Dictature de la beauté

La «dictature de la beauté» aurait-elle du souci à se faire? C'est ce que pense, Ben Barry, à la tête d'une agence de mannequins pronant la diversité. Ce Canadien, qui a conduit une thèse sur les modèles de mode à l'Université de Cambridge, [...]

Lire la suite

Contexte

La «dictature de la beauté» aurait-elle du souci à se faire? C'est ce que pense, Ben Barry, à la tête d'une agence de mannequins pronant la diversité. Ce Canadien, qui a conduit une thèse sur les modèles de mode à l'Université de Cambridge, s'est demandé comment les mannequins, en fonction de leur taille, leur couleur de peau et leur poids, influencent la décision d'achat. 

Son étude, menée auprès de 2 500 femmes aux Etats-Unis et au Canada, démontre que l'intention d'achat augmente de 200% lorsque le mannequin d'une publicité fait la même taille, ou une taille supérieure, que la personne visée par la publicité, et de 175% si son âge correspond ou dépasse celui de la sondée. Lorsque le modèle est plus mince, la volonté d'acheter diminue de 60%, selon cette étude, relève Le Monde.

Ben Barry souhaiterait voir «des modèles qui reflètent tout le panorama de la beauté féminine». En France, des inititatives marketing se sont déjà développées dans ce sens, comme la campagne pour "la vraie beauté" de la marque Dove.
La beauté ferait donc moins vendre ?

 

Entrer dans le débat

Photo de Nolwenn Guyon
Orchestré par Nolwenn Guyon
Journaliste à Newsring, étudiante en journalisme à l'IUT de Lannion