Le nouveau credo en Europe

En Europe, les mesures d'austérité n'ont pas donné de résultats économiques probants

Selon le FMI, la France devrait ralentir son rythme de réduction du déficit public et accélérer ses réformes structurelles, afin de soutenir une reprise économique encore "hésitante".

Depuis le début de la crise, les mesures d'austérité [...]

Lire la suite

Photo de David Dräyer non
David Dräyer
engagé pour la vie

La croissance répond-elle aux besoins du citoyen ou du banquier?

On n'entend plus que ces termes dans les médias, et l'on ne s'étonne même plus lorsqu'on entend des politiciens prôner la croissance en même temps que l'austérité.

Qu'est-ce que la croissance? C'est remettre de l'argent dans le circuit de la société (masse monétaire). Quelles sont les façons d'y arriver? Il y a plusieurs possibilités:

  • Le prendre à un autre pays, mais pas de chance, tout le monde a de la peine sauf la Suisse a qui on essaie de cracher l'argent caché dans ses coffres. Il y en a sûrement beaucoup, mais quand même pas de quoi éponger la dette européenne.
  • Que les citoyens s'endettent, pour acheter une maison à crédit, une voiture en leasing ou avec une carte de crédit à la consommation.
  • Que l'état s'endette (dette publique), pour lancer des grands projets d'infrastructure.

Qu'est-ce que l'austérité? C'est diminuer les dépenses de l'état afin de ne plus devoir emprunter, voir pouvoir rembourser. Comment y arriver?

  • Vendre des entreprises publiques au privé. Ca permet d'effacer une partie de la dette en la transférant au privé, mais ça prive l'état d'un revenu et ça lui coûte en charge sociales les emplois qui seront supprimés par mesure de rationalisation.
  • Diminuer le nombre de fonctionnaires. Mais s'ils se retrouvent au chômage, aucune économie n'est faite.
  • Augmenter les impôts.
  • Diminuer les subventions en tout genre.

D'une façon générale, le gouvernement de Sarkozy a injecté dans le système français l'équivalent de 100 millards d'argent frais par année, faisant augmenter la dette du pays du même montant (500 millards en 5 ans, 900 en 10 ans). Malgré cela, le pays est en crise et la croissance n'est que de quelques petits pourcents.

Comment serait-il possible que le prochain gouvernement puisse arrêter d'injecter de tels montants et que l'activité économique s'en porte mieux? Comment peut-il imaginer diminuer ses dépenses, alors que le deuxième poste le plus cher est celui du remboursement de la dette, justement.

Pire, s'il devait y avoir remboursement de la dette, c'est de l'argent en circulation actuellement qui serait retiré de l'économie réelle, et cela pousserait les privés (individus et sociétés) à s'endetter toujours plus pour qu'il reste de l'argent en circulation.

A mon avis, le seul impôt qui puisse amener une solution est celui sur la fortune: L'argent de la fortune est de l'argent qui est sorti du jeu, ou qui y est revenu sous forme de prêt. Si l'état le récupère pour le réinjecter lui-même sous forme de travaux d'infrastructure, cet argent va à nouveau circuler mais sans passer par l'emprunt, la dette et les intérêts qu'elle génère.
De même, l'impôt sur la succession devrait permettre de remettre en jeu une partie du capital amassé tout au long de la vie de quelqu'un, sachant que ce capital correspond toujours à la dette de quelqu'un d'autre.

0 0

Vous aussi, participez au débat :
Austérité et croissance sont-elles compatibles ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Richard Trigaux non

    04 mai 2012, 22:48

    Richard Trigaux blogueur, philosophe, artiste, écrivain, résident des mondes virtuels.
    De l'argent emprunté n'est pas de l'argent créé. Un emprunt ne fait que changer l'argent de poche, le montant total reste le même.
    Créer de l'argent c'est augmenter le total de toutes les sommes en circulation. Autrefois on frappait des pièces ou imprimait de billets. Aujourd'hui on manipule la valeur d'un compte en banque dans un ordinateur. (et bien entendu, seul l'état, ou l'europe) peut le faire, parce que faire cela est un privilège exorbitant)
    0 1
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Luke Sky oui

    05 mai 2012, 01:19

    Luke Sky Aventurier, GlobeTrotter, Provocateur, Kitesurfer, Skater, Skydiver et Emmerdeur

    @Richard Trigaux 

    totalement faux, chercher la video "l'argent dette de paul grignon" sur internet, une banque fait un prêt de 10000€ avec seulement 1000€ donc 9000€ est CREER par magie lors d'un pret, ce n'est pas du tout du changement de main, les banque n'on PAS l'argent dans leur coffre, c'est de l argent virtuel qui est créer
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Richard Trigaux non

    05 mai 2012, 07:15

    Richard Trigaux blogueur, philosophe, artiste, écrivain, résident des mondes virtuels.

