15 minutes de célébrité

Mardi 3 avril, la chaîne W9 a lançé une nouvelle émission de télé-réalité, «La Belle et ses princes presque charmants». Le concept est simple : Marine, une célibataire désespérée par des relations sans lendemain, qui espère trouver l’amour, [...]

Lire la suite

Contexte

Mardi 3 avril, la chaîne W9 a lançé une nouvelle émission de télé-réalité, «La Belle et ses princes presque charmants». Le concept est simple : Marine, une célibataire désespérée par des relations sans lendemain, qui espère trouver l’amour, est catapultée dans une maison peuplée de célibataires. Elle ignore que les douze prétendants prêts à tout pour conquérir son coeur se rangeraient plus dans la catégorie « crapauds » que princes charmants.

Le concept ne date pas d’hier. Depuis quelques années, les émissions de télé-réalité mettant en scène des gens au physique et au profil hors normes abondent : « L’amour est aveugle », « Mon incroyable fiancé », « L’amour pour tous », etc...

Si certaines voix s’élèvent pour condamner cette stigmatisation, le succès de ces émissions ne se dément pas. Pour les participants de ces émissions, ces quinze minutes de célébrité sont parfois payantes. Michelle Obama a ainsi invité à la Maison-Blanche les participants du jeu « The Biggest Losers », qui met en scène des gens obèses cherchant à perdre du poids, pour saluer leur courage et leur détermination.

La télé-réalité donne-t-elle leur chance aux losers et aux moches ?

Entrer dans le débat

Photo de Ariane Hermelin
Orchestré par Ariane Hermelin
Journaliste Newsring