Nouvelle donne

Après la crise économique, la crise politique. Lundi 7 mai, Antonis Samaras, le leader des conservateurs grecs, a échoué à former un gouvernement de coalition après les élections législatives du 6 mai. Le scrutin a consacré l’effondrement des [...]

Lire la suite

Photo de Stanislas Jourdan oui
Stanislas Jourdan
journaliste & blogueur

L'euro est un carcan, en sortir ouvre des possibilités inédites

Outre que l'euro enchaine la Grèce aux plans d'austérité dictés par la troika, l'euro signifie également pour la Grèce de devoir respecter les règles de l'eurosystème qui est un véritable carcan pour les pays du sud de l'Europe : impossibilité de financer des dépenses publiques par la banque centrale, taux de change défavorable, liberté de circulation des capitaux etc.

En sortir permettrait donc de mener des politiques monétaires innovantes. Par exemple:

  • Recapitalisation des banques via financement de la banque centrale, sans piocher dans l'argent du contribuable donc;
  • ouverture du secteur bancaire à des acteurs innovants, des banques locales avec le soutien publique de la banque centrale et autorités financières etc ;
  • Distribution d'un dividende monétaire à tous les citoyens grecs, permettant d'assurer un filet de sécurité, de contrer la fuite des capitaux et des humains, et de relancer l'économie sans créer davantage de dettes ;

Je vous invite à lire cet article qui détaille ces trois mesures et les argumente.

2 0

Vous aussi, participez au débat :
«Mesures barbares»: La Grèce doit-elle quitter la zone euro ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Richard Trigaux non

    21 mai 2012, 21:30

    Richard Trigaux blogueur, philosophe, artiste, écrivain, résident des mondes virtuels.
    Ce n'est pas l'euro qui est un carcan, bien au contraire la monnaie commune et la communauté économique ouvrent des possibilités fantastiques... C'est pourquoi de nombreuses régions du monde imitent l'Europe aujourd'hui.


    Ce qui est un carcan, c'est l'euro bugué: 4000 milliards d'euros de monétisation manquants depuis 1975, aboutissant à une dette virtuelle absurde, impossible à rembourser (puisque l'argent correspondant n'existe pas), mais qui ruine et étrangle toute l'Europe (la Grèce aujourd'hui, nous dans 2 ans).

    Quelques chiffres à taper sur un clavier d'ordinateur de la BCE suffiraient à payer la dette, réparer le social et assurer la transition écologique avant qu'une crise environnementale nous tombe dessus... qui ne sera pas virtuelle, elle, ni ne se comptera en milliards d'euros, mais en milliards de morts.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Derniers arguments

Photo de Emmanuel Poilane non
Emmanuel Poilane Directeur de la fondation France Libertés
Si j'étais Grec et que je lisais les déclarations de l'OCDE, j'aimerais quitter l'Europe !
Photo de Alexandre Havet non
Alexandre Havet Trader/Blogueur www.margincall.fr
Si la Grèce sort, d'autres pays suivront et nos Banques s'effondreront
Photo de Laurent Guibert non
Laurent Guibert Fondateur du BLOG ANTI EUROPE (blogantieurope.unblog.fr)
Non, c'est à l' Allemagne de quitter l'euro.
Photo de Profil supprimé oui
Profil supprimé Blogueur Royal-Artillerie
Investir massivement l'évasion