    @Luke Sky 

    Relisez vos manuels scolaires: le principe de la banque est de prêter l'argent qu'elles ont en dépôt: comptes courants, épargne, placements, etc. Si une banque vous fait un crédit pour acheter une voiture, c'est mon argent sur mon compte qu'elle vous prête.
    Cela marche parce que une banque sait que, statistiquement, le total de l'argent qu'elle a en dépôt correspond à une certaine somme, qu'elle peut donc utiliser pour spéculer (offrir des crédits, jouer en bourse, etc.). C'est possible parce que les gens ont confiance en la banque. Si cette confiance disparaît, et que les gens retirent l'argent de leurs comptes, la banque se retrouve alors incapable de rembourser tout ce qu'elle doit, puisque cet argent est prêté.
    L'erreur que vous faites est celle que nos politiciens gribouille on faite: penser qu'une banque crée de l'argent, par magie. C'est faux, et la crise virtuelle d'aujourd'hui est la conséquence de cette incompréhension des mécanismes élémentaires de la finance.


    Depuis que l'argent existe, seuls les souverains ont le droit d'en créer (aujourd'hui l'Europe). Créer de la monnaie est un privilège bien trop exorbitant pour être utilisé à des fins privées, il ne doit être utilisé que pour le bien commun.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Gidmoz Gidmoz

    31 mai 2012, 00:40

    Gidmoz Gidmoz ingénieur, libertarien, école autrichienne d'économie, chercheur en science économique

    @Luke Sky 

    Luke Sky
    J'ai réfuté la vidéo de l'argent-dette de Grignon. http://gidmoz.wordpress.com/2011/05/17/erreurs-de-largent-dette/
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de David Dräyer non

    05 mai 2012, 09:50

    David Dräyer engagé pour la vie

    @Richard Trigaux 

    Je rejoins Luke Sky sur son commentaire sur la création monétaire. Effectivement, on a tous tendance a penser que l'argent est créé par l'Etat, et peut-être bien que c'est ce qui est marqué dans les manuels scolaire: c'est probablement bien plus simple à comprendre que l'argent dette.
    Si c'est le privilège de l'Europe et de l'Etat de créer de l'argent, pourquoi ces états et cette Europe sont-ils endettés?

    Non, ce sont les banques centrales, qui sont des banques privées détenues par des actionnaires, qui créent l'argent. Mais cet argent ne peut être prêté à l'Etat, seulement à des banques privées. C'est pourquoi aujourd'hui la banque centrale prête au taux de 1% aux banques privées, qui elles prêtent à leur tour aux états à des taux dépendant de la notation (entre 3% et 6%).

    De plus, les sommes prêtées par les banques peuvent être bien supérieur aux sommes déposées, via les réserves fractionnaires. Ainsi dans le documentaire cité par Luke Sky, on constate que la banque peut prêter jusqu'à plusieurs milliers de fois la somme qu'elle a en réserve.

    Je vous rejoins sur un point de votre deuxième commentaire: c'est l’incompréhension des mécanismes de base de la finance qui est à l'origine de la crise.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Richard Trigaux non

    05 mai 2012, 11:11

    Richard Trigaux blogueur, philosophe, artiste, écrivain, résident des mondes virtuels.

    @David Dräyer 

    Effectivement une banque peut prêter plus qu'elle n'a, toujours par le biais des statistiques et du jeu de la confiance, tant que ni l'un ni l'autre ne sont pris en défaut. En ce sens, elle crée de l'argent virtuel, et ses comptes sont alors négatifs. Toutefois cela ne me paraît pas une façon très saine de procéder: le jour où la confiance manque, tout s'écroule, comme c'est arrivé avec la crise des subprimes, quand les banques ont prêté à des gens incapables de rembourser.


