Les réacs «personna non grata» Photo : Edouard Bernaux via Abaca

Un été pourri... pour les réacs aussi

Pour les réacs, l'été c'était mieux avant. Du temps qu'il faisait beau en juillet, à l'époque où ils s'assuraient une place à la rentrée sur la grille des programmes.

«La folie du moment», comme le disait Chateaubriand, à laquelle s'oppose le [...]

Lire la suite

Photo de Le Camarguais oui
Le Camarguais
Retraité de l'encadrement et blogueur

Le conformisme, c'est la dictature des mots

 La question est là : en France a t-on le droit de tout dire ? A Beaumarchais qui dit "Toute vérité n’est pas bonne à dire", Voltaire répond "Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire " On pourrait également citer Guy Béart "le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté. " Ce sont là des variantes à la question posée. Tout le monde n'est pas d'accord avec Voltaire, c'est ainsi qu'il existe des personnes qui ont selon Eric Zemmour "une logique inquisitoriale", c’est-à-dire que si on sort de leur logique on est traité au mieux de provocateur, au pire de nazi.

En France une certaine frange de la population voudrait continuer à imposer le "politiquement correct" . Dés qu’on dit quelque chose qui déplait, même si cela reflète la réalité, on est immédiatement trainé devant les tribunaux par les droits-de-l’hommiste. On pourrait en faire un sujet de Bac : "Peut-on et doit-on cacher la réalité par la police des mots?". Le politiquement correct c’est devenu la peur d’affronter la réalité.

Je suis sur la ligne de ceux qui ne veulent pas se coucher devant le poliquement correct  aussi je suis d’accord avec Jean Pierre Chevénement lorsqu'il déclare "craindre que le politiquement correct ne finisse par tuer le débat républicain". Si c’est une société sous surveillance de la pensée que l’on veut mettre en place, qu’on le fasse mais qu’on ait le courage de nous le dire en face, cela porte un nom, celui d'une "société orwellienne". Personnellement c’est un type de société que je réfute et je partage l'avis d'Eric Naulleau quand prenant la défense de son compère Eric Zemmour, il dit : "Il y a d’autres lieux qu’un tribunal pour les débats d’idées". Le politiquement correct, ce n'est finalement qu'une dictature : celle des mots.

8 2

Vous aussi, participez au débat :
Les réacs sont-ils brimés ?

Photo de Non connecté

Sur le même thème