Des prix records

Faire le plein n’a jamais coûté aussi cher. Vendredi 17 février, le ministère du Développement durable a confirmé l’envolée des prix de l’essence à la pompe :

  • le super sans plomb 95 a battu son record historique à 1,58 euro en moyenne [...]

Lire la suite

Photo de Guy Delcourt oui
Guy Delcourt
Député (div. gauche) du Pas-de-Calais, Maire de Lens

Les régions seraient elles aussi prêtes à jouer le jeu en prenant leur part

Bien sûr qu’il faut une TIPP flottante, pour tenir compte des fluctuations des marchés internationaux, avec un curseur inversement proportionnel aux cours du pétrole qui nous échappent. Les régions seraient elles aussi prêtes à jouer le jeu en prenant leur part [la loi de finances de 2005 a attribué aux régions une fraction de la TIPP et leur a donné la possibilité de moduler son taux, ndlr].

On dit que Lionel Jospin, qui l’avait mise en place en 2000, avait renoncé à la TIPP flottante au bout de deux ans [En 2002, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a supprimé le dispositif, sous la pression des autorités européennes qui y voyaient un risque de distorsion de la concurrence]. En réalité il n’a pas eu le temps de la faire évoluer et d’en apprécier les résultats.

1 2

Vous aussi, participez au débat :
L'Etat doit-il plafonner le prix de l'essence ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Le banquier entrepreneur non

    22 août 2012, 19:29

    Le banquier entrepreneur
    tenter de régler un problème par une mesure fiscale, qu'elle soit permissible ou coercitive et surtout à court terme est un mal français.C'est bien à cause cela qu'on a une fiscalité si peu lisible et un trop grand nombre de niches fiscales.Messieurs les Députés réagissez plus en chefs d'entreprise avec une vision pragmatique de la réalité économique et des efforts conjoncturels nécessaires.Affronter la réalité et demander des efforts n'est malheureusement pas une attitude "électoralement correcte" .
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Georges Florient non

    24 août 2012, 14:26

    Georges Florient
    Le problème dans votre raisonement est que ce sont les marchés internationaux qui décident des prix du carburant. Il y a donc de très faibles chances qu'un dispositif français ait une influence sur le monde entier (un tel dispositif étant uniquement valable à l'échelle européenne (s'il avait lieu d'être)).Il serait à mes yeux plus judicieux de maintenir la TIPP "non flottante" et d'obliger les régions (qui, comme vous le dites, gagne un pourcentage de la TIPP) à investir une part de ces revenus (20% par exemple) dans le développement des transport en commun afin de les rendre plus viable, et donc plus intérressant que la voiture ce qui, d'un côté diminuera notre dépendance énergétique, et d'un autre côté favorisera le dévellopement des transport en commun (qui peuvent être aussi, voire plus porteur d'emploi que l'industrie pétrolière)
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Nicolas Jacquemet non
Nicolas Jacquemet Economiste, Ecole d'Economie de Paris et Université Paris 1.
Il faut forcer les médecins ... de leur plein gré: en adaptant leur rémunération aux besoins locaux
Photo de Clément Poisson oui
Clément Poisson
Constat
Photo de Romain Gaillardon non
Photo de Denis Baupin non
Denis Baupin Vice-président de l'Assemblée nationale, député EELV de Paris
Baisser les taxes ne ferait que masquer la tendance à la hausse du prix des carburants
Photo de Jean Dionis du Séjour non
Jean Dionis du Séjour Député (Nouveau centre) du Lot-et-Garonne
La TIPP flottante c’est un vieux truc peu efficace et qui coûte cher