    Ainsi c'est normalement à l'état (à l'Europe) de créer de l'argent réel (autrefois en frappant des pièces, aujourd'hui en approvisionnant des comptes sans en vider d'autres, ni exiger de remboursement) au lieu de confier ce pouvoir exorbitant à des sociétés privées, voire à des spéculateurs.

    Cet argent réel permet alors à l'économie de fonctionner normalement, en fournissant à chacun un compte courant suffisamment rempli pour ne pas avoir à économiser en fin de mois.

    Bien sûr, il ne faut pas en créer trop, car alors on a de l'inflation, mais nous sommes vraiment à l'opposé de ce cas aujourd'hui.
    Encore qu'un peu d'inflation ferait baisser le cours de l'euro, ce qui arrangerait plutôt les affaires, en rendant les délocalisations non-rentables
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Gidmoz Gidmoz

    30 mai 2012, 21:02

    Gidmoz Gidmoz ingénieur, libertarien, école autrichienne d'économie, chercheur en science économique

    @Richard Trigaux 

    @Richard Trigaux
    Tout prêt bancaire consiste en une création monétaire. Tout remboursement de prêt bancaire est une destruction de monnaie. C'est le B.A. BA de ce qu'il faut avoir bien compris pour comprendre la monnaie.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Richard Trigaux non

    30 mai 2012, 21:54

    Richard Trigaux blogueur, philosophe, artiste, écrivain, résident des mondes virtuels.

    @Gidmoz Gidmoz 

    Faux. Une banque se sert de l'argent des comptes courants, placements, épargne, etc. pour faire ses prêts, à la consommation, ou à des entreprises. Prêter de l'argent qu'elle n'a pas serait une escroquerie.

    Si l'Europe a emprunté à des banques au lieu de créer de la monnaie, c'est une grande faute.
    Si en plus on a laissé ces banques prêter de l'argent qu'elles n'ont pas, alors on leur a donné le privilège incroyable de créer de la monnaie, ce qui est proprement absurde et sidérant, pire que les privilèges de la noblesse...
    Car si on laisse les banques prêter de l'argent qu'elles n'ont pas, mais qu'on doit quand même leur rembourser, alors à la fin elles ont cet argent en caisse, et effectivement elles ont créé de l'argent, mais à leur propre profit, gratuitement, sans mérite, sans avoir fourni aucun service. C'est aussi grave que de rétablir l'esclavage.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Gidmoz Gidmoz

    31 mai 2012, 00:52

    Gidmoz Gidmoz ingénieur, libertarien, école autrichienne d'économie, chercheur en science économique

    @Gidmoz Gidmoz 

    Richard Trigaux
    1. Un prêt d'argent est un échange de créances entre un prêteur et un emprunteur. Le prêteur possède une reconnaissance de dette. L'emprunteur possède les unités monétaires remises par le prêteur. Chaque unité monétaire est une créance sur la banque. Aucun des deux ne restituera les créances que l'autre lui avait remises. Un prêt d'argent n'est donc pas un prêt au sens commun du terme.

    La BNP vous prête 1000 euros. Chaque unité monétaire sur votre compte est une promesse de la BNP de vous verser un euro de la BCE. Vous possédez alors des promesses de la BNP. Vous possédez ainsi des "euro-BNP" et non pas des euro-BCE.

    Entre les mains de la BNP, un euro-BNP est de nulle valeur. En effet, une promesse à soi-même est nulle. La BNP crée ainsi des euros-BNP lorsqu'elle vous prête 1000 euros. Il serait impossible à la BNP de vous prêter sans créer la monnaie en euro-BNP. Une banque prête toujours de l'argent qu'elle ne possède pas. Il lui est logiquement impossible de le posséder.


    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Luke Sky oui

    05 mai 2012, 01:17

    Luke Sky Aventurier, GlobeTrotter, Provocateur, Kitesurfer, Skater, Skydiver et Emmerdeur
    je suis ok avec tous ce que vous avez dit sauf la fin:
    "De même, l'impôt sur la succession devrait permettre de remettre en jeu une partie du capital amassé tout au long de la vie de quelqu'un, sachant que ce capital correspond toujours à la dette de quelqu'un d'autre."

    en quoi la maison que ma mere a acheter une bouchée de pain en ruine et qu'elle a retapé réaménager et qui a pris de la valeur est t'elle la dette de quelqun d'autre ? pourquoi cette maison devrai t'elle etre reprise par l'etat ?
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de David Dräyer non

