Do you speak english ?

Dans un essai publié récemment intitulé «Contre la pensée unique», Claude Hagège s'en prend à la langue anglaise. Selon ce défenseur de la diversité linguistique, l'anglais, langue internationale par excellence, est en effet un vecteur de [...]

Lire la suite

Photo de Olivier Felt oui
Olivier Felt
Utilisateur de logiciels libres (membre de l'APRIL), éco-sensible et utopiste !

L'omniprésence de l'anglais est problématique

"Détruire" le mot est un peu fort, je dérive peut-être de la question du "franglais" mais mon avis rejoint les critiques. 

Ce que l'on observe c'est que l'anglais s'impose au niveau international. Et ça ne me plait guère.

Voici quelques arguments :

  • Cela avantage ceux dont la langue maternelle est l'anglais et dans tout types de situations que ce soit boulot, réunions, voyages, internet, l'apprentissage, les documentations informatiques etc.
  • Cela avantage les pays anglophones qui bénéficient d'un tourisme supplémentaire, aujourd'hui auprès de nos amis tout ce que l'on entend en terme de voyages c'est "Il faut que je fasse un séjour à Londres ou en Australie."
  • Cette langue n'a pas été créée pour être internationale et cela conduit à des erreurs plus ou moins graves comme des erreurs de traductions, ou des erreurs de compréhensions. Ainsi récemment deux avions se sont rentrés dedans en Chine car le pilote avait compris que le feu était vert ...

Maintenant quelle est la solution ? Une langue internationale créée, elle, pour satisfaire le plus grand nombre. L'espéranto est une langue qui s'apprend 10 fois plus vite que l'anglais (vu dans une étude), ce qui pourrait réconcilier les étudiants avec les langues étrangères quand on voit le niveau qu'ont les Français... Elle a été désignée par l'ONU comme meilleur langue pivot pour la traduction de texte. Mais surtout elle ne nous a pas été imposée....

16 4

Vous aussi, participez au débat :
L'anglais détruit-il la pensée ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Guillaume Ballin non

    09 février 2012, 18:48

    Guillaume Ballin Développeur informatique.
    Je suis assez d'accord avec vous mais vous dites : "Cette langue n'a pas été créée pour être internationale", mais qu'est-ce qu'une langue internationale ? Il y a 1800 ans, toute l'Europe parlait Latin et cela n'a jamais posé de problème alors même qu'il s'agissait d'une langue originellement populaire d'une province italienne.
    L'espéranto est plus une blague qu'une langue, elle n'est pas viable comme tel (beaucoup trop lourde) ; c'est l'équivalent pour langage humain de ce que fut l'Algol dans les langages de dev, un langage purement théorique avec un syntaxe d'une lourdeur telle que le contenu finit par se perdre dans le contenant.
    Mais cette question de l'anglais qui détruirait la pensée française est très français. Ainsi, et je pense que vous l'aurez remarqué, les dev allemands avec qui j'ai pu travailler font leurs docs en allemand et commentent en allemand. Vous ne comprenez pas ? Ce n'est pas leur problème, si vous êtes intéressés faites un effort, sinon au revoir.
    Et cela va jusque dans les plus grosses sociétés comme Siemens où les docs en anglais ne font pas 10% des docs en allemand et où les langages de dev (par exemple le Step 7 qui sont les automates industriels leader) sont basés sur la syntaxe allemande.
    0 2
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Olivier Felt oui

    09 février 2012, 19:17

    Olivier Felt Utilisateur de logiciels libres (membre de l'APRIL), éco-sensible et utopiste !

    @Guillaume Ballin 

    L’espéranto est un exemple mais elle est issue de cette réflexion, elle emprunte la syntaxe des langues germaniques (anglais et allemand) en reprenant les racines des langue indo-européenne dans le vocabulaire. Personnellement je ne la trouve pas lourde mais réellement facile à apprendre et à mémoriser mais je conçois que c'est un avis personnel pourquoi pas en inventer une nouvelle avec plusieurs concertations ? :p
    Pour en revenir aux langages informatiques, moi qui touche aux logiciels libres, je ne me vois pas contribuer à un logiciel opensource dont 40% des commentaires seraient anglais, 15% espagnol, 20% allemand et 25% francais).
    Je suis tout à fait d'accord qu'il faut s'intéresser aux langues nationales mais cela se fait plus facilement dans le voyage par exemple je pense.
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Jorgos Esperanto

