Iran : une dizaine de journalistes réformateurs arrêtés

Iran : une dizaine de journalistes réformateurs arrêtés

Vahid Salemi/AP/SIPA

Des agences de presse locales ont indiqué lundi 28 janvier que onze journalistes iraniens, travaillant principalement pour des médias réformateurs, ont été arrêtés pour collaboration avec la presse étrangère. 

«Ces journalistes, dont des femmes, qualifiés de "proches du mouvement antirévolutionnaire", ont été arrêtés dimanche "dans le cadre d'un mandat émis par le pouvoir judiciaire", a précisé l'agence de presse Fars. Ils sont soupçonnés de "collaboration avec des médias antirévolutionnaires en persan", a indiqué de son côté l'agence Mehr, sans autre détail», rapporte l'Express.fr.

Des personnalités reconnues dans le monde journalistique iranien ont ainsi été arrêtées. «Parmi les journalistes arrêtés figurent l’humoriste Pouria Alami et la célèbre journaliste politique Saba Azarpeyk. Samedi 26 janvier, Milad Fadaie, rédacteur en chef du service politique de l'agence officielle Ilna, et Soleyman Mohammadi, rédacteur en chef en charge des faits divers du quotidien  Bahar, ont été arrêtés et emmenés à la prison d'Evin», précise LeMonde.fr. 

L'arrestation de journalistes et autres personnalités s'opposant au pouvoir en place est monnaie courante en Iran. «Selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), 45 journalistes étaient emprisonnés en Iran en décembre 2012. Plusieurs journaux ont également été fermés ces dernières années sur décision de la justice contrôlée par les conservateurs», rappelle l'Express.fr.