    05 mai 2012, 10:03

    David Dräyer engagé pour la vie

    @Luke Sky 

    Oui, je m’emballe peut-être un peu. Lorsque je parle de fortune, je pense à des montants faramineux, comme peut l'être un milliard. D'une part ce montant permet aujourd'hui à son propriétaire de gagner près de 200'000 € par jour en le laissant simplement travailler dans une banque, mais en plus il sera passé de générations en générations. On peut reconnaître le travail exceptionnel de quelqu'un (encore que selon moi rien ne justifie de telles rémunération), mais que penser des héritiers qui n'auront rien à faire pour gagner ces sommes?
    Il y a sûrement une grande différence à faire entre fortune en patrimoine et fortune en capital. Sans avoir de réponses, je pense qu'on peut s'interroger sur cette situation.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Richard Trigaux non

    05 mai 2012, 11:30

    Richard Trigaux blogueur, philosophe, artiste, écrivain, résident des mondes virtuels.

    @David Dräyer 

    Il est scientifiquement démontré que le fait que quelques personnes puissent devenir extrêmement riches, alors que la majorité est pauvre, est une conséquence de la concurrence. La concurrence avantage évidemment les plus forts, et leur permet donc de devenir encore plus forts.
    La répartition des fortunes se fait même selon une loi statistique précise, appelée loi de Pareto. Il se trouve que je suis l'auteur d'un papier publié sur ce sujet, voir la version française pour mes sources: ici:http://www.shedrupling.org/recherch/vrai-eco/pareto/ecophy-f.pdf

    La seule solution technique est alors de contrôler le système, généralement en taxant les riches. (le papier discute de trois méthodes).

    La seule véritable solution pour s'affranchir de la loi de Pareto, et plus généralement se passer du capitalisme, est de devenir altruiste. Curieusement, le taux d'altruisme nécessaire n'est pas énorme, et il est à la portée de chacun de nous (pas besoin d'être un saint). Mais c'est là une question d'ordre philosophique ou spirituelle, sur laquelle les gouvernements n'ont pas de prise.
    C'est alors à nous de jouer!
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Gidmoz Gidmoz

    30 mai 2012, 21:06

    Gidmoz Gidmoz ingénieur, libertarien, école autrichienne d'économie, chercheur en science économique

    @David Dräyer 

    @Richard Trigaux
    La concurrence permet à celui qui produit mieux et moins cher de vendre davantage. Chaque échange commercial crée deux richesses nouvelles. L'une pour le vendeur. L'autre pour l'acheteur.

    Oui, la concurrence permet ces créations de richesses. Un monopole légal interdirait ces créations de richesses.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Martin France

    07 mai 2012, 13:14

    Martin France Etudiant en Grandes Ecoles
    Euu... La croissance c'est aussi la création de valeur ajoutée nouvelle d'une année sur l'autre par des entreprises privées. Et cela n'est pas contraire à l'austérité
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Afficher plus de réactions

Sur le même thème

Photo de Christophe Blot non
Christophe Blot Économiste au Département analyse et prévision de l’OFCE
La rigueur devrait encore être poursuivie pendant de nombreuses années
Photo de Christian Creseveur oui
Christian Creseveur Dessinateur et scénariste
Comment faire pire?
Photo de Jean-Louis Gaillard oui
Jean-Louis Gaillard un Gaillard, soucieux de justice et d'environnement . Jurassien Technologue retraité-actif
Les emprunteurs doivent rembourser leur dette, c'est la loi
Photo de Edwin Le Héron oui
Edwin Le Héron Economiste «atterré», maître de conférences à Sciences Po Bordeaux
Ne pas rembourser la dette c'est remettre en question la parole donnée par l'Etat
Photo de Philippe Poutou non
Philippe Poutou Ouvrier, porte-parole du NPA, candidat à la présidentielle 2012
Cette dette publique est décidément illégitime
Photo de Richard Trigaux contre
Richard Trigaux blogueur, philosophe, artiste, écrivain, résident des mondes virtuels.
Ne serait-on pas en train de poser un garrot sur un membre anémié?
Photo de Jeremy Bacharach Morgenbesser oui
Jeremy Bacharach Morgenbesser Lycéen, Terminale S
Une affaire tant d'honneur que d'économie!