    10 février 2012, 11:30

    Jorgos Esperanto

    @Guillaume Ballin 

    Si je vous comprends bien, l'anglais n'est plus qu'un code pour "montrer patte blanche", mais pour vraiment apprendre et travailler avec des Allemands, mieux vaut parler allemand. Pourquoi ne nous enseigne-t-on pas l'allemand dans le système scolaire, cela donnerait plus le "goût des langues" à nos chères petites têtes blondes dont 80 % sont dégoûtées après quelques années d'anglais "facile", "sans règle", "parlé par tous" ...mais que personne ne parle vraiment. Depuis le temps qu'on nous en fourre par tous les trous (j'ai 57 ans et n'ai eu le choix qu'entre anglais, anglais et anglais à mon entrée au collège). Ecoutant souvent "France(?)-Inter", je me sens aggressé par trop de chansons (?) en anglobiche, alors que d'autres voisins européens auraient peut-être des choses à me transmettre, soit dans ma langue, soit dans les leurs ...mais les "Maîtres du Monde en ont décidé autrement !
    D'autre part, je vis en Occitanie ...la situation de la langue de ce Pays est déplorable, malgré les 32 départements concernés ! (Hier, au "Jeu des milles euros", un candidat ...retraité, de Charente, n'a pas été foutu de nommer plus d'un dialecte de "la langue d'Oc ou Occitan" !).
    Allemagne : 1-er partenaire commercial, n'est-ce pas ? Alors...
    Js.
    2 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé non

    10 février 2012, 20:04

    Profil supprimé Etudiant en architecture

    @Jorgos Esperanto 

    Pour la musique, ça se traduit aussi par la suprématie culturelle américaine, ne mélangeons pas culture et langage, l'un est dans l'autre mais n'est pas l'autre.
    Ensuite le collège a bien changé il faut croire, on peut aujourd'hui y apprendre le chinois, le russe, l'arabe... Cependant, il ne faut pas être langue de bois, l'espagnol, l'allemand et l'anglais sont les seules langues enseignées dès le primaire. L'enseignement quant à lui n'est pas déficitaire de l'anglais même mais de la manière de l'enseigner (spécificité franco française).
    Enfin pour ce qui est de l'Occitan, cela je pense est un réel argument mais qui fait face à la volonté ancienne d'unifier notre pays au détriment de ses patrimoines régionaux.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Guillaume Ballin non

    13 février 2012, 17:55

    Guillaume Ballin Développeur informatique.

    @Jorgos Esperanto 

    Non, ce que je dis qu’en France, on se pose de grandes questions sur la décrépitude du français face à l’anglais mais qu’on ne fait concrêtement rien ; alors qu’en Allemagne ou, pour prendre une province Francophone, au Quebec, il n’y a pas ce genre de débats mais à l'inverse, ils sont beaucoup plus « protecteurs » de leur langue dans la vie courante.
    Pour ce qui est de l’enseignement, l'allemand est très appris (ça doit même être la langue la plus apprise en tant que seconde langue vivante en France), mais surtout, c'est une langue qui peut se négocier très chère en terme de salaire.
    Concernant la musique (je ne parlerai pas de la radio, je n'écoute qu'RMC 1/2 heure au reveil), c'est malheureusement un fait, le RU a dominé la création musicale de la seconde moitié du XXe d'un point de vu influence, depuis les Beatles jusqu'à The Verve en passant par Bowie, les Floyd, Deep Purple, Black Sabbath, les Judas Priest, The Clash, les Sex Pistols, U2, Depeche Mode, The Cure, Oasis, Blur... La majorité des compositeurs étrangers essayant seulement de les plagier ou au moins les suivre, rien d'étonnant donc à ce qu'il soit difficile d'échapper à la musique anglaise du XXe et cela n'a rien à voir avec la langue.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Guillaume Ballin non

    13 février 2012, 18:48

    Guillaume Ballin Développeur informatique.

    @Jorgos Esperanto 

    (Suite) À l'inverse, si vous prenez le cinéma, il est très difficile de trouver une « domination » de la production de films par un pays ou un groupement linguistique. Il y a et il continue de sortir des films de tous pays du monde avec des styles très prononcés et très divers suivant les pays, je ne pense donc pas qu'il y ai une quelconque domination par la langue dans la culture.
    Et puis, finalement, le monde entier écoute la IXe de Beethoven même si peu comprennent les paroles de l'Ode à la joie.

    À l'inverse, c'est au niveau technologique que l'anglais à imposé ses règle et que ça a posé beaucoup de problèmes. Ainsi, il n'est toujours pas possible avec l'OS le plus utilisé en France de taper correctement un texte en français sans connaitre les codes caractères par cœur ou installer un mappage clavier latin9 (pas de œ, Œ, æ, Æ, « , » , ’ , É , … , &c), d'ailleurs ce même OS ne gère pas les capitales (seul sont reconnus les majuscules), or tout cela fait partie intégrante de la langue et de la typographie française. Et pire, avant que ne s'impose l'unicode (environ 10 ans), il était impossible d'écrire un texte en français correct, les jeux de caractères étant insuffisant.
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Profil supprimé non

    10 février 2012, 18:09

    Profil supprimé Etudiant en architecture
    Hormis le point 3 sur lequel je vous suis, je trouve les deux premiers, excusez moi, très faciles et peu réfléchis (voire puériles).
    Pour ce qui est de l'avantage au niveau professionnel je dirai que ceux dont il ne s'agit pas de la langue maternelle n'en seront que plus riches vis à vis des uniques anglophones. Pour le tourisme, c'est aussi très réducteur: Londres est une des villes comme Paris, New York, Barcelone et Rome qui sont très prisées pour leurs Histoires et leurs rayonnements et l'Australie véhicule une image de bout du monde civilisé proche de la nature et jeune, d'où son attrait. D'autant plus que la France reste la principale destination au monde or on est loin d'être exemplaires en anglais (argument très bette mais du même niveau).

