Le salaire de la peur

Le producteur Vincent Maraval dénonce les salaires trop élevés des acteurs français

«Les acteurs français sont trop payés!». Dans une tribune publiée dans Le Monde du 29 décembre dernier, le producteur Vincent Maraval a décidé de jeter un pavé dans la mare.

Alors que Gérard Depardieu était au coeur de la polémique depuis son [...]

Lire la suite

Photo de Mathieu Kassovitz non
Mathieu Kassovitz
Réalisateur/Producteur/Acteur/Casse-couille

Les acteurs ne sont pas trop payés, ce sont les producteurs qui paient trop les acteurs

Je ne pense pas que la question soit vraiment la bonne. Certains films sont trop chers, d'autres ne le sont pas. Il y a une économie de marché régulée par l'offre et la demande, par l'envie. Si les films étaient trop chers, personne ne les financerait et personne ne les ferait. Au final, personne n'y trouverait son compte.

Les films sont trop chers s'ils sont mal produits ou s'ils n'ont pas de cohérence, c'est-à-dire si les producteurs n'arrivent pas à monter leur projet. Même si un film ne marche pas bien en salle, s'il est bien monté par les producteurs avant sa sortie, il est malgré tout amorti. Vincent Maraval, à l'origine de cette fameuse tribune, n'est pas content car il a perdu de l'argent avec Astérix. Mais mis à part lui, tout le monde a gagné de l'argent sur ce projet.

Notre système de production français fait que les producteurs ne sont pas obligés de faire des entrées. À partir du moment où ils ont financé leur film, ils s'en sortent toujours et n'ont pas forcément besoin de créer un succès. Ce dernier n'est finalement qu'un plus, loin d'être vital. Les gens sont donc payés extrêmement cher, même si, film après film, ils ne font pas d'entrées.

Les acteurs sont trop payés par rapport à ce que cela représente comme travail, par rapport à ce qu'ils rapportent. Un exemple concret : si on vous veut pour un job, que vous demandez un million de dollars et qu'on vous répond "vous êtes fou!", vous pouvez dire "je suis peut-être fou, mais je vaux un million de dollars. Soit vous me payez, soit vous me laissez partir". Le type va réfléchir et se dire qu'en vous payant un million de dollars, il va peut-être en gagner dix. Ce ne sont donc pas réellement les acteurs qui sont trop payés, mais bien les producteurs qui paient trop leurs acteurs.

Dans ce système, les producteurs savent que pour monter un film ils ont besoin d'avoir des noms de gens connus. Les chaînes de télé, qui prennent part à des projets cinéma, se foutent bien de savoir si le film va faire un succès. Ils veulent simplement que le long métrage intègre quelques noms connus pour pouvoir vendre le passage publicitaire plus cher lors de son passage télévisé. Pour pouvoir monter un film, les investisseurs veulent voir un nom sur l'affiche. Ce nom se paye cher justement parce que les investisseurs ont besoin d'un nom pour monter le film. C'est un cercle vicieux !

8 0

Vous aussi, participez au débat :
Le cinéma français est-il trop cher ?

Photo de Non connecté
  • Photo de Philippe Coll oui

    09 janvier 2013, 15:15

    Philippe Coll
    En fait, pour être précis, ce n'est pas tant les producteurs qui payent chers les acteurs que les chaines de TV qui réclament des acteurs bankables et forcent ainsi la main aux producteurs...
    1 0
    Répondre
  • Photo de Non connecté

Sur le même thème

Photo de Thierry Lounas oui
Thierry Lounas Producteur et directeur de la rédaction du magazine SoFilm
Avant d'être une promesse de cinéma, le cinéma du milieu est d'abord un rêve de notables
Photo de Mathieu Kassovitz oui
Mathieu Kassovitz Réalisateur/Producteur/Acteur/Casse-couille
Cinéma français : je ne sens pas d'énergie, je ne vois pas d'artistes
Photo de Mathieu Kassovitz non
Mathieu Kassovitz Réalisateur/Producteur/Acteur/Casse-couille
Je gagne plus que le patron d'EDF
Photo de Pascal Thomas oui
Pascal Thomas Réalisateur de «La Dilettante», «Le crime est notre affaire», «Associés contre le crime»
Sur mon dernier film, le troisième salaire, c'était l'agent de Catherine Frot
Photo de Elisabeth Tanner non
Elisabeth Tanner Agent chez Artmedia et présidente du syndicat des agents artistiques et littéraires
Chacun doit faire son mea culpa vis-à-vis des dérives du cinéma français
Photo de Elisabeth Tanner non
Elisabeth Tanner Agent chez Artmedia et présidente du syndicat des agents artistiques et littéraires
Seule une poignée d’acteurs français incontournables touchent des salaires énormes

Derniers arguments

Photo de Benoît Ameil
Benoît Ameil Membre de la Commission Nationale aux Médias du PS.
Techniciens, scénarios et industries techniques, victimes du mal-financement du cinéma français.
Photo de HarryTuttle Screenville oui
HarryTuttle Screenville cinéphile blogueur
Assises du Cinéma (CNC)
Photo de Elisabeth Tanner non
Elisabeth Tanner Agent chez Artmedia et présidente du syndicat des agents artistiques et littéraires
Seule une poignée d’acteurs français incontournables touchent des salaires énormes
Photo de Elisabeth Tanner non
Elisabeth Tanner Agent chez Artmedia et présidente du syndicat des agents artistiques et littéraires
Chacun doit faire son mea culpa vis-à-vis des dérives du cinéma français
Photo de HarryTuttle Screenville oui
HarryTuttle Screenville cinéphile blogueur
Blockbusters et Formule 1