Pression fiscale

Priorité à la réduction des déficits

Les Français seront soumis en 2013 à une politique de rigueur historique pour ramener le déficit public à 3% du PIB, au prix d'un effort de 36,8 milliards d'euros dont 24 milliards de hausses d'impôts, selon le projet de budget présenté le 28 [...]

Lire la suite

Photo de Jean-Louis Mourier oui
Jean-Louis Mourier
Economiste chez Aurel BGC

La meilleure solution consiste en un mix de baisse de dépenses et de hausse d’impôts

Aujourd’hui on n’a plus vraiment le choix à court terme, compte tenu des pressions financières qui s’exercent sur la France. En outre il devient difficile de réduire toujours plus les dépenses publiques. Le risque est de créer de mécontentements dans la société ou de dégrader encore plus la conjoncture. Des représentants politiques s’y sont essayé par le passé et ont même avoué quelques années plus tard n’avoir pas réussi à aller aussi loin qu’ils le souhaitaient.

Quel que soit l’issue de l’élection il y aura une hausse d’impôt. La seule inconnue à ce jour concerne la nature de cet impôt.

A mon avis, la meilleure solution consiste en un mix de baisse de dépenses et de hausse d’impôts. Ecoutons ce qu’à dit récemment le FMI : la baisse des déficits publics ne doit pas se faire aveuglément, ou elle risque de s’avérer contre-productive. Il est vrai que réduire à marche forcée le déficit pour rétablir rapidement les dépenses publiques pèse sur l’activité. Il n’y a quasiment plus personne se revendiquant libéral pour défendre ce type d’approche.

10 5

Vous aussi, participez au débat :
Doit-on payer davantage d'impôts ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Gidmoz Gidmoz non

    26 mars 2012, 00:07

    Gidmoz Gidmoz ingénieur, libertarien, école autrichienne d'économie, chercheur en science économique
    @Jean-Louis Mourier
    Je suis un économiste "autrichien" et ne suis d'accord avec aucune des idées de votre commentaire. Vous parlez de "pressions financières sur la France". Je crois plutôt que ce sont des pression financières sur l'Etat français. C'est, amha, très différent.
    Vous dites qu'il est "difficile de réduire toujours plus les dépenses publiques". C'est au contraire possible et même nécessaire. Toute dépense publique est une destruction nette de valeur de richesse du même montant. Cette affirmation peut vous surprendre pour sa généralité. Mais elle se démontre par un raisonnement "autrichien", c'est à dire de pure logique économique.

    Je conteste que les élus politiques soient des "représentants politiques". Ils ne représentent, amha, aucun électeur. A gauche, comme à droite, les dirigeants de l'Etat français sont socialistes, et anti-libéraux. Ils gèrent sans voir ni comprendre que la privatisation et la déréglementation est le seule voie de rétablissement durable du pays.

    Je crains que le nouveau président, quelqu'il soit, augmente les impôts. Et les conséquences seront nécessairement une destruction accrue de valeur et de richesse dans le pays.
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Agnès Verdier-Molinié non
Agnès Verdier-Molinié directeur de la fondation iFRAP
La proposition de François Hollande ne permet pas de réduire la dépense publique
Photo de Yves Sintomer oui
Yves Sintomer Politologue, professeur de sociologie politique à Paris-VIII
Le dégrèvement fiscal, et non les dépenses publiques, a creusé nos finances publiques
Photo de Didier Salavert non
Didier Salavert Président du think-tank Alternative libérale
L'impôt n'a pas montré sa capacité à financer efficacement les dépenses publiques
Photo de Simon Stephan oui
Photo de Nicolas Quint oui
Nicolas Quint Consultant finance/stratégie, gonzo-bloggeur, agitateur d'idées depuis 1972
Oui mais pas avec des généralités
Photo de Gilles Carrez non
Gilles Carrez Député UMP, président de la Commission des finances à l'Assemblée nationale
Pour appliquer son programme, M. Hollande devra recourir à des augmentations massives d'impôts
Photo de Rédaction Newsring
Rédaction Newsring Journaliste Newsring
La Commission européenne critique la hausse du Smic en France
Photo de Richard Trigaux oui
Richard Trigaux blogueur, philosophe, artiste, écrivain, résident des mondes virtuels.
Statistiquement, des erreurs sont obligatoires
Photo de Christian Caullet non
Christian Caullet épicier qui sait ce que compter veut dire
La quadrature du cercle
Photo de Émilie Frelat
Émilie Frelat Journaliste Newsring
La consommation des ménages repart à la hausse en mars
Photo de Le Camarguais pour
Le Camarguais Retraité de l'encadrement et blogueur
Les enfumeurs