culture, c'est à dire les programmes éducatifs que les chaines privée dénigrent pour leur faible potentiel commercial et leur petite audience. Mais quand le service public commence à tomber dans les divertissements, les jeux, les dessins animés, la musique populaire, la fiction mainstream, les magazines racoleurs, le sport ou même les infos... je crois que les chaînes privées sont capables de fournir ce genre de programmes.

Donc si on retire tout ça de la mission de service public et recentrer les investissement sur une chaîne TV, peut-être 2 à la limite, est-ce qu'on ne va pas faire des économies, et se passer totalement des revenues publicitaire?

Je préférerais une seule chaîne culturelle qui soit remarquable en tant que telle parce qu'il n'y a aucune pub et aucun programme racoleur pour attirer des audiences compétitives, et ne se consacrer exclusivement qu'à la culture, sans se soucier de la concurrence.

Par exemple, je trouve la gué-guerre entre TF1 et France 2 complètement absurde en sachant que le service public n'a pas besoin de se mesurer aux chaînes privées sur leur terrain, et surtout pas chercher à atteindre une place de leader (dépasser les audiences de TF1) selon la loi de la jungle du marché commercial...

Pourquoi 7 chaînes gouvernementales? On se croirait revenu au temps de l'ORTF...

3 0

Vous aussi, participez au débat :
Faut-il rétablir la publicité pour un meilleur financement du service public audiovisuel ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Oumayma Arnouk oui

    05 juin 2012, 12:31

    Oumayma Arnouk
    Très bonne question! C'est vrai, pourquoi 7 chaînes gouvernementales?
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de HarryTuttle Screenville non

    05 juin 2012, 13:25

    HarryTuttle Screenville cinéphile blogueur
    J'ai rajouté Public Sénat, mais j'ai oublié de changer ma dernière phrase. Et si on compte Arte en plus (co-production franco-allemande), ça fait 8 et demi (comme Fellini). 8 ou 9 chaînes gouvernementales... pas étonnant que ça coûte cher.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Christian Creseveur oui

    05 juin 2012, 15:59

    Christian Creseveur Dessinateur et scénariste
    Pourquoi 7 chaînes, ça reste une bonne question. Gouvernementale, c'est plus discutable. Mais dès lors que Sarkozy s'est mis en tête de nommer les patrons de l'audiovisuel, et plus encore occupé de programmation en faisant remettre à l'antenne Sabatier, en insistant pour qu'on soutienne Lumbroso ou le fils Halliday, ou qu'on évite les collaborations avec Porte à la radio, etc. On n'était pas très loin de l'Ortf, effectivement.
    On y était d'autant moins que l'objectif de Sarkozy était ensuite de fondre France2 et France3, l'idée étant de réduire autant que possible l'éventail concurrentiel de France TV face à des chaînes dont le capital était détenu par des amis: Bouygues et Bolloré.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de HarryTuttle Screenville non

    05 juin 2012, 17:44

    HarryTuttle Screenville cinéphile blogueur

    @Christian Creseveur 

    Le conflit d'intéret au sein de l'Etat, c'est une histoire de collusion de Sarkosy avec ses amis du CAC40... C'est anti-constitutionnel (enfin j'espère que ça l'est). Mais si on veut éviter ça, il faut séparer la loi et le commerce, c'est tout. Ce n'est pas le rôle du service public d'opposer une concurrence acharné avec les chaines privées, juste pour les emmerder. Si Bouygues fait du pognon en vendant de la merde c'est son droit (malheureusement). S'y opposer en essayant de monopoliser l'espace télévisuel sur 9 chaînes c'est pas du ressort de l'Etat, ça ressemble plutôt à une tentative de censure par étouffement, et de contrôle du contenu audiovisuel si jamais ces chaînes font les meilleurs score d'audience... (ce qui n'est pas encore le cas)
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Bénédicte Lesage oui
Bénédicte Lesage Productrice (Mascaret Films), présidente du SPI (Syndicat des Producteurs Indépendants)
La «scripted reality» n'a pas d'éthique
Photo de Isabelle Dhordain oui
Isabelle Dhordain Journaliste et productrice de l'émission "Le Pont des artistes" sur France Inter
La perte de Taratata est la marque d’un service public qui ne remplit pas son rôle
Photo de Manuel Nardin non
Manuel Nardin Journaliste à Plurimedia
Taratata, la fin ? Mais pas des haricots
Photo de Martin Meissonnier non
Martin Meissonnier Réalisateur, compositeur et producteur de disques
Importante pour l'industrie, Taratata n'a jamais été une émission militante pour autant
Photo de Marc Mottin oui
Marc Mottin Directeur artistique de Derrière les planches (Oxmo Puccino, Tété, Mai Lan)
La fin de Taratata a un impact sur les artistes, les professionnels, le public