    Pour le cas de l'accident malheureux, c'est là où il faut réfléchir pas forcément à une langue universelle mais au moins à des codes (cela reste relativement la même idée).
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté
  • Photo de Olivier Felt oui

    12 février 2012, 12:32

    Olivier Felt Utilisateur de logiciels libres (membre de l'APRIL), éco-sensible et utopiste !

    @Profil supprimé Profil supprimé 

    Ce que je trouve puéril c'est d'utiliser les mots "très faciles, peu réfléchis, puéril et bête" pour débattre, passons.
    Le point 2 est je vous l'accorde discutable, en revanche le premier est pour moi incontestable ... On peut l'observer tout les jours dans le monde professionnel. Je reviens d'un long voyage d'où cette réflexion que j'ai menée également, bien que je parle couramment Anglais grâce surtout aux nombreuses documentations informatiques que j'ai eu à lire. Et surtout c'est dans l'apprentissage où cela se démarque le plus. En France nous étudions 2 langues sans pouvoir en parler une seule couramment là où des Néo-Zélandais par exemple n'en étudie qu'une optionnelle. De plus tout le monde n'a pas les même capacités que vous pouvez avoir et se retrouve en difficulté par l'apprentissage de l'Anglais là où l'Espéranto est plus facile à apprendre et 10 fois plus rapide.
    En espérant pouvoir débattre sans dénigrer l'autre, à bon entendeur. Olivier
    0 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Ariane Hermelin
Ariane Hermelin Journaliste Newsring
Du franglais au tout-anglais ?
Photo de Jean Roman non
Jean Roman Paris - Nice - Rennes. Religions et société. Politique et Histoire.
Il faut renforcer l'apprentissage de l'anglais pour mieux le maîtriser au lieu de le craindre
Photo de Sebastien Roux non
Sebastien Roux Etudiant en Sciences économiques et gestion
Reconstruisons la tour de Babel avec la langue qui sera la mieux acceptée
Photo de Claude Hagège oui
Claude Hagège Amoureux des langues, auteur de "Contre la pensée unique", Ed Odile Jacob
L'anglais véhicule une vision du monde occidentale et cette omniprésence d'une langue est dangereuse
Photo de Patrick Gaudray non
Patrick Gaudray Chercheur au CNRS, blogueur à l'occasion, et passionné par le débat éthique
Un peu de mesure, s'il vous plait !
Photo de Assaaz Legeekdusud non
Assaaz Legeekdusud blogueur, http://lacoquette.mondoblog.org
Où serait la diversité culturelle ?
Photo de François Roudier oui
François Roudier Porte-parole du Comité des Constructeurs Français (CCFA)
Oui mais attention de ne pas surestimer son anglais !
Photo de Claude Hagège non
Claude Hagège Amoureux des langues, auteur de "Contre la pensée unique", Ed Odile Jacob
Nous devons résister face à la domination de l'anglais
Photo de Guilhem Herbert oui
Guilhem Herbert étudiant journaliste
On apprend l'anglais depuis la 6ème...
Photo de KJ Gouna oui
KJ Gouna Je suis blogueur sur le réseau Mondoblog sous le pseudo de jeogo
Pas obligatoire mais nécessaire
Photo de Patrick Gaudray oui
Patrick Gaudray Chercheur au CNRS, blogueur à l'occasion, et passionné par le débat éthique
Parler anglais ne nuit pas à la langue française
Photo de Odyssée du Cinéma Asso pour
Odyssée du Cinéma Asso
Compréhension et préservation
Photo de Maxime Fialon non
Maxime Fialon Porte-parole adjoint des des Jeunes Démocrates, Etudiant en droit et sciences politiques
Les résultats en langue : difficultés d'origine, manque d'ambition et/ou autosuffisance ?
Photo de Nicolas Rousseau non
Nicolas Rousseau Enseignant, musicien, nomade
Le monolinguisme détruit la pensée

Derniers arguments

Photo de Nicolas Rousseau non
Nicolas Rousseau Enseignant, musicien, nomade
Le monolinguisme détruit la pensée
Photo de HarryTuttle Screenville oui
HarryTuttle Screenville cinéphile blogueur
Il ne faut pas se focaliser sur l'anglais
Photo de HarryTuttle Screenville oui
HarryTuttle Screenville cinéphile blogueur
Les anglais s'inquiètent aussi
Photo de Claude Hagège oui
Claude Hagège Amoureux des langues, auteur de "Contre la pensée unique", Ed Odile Jacob
L'anglais véhicule une vision du monde occidentale et cette omniprésence d'une langue est dangereuse