Moins belle la ville Photo: B.R. PRODUCTIONS/SIPA

Marseille : 13e règlemente de compte en huit mois

Marseille a connu le 1er décembre sa troisième fusillade en moins d'une semaine. Une personne a ouvert le feu à la kalachnikov dans le quartier Saint-Antoine, situé dans le XVe arrondissement de la ville, blessant grièvement une personne et en [...]

Lire la suite

Contexte

Marseille : 13e règlemente de compte en huit mois

Marseille a connu le 1er décembre sa troisième fusillade en moins d'une semaine. Une personne a ouvert le feu à la kalachnikov dans le quartier Saint-Antoine, situé dans le XVe arrondissement de la ville, blessant grièvement une personne et en tuant une autre. Il s’agit de la troisième fusillade à la kalachnikov dans la région de Marseille en moins d'une semaine. Ces faits de violence viennent s’ajouter à une longue liste de braquages et de règlements de compte perpétrés ces dernières semaines dans la citée phocéenne. Et ils relancent du coup le débat sur la sécurité dans cette dans cette ville.

Plusieurs personnalités politiques françaises avaient manifesté cet été leur inquiétude en, raison du niveau élevé de la criminalité à Marseille. Mi-août, le gouvernement annoncé la nomination d’Alain Gardère, au poste de préfet chargé de la sécurité dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, expliquait cette décision par le besoin de «réfléchir à des stratégies nouvelles» dans la ville. «La situation à Marseille n'est pas satisfaisante (...) et cela n'est pas supportable», avait-il déclaré à l’époque. Quatre mois après, il se montre beaucoup plus rassurant. «Le climat de sécurité revient en ville et les habitants ne cessent de dire leur satisfaction», a expliqué Claude Guéant le 29 novembre. Des déclarations qui semblent aller à l’encontre de ce que vivent sur place habitants et forces de l’ordre.

Entrer dans le débat

Photo de Julia Vergely
Orchestré par Julia Vergely
Journaliste