Décès de l’étudiante violée en Inde : Des décisions solides seront prises «pour assurer la sécurité des femmes»

Décès de l’étudiante violée en Inde : Des décisions solides seront prises «pour assurer la sécurité des femmes»

Altaf Qadri/AP/SIPA

Alors que l’étudiante indienne, victime d’un viol collectif en Inde, est décédée à Singapour des suites de ses blessures, Sheila Dikshit, le chef du gouvernement local de New Dehli a lancé un appel au calme et assuré que «très bientôt, des décisions solides seraient prises» et «que tout ce qui est possible pour assurer la sécurité des femmes» serait fait.

«S'il vous plaît, gardez votre calme et en même temps, nous devons garantir que tout ce qui est possible pour assurer la sécurité des femmes est fait», a-t-elle déclaré devant les journalistes.

Cet appel au calme a été lancé alors que la population a commencé à sortir dans les rues après l’annonce du décès de l’étudiante indienne de 23 ans, victime d'un viol collectif en Inde, le 16 décembre dernier. Si la police tolère les manifestations pacifiques uniquement dans certains quartiers, des centaines de policiers ont tout de même été déployés pour prévenir tout débordement dans les rues.

Plusieurs quartiers du centre-ville de New Dehli ont donc été fermés par la police de la ville. Le commissaire de police Neeraj Kumar a demandé, dans un communiqué, le maintien de l’ordre dans New Dehli et a annoncé le bouclage de la zone entourant le monument de l'India Gate et de 10 stations de métro.