Bad bank Petros Karadjias/AP/SIPA

Après l'annonce de la taxation des dépôts bancaires chypriotes dans le cadre du plan d'aide au pays, l'euro a plongé lundi 18 mars

Après la Grèce, le Portugal, l’Espagne ou encore l’Italie, c’est à présent Chypre qui fait trembler les marchés financiers. Après l'annonce de la taxation des dépôts bancaires chypriotes dans le cadre du plan d'aide au pays, l'euro a plongé [...]

Lire la suite

Photo de Henri Weber oui
Henri Weber
Eurodéputé (PS)

Le risque de ce remède : tuer le patient et propager le virus à d'autres pays

Nous sommes bien sûr tout à fait d'accord pour que l'Union européenne envoie une «Troïka» au chevet de la Grèce. Nous désapprouvons en revanche la thérapeutique appliquée.

La Troïka [mission composée d'émissaires de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du FMI, ndlr] ne fournit aucune réponse sur la manière de stimuler la croissance et la création d'emplois en Grèce. Aux yeux du FMI, de la Commission européenne et de la Banque centrale européenne, la seule façon pour la Grèce de réussir à surmonter sa crise est d'instaurer toujours plus d'austérité.

Nous pensons au contraire que le traitement imposé par ces experts risque de tuer le patient et de propager le virus à d'autres pays de l'Europe méridionale.

Nous souhaitons que la trajectoire d’assainissement budgétaire de la Grèce soit réaliste, cohérente, et étalée dans le temps. Les socialistes français s'y sont, eux, engagés pour 2017. Il faut cesser de mettre en œuvre de nouvelles mesures d’austérité budgétaire tant que la croissance ne sera  pas de retour.

Les socialistes européens, qui ont envoyé sur place leur propre Troïka ont avancé leurs propres propositions:
  • une recapitalisation rapide des banques grecques, pour desserrer l'étau du crédit
  • la création d’une agence pour l’investissement et la croissance pour une nouvelle stratégie de développement
  • la mise en œuvre immédiate des 181 projets prioritaires identifiés par la task force de la Commission européenne
  • la lutte contre l’évasion fiscale, une des raisons du  déficit de la Grèce.

C'est ainsi que l'on retrouvera le cercle vertueux de la croissance, de l'emploi et du désendettement. Il faudra parallèlement soutenir la croissance et réduire le chômage au niveau de l’UE, car les perspectives de reprise de la croissance grecque dépendent aussi de la bonne santé des économies européennes.

Le groupe socialiste propose une alternative économique basée sur un programme d’investissement européen coordonné et financé par des instruments comme les obligations européennes pour projet (projects bonds), la Taxe sur les transactions financières (TTF)  et au-delà, la lutte contre l’évasion fiscale.

3 0

Vous aussi, participez au débat :
Chypre: l'aide aux pays européens, un remède pire que le mal ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Nicolas Blogdenico

    06 juin 2012, 23:07

    Nicolas Blogdenico Blogueur et citoyen intéressé par la politique, l'économie et l'environnement
    Il faut créer une agence pour la croissance, qui permettra de retrouver le cercle vertueux de la croissance en Grèce, tout en soutenant la croissance au niveau de l'UE...Tout le monde aimerait bien que ça se passe comme ça, mais si c'était si simple ce serait déjà fait non ? En 1999, Jospin expliquait déjà qu'il fallait créer des pactes nationaux pour la croissance et l'emploi, voire même un pacte européen pour la croissance, et que l'Europe se donne comme objectif 3% de croissance. On voit le résultat 13 ans plus tard.
    Ce sont de belles incantations, qui sont répétées indéfiniment depuis des dizaines d'années, alors que, dans le même temps, cette fameuse croissance ne fait que décroitre en tendance depuis les années 50 dans les pays occidentaux. Sur le plan économique, quand est ce que le PS fera un vrai et honnête bilan de l'impact de l'euro et de la mondialisation sur notre économie depuis 30 ans ? Plus fondamentalement, quand est ce que le PS réfléchira sur le fait qu'on vit dans un monde limité, notamment en énergie, et que la croissance ne peut être un projet pour les 50 prochaines années, qu'il faut au contraire réfléchir sur la façon de gérer une économie à croissance nulle, voire un jour peut être une décroissance.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Pierre Destrée non

    07 juin 2012, 12:29

    Pierre Destrée Blogueur d'Olibrius
    accepter des aides, c' est se mettre sous la coupe européenne et son fédéralisme, en perdant toute autonomie !
    je comprends que l' Espagne refuse
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Derniers arguments

Photo de Jacques Sapir oui
Jacques Sapir Economiste, directeur d’études à l’EHESS
Chypre: une politique à courte vue qui ne peut que provoquer de nouveaux désastres
Photo de Laurent Guibert oui
Laurent Guibert Fondateur du BLOG ANTI EUROPE (blogantieurope.unblog.fr)
L'Union Européenne est dirigée par des criminels.
Photo de Florian Philippot oui
Florian Philippot Vice-président du Front National, en charge de la stratégie et de la communication
Chypre : la dictature européenne montre son vrai visage